Site web d'informations culturelles & patrimoine  - 12ème année


Théâtre

N°37 Automne-Hiver 20-21

Septembre / Octobre / Novembre / Décembre

L’Importance d’être constant / Théâtre Tête d’Or 8 septembre au 8 novembre
Une pièce d’Oscar Wilde. Mise en scène d’Arnaud Denis, nominé Meilleur Metteur en Scène, Olivier Sitruk, Axelle Abbadie, Julie Cavanna, Arnaud Denis + 5 comédiens. Deux jeunes dandies du Londres de la fin du XIXe siècle se sont inventé un parent et un ami fictif, stratagème bien commode pour échapper aux obligations sociales. Jusqu’à quand tiendra la supercherie ?Un feu d’artifice d’humour, de finesse et de mots d’esprit, le chef-d’œuvre d’Oscar Wilde. Photo Théâtre Tête d’Or © JPD.

Shakespeare Resonance / TNP 9 au 18 septembre
Peter Brook et Marie-Hélène Estienne, accompagnés de leurs compagnons de route. Un workshop avec des étudiants en théâtre. Une recherche autour de La Tempête de William Shakespeare. « La Tempête » est une énigme. C’est un conte où rien ne peut être pris à la lettre, parce que si l’on reste à la surface de la pièce sa qualité cachée nous échappe complètement. Pour les acteurs aussi bien que pour le public, c’est une pièce qui se révèle en la jouant. Bilingue anglais-français.

Why ? / TNP / du 24 au 27 septembre
Pourquoi faire du théâtre ? Pour qui et comment ?
Texte et mise en scène de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne. Avec trois acteurs : Marcello Magni, Hayley Carmichael et Ery Nzaramba. Une scène sans décor, quatre portants, trois chaises, trois pupitres et un piano électrique. C’est l’univers habituel de Peter Brook. Pourquoi faire du théâtre, pour qui et comment ? Telles sont les questions et les réponses données, qui donnent du piment à cette pièce. Tout est montré avec talent, délicatesse et humour : les attitudes, les gestes, les sentiments. Des postures qui échappent souvent à nos yeux et à nos oreilles. Les trois acteurs interviennent avec justesse. En deuxième partie, un peu longue, ils évoquent le destin tragique d’une figure phare, méconnue, du théâtre russe Vsevolod Meyerhold. Ce spectacle annoncé en anglais et finalement totalement joué en français. Quoiqu’il arrive, pandémie ou répression, le théâtre est immortel. Vive le théâtre ! JPD. Photo Why ? Marcello Magni © Pascal Gely.

Le Quai de Ouistreham / Théâtre de la Croix-Rousse 6 au 10 octobre.
Trois femmes racontent le stress et les galères d’une agente d’entretien !

Florence Aubenas , l’auteure a été journaliste a Libération, au Nouvel Obs, au Monde. Elle fût aussi otage pendant 5 mois en Irak, au cours d’un reportage. Courageuse, elle prend en 2019, un congé sans solde de six mois, pour s’immiscer réellement dans l’univers précaire et difficile des sans emplois. Elle s’installe à Caen, s’inscrit au chômage, enchaîne les petits boulots, est embauchée comme femme de ménage sur un ferry. Dans un camping. Dans un entrepôt de routiers. Et écrit un livre à succès tiré à 130000 exemplaires.
Louise Vignaud, la metteur en scène est diplômée de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, et fait de nombreuses mise en scène. Elle dirige actuellement le Théâtre des Clochards Célestes à Lyon. Sa mise en scène est sobre et appropriée au récit. Fonds de scène sombre, paperboard, et juste une chaise.
Magali Bonat, l’actrice, joue juste, avec des postures, simples, mais très expressives. Elle rend compte parfaitement du stress permanent et des galères, des femmes de ménage, qui courent d’un bout à l’autre de la ville pour des heures de travail mal payées. Elle sait détendre l’atmosphère par des pointes d’humour. Un témoignage réaliste et touchant, qui ne laisse pas indifférent. Vifs applaudissements du public et nombreux rappels pour l’actrice. JPD.

La vie tourmentée de Galilée, brillamment mise en lumière par Philippe Torreton / Théâtre des Célestins 7 au 18 octobre
La Vie de Galilée (Leben des Galilei) de Bertolt Brecht 1938. Mise en scène Claudia Stavisky. Avec Philippe Torreton et dix acteurs, jouant successivement 40 rôles. Décor, le modeste cabinet de travail de Galilée à Padoue. Sombre et haut de plafond, une très haute fenêtre accentue l’austérité du lieu, une table de travail, des chaises, des livres, un astrolabe et une lunette astronomique sur son trépied. La pièce met en avant ce savant, dont on connait mal le parcours. C’est un combattant de la liberté intellectuelle et un des premiers inventeurs modernes. Il fait courageusement face à l’incompréhension et l’obscurantisme de l’Eglise de l’époque (XVI° et XVII° s.). Mais finalement il doit se soumettre. Bertolt Brecht et Philippe Torreton, racontent de façon passionnante la vie du savant. Les arguments, les répliques fusent : « Je méprise les gens dont le cerveau n’est pas capable de remplir l’estomac ». Philippe Torreton est saisissant de réalisme et de justesse, dans cette pièce prenante et longue de 2h40. Précisons qu’il reçut le Molière du théâtre public en 2020 pour ce remarquable rôle dans La Vie de Galilée, mise en scène par la directrice du théâtre des Célestins, en 2019 à Paris. JPD. Photo © Simon Gosselin.

Exposition Jean Vilar, notes de services, TNP 1951-1963
Le TNP à 100 ans. En mémoire à Jean Vilar son créateur. C’est par des notes punaisées sur un tableau de service que Jean Vilar partageait avec toute la troupe du TNP ses conseils, ses doutes et ses ordres : consignes de plateau, jeu des acteurs, tenue des ouvreuses, avis des spectateurs, rappels au règlement… À travers cette exposition imaginée par la Maison Jean Vilar et initialement conçue pour le Festival d’Avignon, l’utopie vilarienne se révèle avec humour, constance et passion. Ces bribes de quotidien convoquent des sujets qui animent toujours le théâtre aujourd’hui : ceux d’un art collectif fait pour tous.

Amitié / Théâtre de la Croix-Rousse 13 au 17 octobre
Une balade théâtrale par trois comédiens. Ils sont les Rois mages qui tentent de suivre leur étoile qui les conduira à Béthléem. A chaque étape ils jouent une courte comédie sur la place du village. Une sorte de road-movie comics métaphysique d’après Per Palo Pasolini et Eduardo De Filippo.

Dimanche / Théâtre des Célestins 21 au 25 octobre
Un théâtre d’objets, gestuel et de marionnettes. Avec les artistes des compagnies belges Focus et Chaliwaté. Une humanité en décalage avec son époque. Photo Théâtre des Célestins © DR.

Cyrano de Bergerac / Ed. Rostand / Radiant-Bellevue 4 au 8 novembre
Ce Cyrano drolatique et sensible, fait mouche au tournant du XX° siècle. Mise en scène Jean Lermier et Gilles Privat, avec une douzaine d’acteurs. Une superbe tragi-comédie romantique revisitée et en vers de 3 heures ! Photo Cyrano de Bergerac © Mario del Curto.

Les Sea Girls au Pouvoir / Théâtre de la Croix-Rousse 10 au 13 novembre
Avec plumes et paillettes, les Sea Girls s’inspirent, très librement d’Aristophane où les femmes prennent la place des hommes à l’Assemblée. Une parodie, un meeting fantastique, un grand moment de fantaisie et d’absurde.

La Maternelle / Théâtre Tête d’Or 14 novembre au 19 janvier
Une comédie d’ Arnaud Gidoin. Mise en scène d’ Anne Bouvier. Avec Sören Prévost, Stéphane Metzger, Arnaud Gidoin, Gaëlle Gauthier.  Philippe, Yvan et Christian sont trois papas qui n’ont rien en commun si ce n’est chacun un enfant à la maternelle dans la même classe. La maternelle est une étape essentielle pour les enfants mais aussi pour les parents et peut même, parfois, faire naître de belles amitiés ! Entre coup de gueule, coup de blues et coup de cœur, Julie, l’assistante maternelle, aura fort à faire avec ces trois papas. Une Comédie actuelle, irrésistible.

Le TNP a 100 ans / Célébration en 2021
En novembre 2020, le TNP devait fêter son Centenaire. Dans l’esprit d’un festival, la programmation croisait de grands spectacles pour célébrer les troupes, des soirées en hommage aux sept directeurs du TNP, des rencontres avec des universitaires, des écrivains, des artistes… Suite à l’épidémie de la Covid-19, en accord avec le ministère de la Culture, la Ville de Villeurbanne, la Métropole de Lyon, la Région Auvergne- Rhône-Alpes et en concertation avec Christian Schiaretti, Jean Bellorini a décidé de reporter d’une année cet événement. À l’automne 2021, il sera alors temps de se rassembler pour fêter la longévité de ce théâtre et l’avenir qui lui est promis. Jean Bellorini, en lien avec son équipe et avec certains acteurs et spécialistes de cette histoire, portera la célébration de ce moment exceptionnel. Cette année supplémentaire permettra d’affiner la programmation et d’engager un échange avec les spectateurs de longue date. Pour patienter, le TNP et la Maison Jean Vilar s’associent pour présenter une exposition autour des notes de service de Jean Vilar. Photo © Christian Ganet.

Love / Alex. Zeldin / Théâtre des Célestins 12 au 15 novembre. Reporté.
Premier spectacle d’Alexander Zeldin présenté en France. Il met en lumière, avec intensité, la précarité dans laquelle vivent les plus démunis. En anglais surtitré en français. Itinéraires, un jour le monde changera / Y. Verburg / Théâtre des Célestins 17 et 18 novembre.

Ça ira(1) Fin de Louis / TNP 19 au 28 novembre
Création, mise en scène Joël Pommerat. Compagnie Louis Brouillard.  Pas de piques, de bonnets phrygiens ni de Bastille en feu dans cette fiction politique contemporaine. Le décor, une boîte vide et noire avec une table et quelques chaises, nous dit bien que tout est à (ré)inventer. En témoins actifs, nous assistons à l’événement qui a posé les jalons des idées et des valeurs de nos démocraties. Un temps d’effervescence, d’imagination et de doutes. La scène est un champ de bataille politique pour les représentants du clergé, de la noblesse et du tiers état. Pugnaces, ils débattent face à l’assemblée des spectateurs. L’invention du contrat social se rejoue dans les corps. Joël Pommerat, maître dans l’art de dessiner des trajectoires de personnages qui se heurtent à la société, s’intéresse ici à la société elle-même, présence invisible formée par les corps de tous. La Révolution se met en route, phénomène immense qui échappe à l’individu. Durée : 4 h 30 (avec deux courtes pauses).

La Mouette / A. Techkov / Théâtre des Célestins 25 nov au 3 décembre
Mise en scène Cyril Teste. Avec 8 comédiens. Une adaptation libre de la célèbre pièce La Mouette d’Anton Tchekov. Cette comédie dramatique explore avec justesse les tourments de l’amour et de la vocation artistique. Profondeur des êtres, émotions réelles, énergie brute et magie des présences. Photo Théâtre des Célestins © JPD.

The Music Man / Meredith Wilson / Opéra de Lyon / Théâtre de la Croix-Rousse 2 au 3 décembre
Comédie musicale participative. Meredith Wilson, Karine Locatelli, Jean Lacornerie, Opéra de Lyon. 130 professionnels et amateurs seront réunis pour raconter l’histoire d’une communauté qui veut construire un projet artistique… Une joyeuse utopie : danse, fanfare, spam, théâtre et choeurs.

King Size / Ch. Marthaler / Théâtre des Célestins 9 au 13 décembre
Un concentré de comédie loufoque, musicale et mélancolique. Mise en scène Christoph Marthaler avec 4 acteurs. Chansons, danses.

Stellaire / Théâtre de la Croix-Rousse 9 au 18 décembre
Un spectacle graphique très imaginatif. De Romain Germond et Jean-Baptiste Maillet. Un astrophysicien rencontre un peintre qui explore des mondes parallèles. Le public assise en direct à la fabrication des images grâce au dessin, à la peinture, à la musique et à la vidéo… Par les bricoleurs de génie de la compagnie Stereoptik.

Incertain Monsieur Tokbar / TNP 10 au 19 décembre
Ecriture,mise en scène Michel Laubu et Emili Hufnagel. Turak Théâtre. Monsieur Tokbar, ancien professeur d’histoire à la mémoire qui flanche, s’apprête à vivre une ultime mésaventure. Alors qu’il est en route pour la Turakie, sa motobylette tombe en panne. Loin de s’apitoyer sur son sort, le vieil homme se met en quête d’essence. Ou faudrait-il dire « en quête de sens » ? Ses souvenirs, gardés au frais dans des réfrigérateurs, surgissent, se télescopent et se prennent les pieds dans les pages de manuels d’histoire… C’est la première fois que le Turak Théâtre, fondé à Lyon en 1985 par Michel Laubu, et co-dirigé par Emili Hufnagel depuis une quinzaine d’années, est accueilli au TNP. Soucieux d’œuvrer pour un théâtre populaire, ses artisans s’amusent d’objets détournés, de mythologies anciennes ou imaginaires, de langages poétiques. À chaque spectacle, ils deviennent les inventeurs et les explorateurs de la Turakie, « un pays inconnu de tous mais qui peut exister dans l’imaginaire de chacun ». Cette dernière création, tendrement folle, est une invitation à se souvenir de ce qui n’a jamais été.

Fracasse / Théo. Gautier / Théâtre des Célestins 15 au 31 décembre
Le Capitaine Fracasse nous transporte au XVII°s. époque sombre et brutale. Mise en scène J-C. Hembert. Humour, truculence, héroïsme, éloquence et panache du célèbre roman de cape et d’épée. Un spectacle bouillonnant. Avec une douzaine d’acteurs.

Le Bourgeois Gentilhomme / Molière / Radiant-Bellevue du 26 au 30 décembre
De Molière. Mise en scène Jérôme Deschamps. Avec une douzaine d’acteurs. Des danseurs. Des chanteurs. Avec les Solistes et l’Académie des musiciens du Louvre
En partenariat avec le Jeune Orchestre de l’Abbaye et le CRR de Paris
.
Le créateur des Deschiens s’empare du Bourgeois gentilhomme. Accompagné par l’Académie des Musiciens du Louvre, il endosse les habits de Monsieur Jourdain et signe une comédie-ballet loufoque qui résonne comme un rêve. Le créateur des Deschiens s’empare du Bourgeois gentilhomme. Accompagné par l’Académie des Musiciens du Louvre, il endosse les habits de Monsieur Jourdain et signe une comédie-ballet loufoque qui résonne comme un rêve. Une formidable reprogrammation 2021 du Théâtre des Célestins, suite à l’annulation du spectacle en mai 2020, en raison de la crise sanitaire du COVID-19.

François, Le Saint Jongleur / G. Gallienne / Théâtre des Célestins 29 au 31 décembre
Texte de Dario Fo. Mise en scène Claude Mathieu (de la Comédie Française). Interprétation Guillaume Gallienne (de la Comédie Française). C’est l’histoire de Saint François d’Assise, vue par la plume politique et facétieuse de Dario Fo (prix Nobel de littérature en 97). Il dénonce avec sa verve et son ironie, toutes es formes de dogmatisme.

Janvier / Février

Le Fils / Théâtre de la Croix-Rousse 5 au 9 janvier
Une femme se laisse entraîner dans la radicalisation catholique… Glissement idéologique, aveuglement et conséquences désastreuses. L’actrice Emmanuelle Hiron, seule en scène traduit avec intelligence cette mère en souffrance.

Arlequin Poli par l’Amour / Marivaux / Théâtre des Célestins 5 au 16 janvier
Scénographie Thomas Jolly, avec 6 acteurs. En 1720 Maritaux rencontre les interprètes de la Comédie Italienne, d’où cette pièce pleine de fougue, de jeunesse de bêtise, de férocité, d’insolence et de maladresse. Un théâtre intelligent et festif.

Le Petit Prince Slam ! / Saint-Exupéry / Théâtre de la Croix-Rousse 12 au 15 janvier
Ce superbe texte de Saint-Exupéry est en version clamée et musicale. Une ode à la vie, à l’amour, à l’amitié, à l’enfance. La voix chaleureuse de Tomislav Fatpunk et le guitariste Tomislav Matosin.

Le Jeu des Ombres / TNP 14 au 29 janvier
De Valère Novarina, mise en scène Jean Bellorini. Orphée, c’est l’homme qui réenchante le monde, le transforme, l’émeut
et le déplace. Par son chant et sa lyre, il attendrit les bêtes féroces, fait danser les arbres et pleurer les rochers, détourne le cours des fleuves. Il est l’artiste qui déchire le voile des conventions, des valeurs, des dogmes, celui qui pousse à questionner, à remettre en cause, à croire et ne plus croire. Un doute qui le conduit à commettre l’irréparable… Poète amoureux des nuances infinies du Verbe, Valère Novarina retraverse ce mythe, à la demande de Jean Bellorini. Il imagine une communauté d’âmes en peine errant dans les Enfers, se souvenant de ce qu’a été la vie. Ces voix de damnés, insolentes et facétieuses, viennent réanimer l’espace vide. Les comédiens, musiciens et chanteurs réunis sur le plateau s’emparent de cette partition secrète. Morceaux d’humanité échoués, éclats de vie qui transpercent le vide, tous sont Orphée. Pour sa première création en tant que directeur du TNP, Jean Bellorini a réuni ses collaborateurs artistiques proches. Les comédiens et comédiennes ont tous été rencontrés au fil de ses aventures théâtrales. Thierry Thieû Niang orchestre la rencontre des corps, indispensable pour rendre compte de la dimension organique de l’écriture de Valère Novarina. Macha Makeïe a imaginé des costumes chargés de vies antérieures, qui donnent du faste à ces personnages de l’ombre. Gageons que ce spectacle, qui célèbre l’art comme trait d’union entre la vie et la mort, réchauffera nos cœurs.

Noire / Théâtre de la Croix-Rousse 19 au 22 janvier
Un roman graphique. En 1955, en pleine ségrégation une lycéenne noire américaine refuse de céder son siège dans le bus. Une comédienne et une dessinatrice racontent son histoire.

Vive le Marié / Théâtre Tête d’Or 21 janvier au 24 mars
Une pièce de Jean Marie Chevret. Mise en scène de Jeoffrey Bourdenet. Avec Annie Gregorio, Sylvie Flepp, Edouard Collin, Pasquale d’Inca, Aliocha Itovich, Olivier Pajot. Un jeune avocat parisien est sur le point de se marier, ce qui rend très fière sa famille artiste branchée bobo de gauche. Du côté de la belle-famille, charcutiers-traiteurs au Mans, l’ambiance est légèrement différente.Un week-end est donc organisé pour la rencontre officielle ! Une comédie sur le mariage, la famille et le choc des cultures.

Mes Adorées / Théâtre Tête d’Or 25 janvier
Ecrit et interprété par Edouard Collin. Mise en scène d’Izabelle Laporte. Derrière les apparences se dissimulent souvent des histoires complexes que l’on arrange et adoucit par pudeur. Un seul en scène intimiste où Edouard Colin y révèle avec humour et transparence les premières années de sa vie. Fort et émouvant ! Une interprétation magistrale pour cette leçon de courage et d’optimisme. On en ressort bouleversé…

Une costilla sobre la Mesa : Madre / Théâtre des Célestins 23 au 27 février
Avec Angelica Liddell et une vingtaine d’acteurs. Un spectacle coup de poing dans lequel la grande artiste espagnole déploie toute son exubérance. En espagnol, surtitré en français.

Sans Famille / H. Malot / Théâtre de la Croix-Rousse 2 au 5 février
Cané-Spectacle musical. D’après le célèbre roman d’Hector Malot, un subtil mélange de théâtre de cinéma et de musique. Un comédien et quatre musiciens pour chanter la liberté sur les chemins.

L’Hirondelle / Théâtre Tête d’Or 10 et 11 février
Une pièce de Guillem Clua. Mise en scène d’Anne Bouvier. Avec Carmen Maura, égérie mythique de Pedro Almodovar, Prix d’Interprétation Féminine au Festival de Cannes, et Grégori Baquet. Paul rencontre Maria professeur de musique et mère de Danny, l’ami de Paul. Ils ne se connaissaient apparemment pas mais souffrent d’une absence commune. Deux acteurs exceptionnels pour un face à face intense et bouleversant…

Égéries / Quatuor Debussy / Théâtre de la Croix-Rousse 23 et 24 février
Concert visuel. Quatre compositeurs de l’Europe de l’Est joués par le Quatuor Debussy. Borodine, Chostakovitch, Janacek, Gorecki. Et un artiste plasticien Primat. Des images en interaction avec les musiciens munis de capteurs. Le portrait numérique des femmes qui ont inspiré les compositeurs.


 Liens

Les liens ne sont pas sponsorisés

* Théâtre des Célestins – Tél. 04 72 77 40 00 – www.celestins-lyon.org

* TNP Villeurbanne – 04 78 03 30 00 – www.tnp-villeurbanne.com

* Théâtre Tête d’Or – Accueil 04 78 62 96 73  – www.theatretetedor.com

* Théâtre de la Croix-Rousse. Place Joannes Ambre 69004 Lyon –  Tél. 04 72 07 49 49 – www.croix-rousse.com

* Radiant-Bellevue-Caluire – Tél. 04 72 10 22 19 – www.radiant-bellevue.fr

* Les Ateliers – Tél. 04 78 37 46 30  – www.theatrelesateliers-lyon.com

* Les Subsistances- www.les-subs.com

* TNG Théâtre Nouvelle Génération – www.tng-lyon.fr