Site Web d'Informations Culturelles - 11ème année

MUSIQUE / OPÉRA / JAZZ

N°33 – Automne 2019  – Septembre – octobre – novembre – décembre
Voir aussi les chroniques de Patrick Favre-Tissot-Bonvoisin

Septembre / Octobre

Star Wars / Le Retour du Jedi / Auditorium du 11 au 14 septembre.
Ciné-concert. Célèbre film de George Lucas 1977. Musique de John Williams. Orchestre national de Lyon, direction par le spécialiste des ciné-concerts Ernst van Triel. L’ultime épisode de la trilogie originale de « Star Wars » entraine le public dans les étoiles. La brillante partition de John Williams est jouée en direct par l’orchestre. Un feu d’artifice orchestral encore plus passionnant avec images et son en « live » !

Festival d’Ambronay. Ambronay du 12 septembre au 6 octobre
Depuis 40 ans, le Festival d’Ambronay est reconnu pour ses fameux concerts de musique baroque. Mais ce sont aussi des concerts de musique du monde, des créations mêlant le baroque au jazz, au tango, à l’électro. Et aussi un festival dédié aux jeunes talents. Dans la convivialité et dans le décor somptueux de l’Abbatiale et de son parc. Cette année 35 concerts et une cinquantaine de rendez-vous gratuits. Et pendant 4 week-ends, pour une meilleur accessibilité au plus grand nombre.
* Week-end du 12 au 15 septembre. Concert anniversaire, Les Quatre Saisons. Les Musiciens de Saint-Julien. Les Grands Motets de Bach. Music of Thrones. Bach Vivaldi. Song Jobarteh (Gambie). Poetical Humors (duo).
* Week-en du 19 au 22 septembre. Amour et Bacchus. David et Salomon, Choeurs spatialisés. Trésors Ibériques. René Jacobs enchante Mozart. Musiques de la Méditerranée. Chansons de la Renaissance. Le chant d’Orphée.
* Week-end du 26 au 29 septembre. Eclats de Folie. Violon Virtuoso. Jules César de Handel. Les Ballades de Monsieur Brassens. L’Art du contre-ténor. Léonard de Vinci.
* Week-end du 3 au 6 octobre. Le Messie de Handel (Auditorium à Lyon). Battle baroque. Festival Eeemerging. Concert de clôture, Coro e orchestra Ghislieri.
Concert d’ouverture très réussi
40 ans et toujours innovant !

Présenter les « Quatre Saisons » en version arrangée jouée à la flûte pouvait sembler un pari risqué. Mais François Lazarevitch et ses musiciens ont proposé, avec bonheur une vision innovante de ces oeuvres, si connues du grand public. La flûte jouée en virtuose, donne une couleur et un relief nouveau aux Quatre saisons, ainsi qu’aux deux autres concertos « La tempesta di Mare » et « La notte ». La flûte nous fait mieux apprécier le côté nature des Quatre Saisons ». Pari gagné pour ce concert d’ouverture très réussi. JPD. Photo Bertrand Pichène.

Concert d’Ouverture / Auditorium les 26 et 28 sept.
Concert d’ouverture. Trois chef d’oeuvre du répertoire allemand. Richard Wagner, ouverture de « Tannhäuser ». Un graal absolu, une puissance conquérante. Richard Strauss « Quatre Derniers Lieder », ou l’embrasement du printemps, les frémissements de la nature. La spectaculaire « Une Vie de Héros ». Nikolaj Szeps-Znaider, direction et futur directeur musical de l’ONL à compter de septembre 2020 et Genia Kühmeier soprano. Photo. L’auditorium © ONL/DR.

Le Messie / Händel / Les Arts Florissants / Auditorium le 3 octobre
Une fresque grandiose, de la Nativité à la Passion du Christ, l’orchestre peint un décor éblouissant. Un ouvrage dirigé sur les plus grandes scènes du monde par William Christie. Les Arts Florissants, choeur et orchestre. Cinq chanteurs lyriques, interprètes confirmés. Cette académie est une pépinière de talents.

Guillaume Tell / Rossini / Opéra du 5 au 17 octobre
Opéra en 4 actes. Commande de l’Opéra de Paris à en Rossini 1829. Direction musicale Daniele Rustoni. Mise en scène Tobias Kratzer. Avec 9 chanteurs lyriques, orchestre et choeurs de l’Opéra de Lyon. L’oeuvre vibrant appel au droit des peuples à disposer d’eux mêmes, sur un maître-mot : liberté. L’oeuvre initiale qui dérange, sera mutilée, délocalisée. Aujourd’hui, c’est un manifeste long et galvanisant, mis en scène par Tobias Kratzer qui n’a pas peur de la durée : 4 heures ! Photo l’Opéra de jour. © Stofleth.

Brahms / Debussy / Auditorium les 10 et 12 octobre
Concert symphonique. « Siegfried » de Wagner. « Ariettes oubliées » de Debussy. « Symphonie n°1 » de Brahms. Orchestre national de Lyon. Karl-Heinz Steffens, direction. Siobhan Stagg, soprano. Réécoutons ces mélodies dans un nouvel habit orchestral signé Brett Dean, en compagnie d’un Wagner idyllique et d’un Brahms conquérant.

Grio et Cie Impérial / Opéra Underground
Un jazz étrange venu d’ailleurs / Opéra de Lyon 18 octobre

Voici un concert original. Avec les sonorités jazz qui rappellent les trompes, les polyrythmies et traditions d’Afrique Centrale, et parfaitement jouées par les 5 cuivres tonitruants de Grio. Damien Sabatier, saxophones baryton, alto, sopranino. Simon Girard, trombone. Fred Roudet, trompettes, bugle. Aymeric Avice, trompettes, bugle. Gérald Chevillon, saxophones basse, ténor, soprano. Ils étaient soutenus par la section rythmique de la Compagnie Impérial. Aki Rissanen, piano. Joachim Florent, basse, contrebasse. Antonin Leymarie, batterie. Remarqué, la qualité de l’écriture musicale et l’effet « Big Band », quand les 5 cuivres jouent ensemble au premier plan !

Festival Lumière Ciné-concerts / Auditorium les 19 et 20 octobre
Ciné-concerts. Pour redécouvrir en musique les classiques du cinéma muet dans toute leur splendeur.  La Roue d’Abel Gance. Un trésor du cinéma muet de sept heures diffusé en deux parties, projeté..Un trésor du cinéma muet de sept heures diffusé en deux parties, projeté dans les conditions de l’époque et accompagné en musique par l’Orchestre national de Lyon, dirigé par Frank Strobel. Mythique !Attention, les deux jours à 10h du matin.

La Roue / Abel Gance / Ciné-concert évènement en avant première mondiale
Superbe interprétation de l’Orchestre national de Lyon
Auditorium les 19 et 20 octobre

Ciné-concert. La Roue d’Abel Gance. Orchestre national de Lyon, Frank Strobel, direction. Coproduction Institut Lumière dans le cadre du Festival Lumière. Film muet en noir et blanc de 1923. C’est l’histoire tragique d’un brillant chef mécanicien. Il recueille et adopte une petite fille devenue orpheline dans le déraillement d’un train. Devenue grande, elle est presque amoureuse de celui qu’elle croit son frère. Mais elle doit épouser un riche ingénieur. Le chef-mécanicien amoureux aussi de la jeune fille, s’assombrit, boit et déchoit. Il est déclassé et envoyé conduire un petit train de montagne. Les deux jeunes gens découvrent leur amour réciproque. Et puis c’est le drame au pied du Mont-Blanc, entre le mari et le jeune homme…. L’Orchestre national de Lyon, a réussi, sur scène, la performance d’enchaîner brillamment et de façon parfaitement synchronisée les morceaux de la liste musicale initiale du film. Grandes parties symphoniques, et pièces de circonstances pour les séquences plus légères du film. Et de manière aussi fluide que si c’était une bande son originale d’un film. Musiques : Arthur Honnegger, J-R. Ducasse, Ch. M. Vidor, Jean Sibellius, Gabriel fauté, Vincent d’Indy, Georges Sporck, Jules Massenet, Gustave Charpentier, Gabriel Dupont, Claude Debussy, etc. Pendant les 6h53 du film et durant deux jours de suite. Un véritable évènement !
Le film original, seize mois de tournage. Tournages à Nice et à Chamonix Mont-Blanc. De vrais trains à vapeur et l’authentique Tramway du Mont-Blanc. Décor ferroviaire. Un remarquable casting d’acteurs. Une intrigue prenante. Un adroit découpage et montage d’Abel Gance qui met parfaitement en valeur les mouvements des roues et des bielles, la célèbre Pacific 231 (2 roues directrices+ 3 roues motrices+ 1 roue porteuse =231). Il sait faire vibrer les monstres d’acier de l’époque avec un rare souci des détails visuels. Les scènes dans le bistrot des cheminots sont exceptionnelles de réalisme. Par, une intrigue prenante, A. Gance, nous entraine, avec une poésie visuelle nouvelle pour l’époque, dans les méandres de l’âme humaine. Une grande fresque contemporaine.
5 ans de restauration pour un film de 7 heures ! La restauration de La Roue est l’oeuvre de Sophie Seydoux, présidente de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Un travail de longue haleine qui a duré 5 ans ! Elle a retrouvé des copies du film à la Cinémathèque Française; la Cinémathèque Suisse, à Prague aussi. Pour reconstituer le montage d’origine, la restauration de Bernd Thewes, s’est appuyée, de manière novatrice, sur la liste musicale établie pour la sortie du film en 1923. Elle comportait 117 morceaux de compositeurs contemporains. Des ambiances bleutées, ou sépia, des touches instantanées de rouge ou de jaune, ont été rajoutées, elles apportent un plaisir visuel et donnent du rythme à un film très long. Reconstitution du film, restauration de l’image, production de la musique : coût de la restauration I million €. Photo © Jean Luc Mege Photography.

Daniel Barenboim / Beethoven / Auditorium le 28 octobre
Récital. L’immense pianiste argentin-israélien, nous invite avec les sonates de son compositeur favori, à une expérience profondément humaine. Tout en oeuvrant par ailleurs pour la paix entre Israéliens et Palestiniens.

Mozart / Haydn / Giovanni Radivo / Auditorium le 31 octobre
Concert symphonique. Un concert viennois. Haydn, « « Concerto pour violon ». Mozart « Une petite musique de nuit ». Alfred Schnittke. Et Mozart « Symphonie n°40 ». Orchestre national de Lyon. Giovanni Radio, violon solo et direction.

Opéra Underground, musiques du monde, jazz,
ethio-jazz, afrofunk, blues malgache, jazz antillais

Quelques concerts du soir dans l’amphi de l’Opéra.
* Opéra-tion Martel. 21 septembre de 20h à minuit.
* Spécial 15 ans Underdog Records Tribeqa / The Bongo Hop / Dowdelin
* Grio et Compagnie Impérial polytyhmies et jazz libertaire 18 octobre
* Stephane Wrembel Solo. Django l’impressionniste 19 octobre.
* Louis Sclavis Trio. Asian Fields Variations. 26 octobre.
* Black Flower. Ethio-jazz belge. 30 novembre
* Max Cilla Quintet. Jazz Racines des Mornes. Jazz et traditions antillaises.
Photo Louis Sclavis © Jean-Baptiste Millot.

Novembre / Décembre

Herbie Hancock / 79 ans et un tonus exceptionnel !
Auditorium le 2 novembre

Jazz. En coproduction avec Jazz à Vienne. Herbie Hancock est un des grands maîtres du piano jazz. Enfant prodige, il a commencé en 1951, comme soliste du Chicago Symphony Orchestra, jouant du Mozart et du Bach. Puis il se produit dans les clubs de jazz. Virtuose, il a joué ensuite avec tous les grands de l’époque. Coleman Hawkins, Donald Byrd, Oscar Peterson, Miles Davis etc… Il a composé des musiques de films. Son quintet actuel. Herbie Hancock, piano, orgue Fender Rhodes et guitare à clavier. Elena Pinderhughes, brillante à la flûte et chant. James Genus, basse. Lionel Loueke, le Béninois, guitare et chant. Justin Tyson, batterie. H. Hancock est bouddhiste. Mais sur scène il est loin d’être zen ! Ils ont enchaîné non stop pendant deux heures, non stop, du jazz, du rock, de la punk et de la soul ! Multipliant, avec bonheur, les effets, les distorsions, les harmoniques cristallines, les grondements de basses. Le final, Herbie Hancock, seul à l’avant scène avec sa guitare à clavier en bandoulière, jouant à un rythme d’enfer, et tout le public debout, fût un moment d’anthologie ! JPD. Photo Herbie Hancock © Douglas Kirland.

Ernani / Verdi / Auditorium le 6 novembre
Opéra en quatre actes de Verdi de 1844. Livret d’après Hernani de Victor Hugo. Direction musicale Daniele Rustoni. Orchestre, Studio et Choeurs de l’Opéra de Lyon. Avec un quatuor vocal singulier : ténor, baryton, basse profonde et soprano. Une oeuvre mal connue. Un jeune roi plein de désirs devient Empereur. Tout le romantisme échevelé et passionnel. Des caractères singuliers et des égos forts. Un drame intimiste et d’une très grande intensité. Durée 2h30. Photo © Sylvain Ressicaud.

Les Grands Concerts
Chapelle de la Trinité
* Concert pour la Piéta / Vivaldi / 20 novembre. Ensemble Matheus – Jean-Christophe Spinosi violon et direction
* Messe en si mineur de Bach / 23 novembre. Ensemble Vox Luminis – Lionel Meunier direction
* Musique Sacrée pour la Cité des Doges / 8 décembre. Ensemble Céladon – Paulin Bündgen contre-ténor et direction artistique
* Les Arts Florissans / Charpentier / 20 décembre. Ensemble Marguerite Louise – Gaétan Jarry direction
* Violon, violoncelle et piano / Salle Molière / 19 décembre.
Beethoven, Fauré, Mendelssohn. Trio Messiaen
* Mariage et Noël russes / Chœur de la Société / 20 décembre. Philharmonique de Saint-Petersbourg – Yulia Khutoretskaya direction. Photo LA Chapelle de la Trinité © Sébastien Bocos.

Tchaïkovski / Rachmaninov / Auditorium les 7 et 9 novembre
Concert symphonique. Strauss « Don Juan », Tchaïkovski « Concerto pour violon » Rachmaninov « Danses symphoniques ». Le charme et la passion, la vie et la mort à l’allemande et à la russe. Vadim Guzman jouera le concerto de Tchaïkovski sur le violon qui a fait découvrir l’oeuvre.

Quatuor Debussy / Rostropovitch / Mur de Berlin
Théâtre de la Croix-Rousse le 9 novembre
Tout le monde a été surpris par la chute soudaine du mur de Berlin. Mikhaïl Gorbatchev n’avait rien vu venir. Pas plus que Mstislav Rostropovitch, qui était à Paris ce jour là. Il prit aussitôt l’avion. Et donna le 11 novembre, un récital mémorable, assis sur une simple chaise de fer, au pied du mur de Berlin. La chute du mur à 30 ans aujourd’hui. Et ce soir le Théâtre de la Croix-Rousse a invité le Quatuor Debussy, à venir donner un concert en hommage au courageux violoncelliste Russe. Emouvante soirée. Sur l’écran sont projetées des photos anciennes et des extraits de films de Rostropovitch et aussi de la foule, le jour de la chute du mur. Puis on voit sur l’écran des images d’archives, l’artiste avec ses amis A. Rubinstein, Benjamin Britten, Sergueï Prokofiev, Dimitri Chostakovitch, et même Maurice Baquet. Il apparait comme un homme chaleureux et bon vivant. Simultanément les musiciens du Quatuor Debussy jouent sur scène, des morceaux des compositeurs ci-dessus. Rappelons que le Quatuor Debussy, issu du CNSMD de Lyon, est né à la Croix-Rousse. Christophe Colette et Marc Vieillefon, violons. Vincent Deprecq alto et Cédric Conchon, violoncelle, lui font un vibrant hommage. Très apprécié, devant une salle archipleine. JPD.

L’Enfant et les Sortilèges / Ravel / Opéra du 14 au 19 novembre
Fantaisie lyrique de Maurice Ravel 1925. Direction musicale Titus Engel. Solistes du Studio de l’Opéra de Lyon. Orchestre et Choeurs de l’Opéra de Lyon. Considérée à juste titre comme l’opéra par excellence pour les enfants, mais aussi une authentique merveille pour les mélomanes. Dans cette féerie musicale, le compositeur démontre l’ampleur de son génie orchestral, son goût pour le fantastique et la précision de son orchestration. Avec des effets spéciaux, des images numériques s’animent comme par magie. Des voix délicates et des sons singuliers luxuriants et une riche gamme de sonorités. Photo Opéra de Lyon, L’Enfant et les Sortilèges © Jean-Pierre Maurin.

Midori & Jean-Yves Thibaudet / Auditorium le 17 novembre
Récital. Schuman, Gabriel fauté, Cl. Debussy, Georges Enesco. Miroir, violon et Jean-Yves Thibaudet, piano. Deux globe-trotters de la musique posent leurs valises à l’Auditorium pour un programme éclectique.

Bobby McFerrin and Special Guests / Auditorium le 18 novembre
Jazz. En co-production avec Jazz à Vienne. Bobby McFerrin, voix. Gil Goldstein, direction musicale, arrangeur, claviers, accordéon. Jeff Carney, basse. Louis Cato, batterie. Silhouette fragile au milieu de ses musiciens il chante et vocalise. Jouant avec bonheur de son incroyable palette vocale. Il chante souvent « a cappella ». Il utilise beaucoup plus l’aigu, pour les « scats » que la plupart des chanteurs de jazz hommes. Et c’est ce qui fait son originalité et son talent. Il chante cool, soul, latino, country, gospel, swing. Alternant rythmes, mélodies, standards du jazz et improvisations. Parfaitement accompagné par ses trois excellents musiciens. Belle soirée, salle complète, public heureux. Le jazz a définitivement pris ses marques à l’Auditorium. Photo Bobby Mc Ferrin © Carol Friedman.

 

​Musique baroque / Le Concert de l’Hostel Dieu
Lyon est une place forte de la scène baroque et Le Concert de l’Hostel Dieu en est un acteur majeur. Il défend l’originalité et la spécificité d’un répertoire valorisant les manuscrits baroques, et les partitions inédites conservés en Auvergne-Rhône-Alpes. Il provoque des rencontre esthétiques baroques avec des cultures et des artistes d’horizons divers, ce qui donne un attrait nouveau à ces musiques anciennes. Il se produit dans les capitales européennes et mondiales, dans les festivals internationaux et aussi dans la région. Voici les prochains concerts dans la métropole lyonnaise. Photo Franck Emmanuel Comte, directeur musical du Concert de l’Hostel Dieu © Jean Combier.
* La Donna Baroca / Musée des Tisssus les 15 et 16 octobre
Autour des compositrices baroques italiennes
* Vivaldi Reloaded / Théâtre Théo Argence Saint Priest 28 novembre
* Vivaldi Reloaded /L’Atrium Tassin la Demi-Lune 29 novembre
La modernité des oeuvres de Vivaldi éclairées par les créations contemporaines de Reich, Rasmussen, Berio,…
* Un Noël anglais / Chapelle Saint-Marc / 15 et 17 décembre
De la Renaissance au XXe siècle, plongez dans la magie du temps de Noël avec un concert a cappella éclairé à la bougie en compagnie de Byrd, Britten, Purcell et bien d’autres encore !

Ton Koopman / Baroque / Auditorium les 27 et 28 novembre
Concert symphonique et baroque. Trois concertos qui rappellent que la mandoline a été prisée par les nobles italiens au XVIII° siècle. J-Ph. Rameau. A. Vivaldi. G. Paisiello.J. Haydn. Orchestre national de Lyon. Ton Koopman, direction. Avi Avital, mandoline.

Trio Guarneri / Haydn, Chostakovitch / Brahms / Salle Molière 27 novembre
Trio Guarneri, trio avec piano. Joseph Haydn: Trio en sol majeur Hob. XV: 25. Dimitri Chostakovitch: Trio n°2 en mi mineur Op. 67. Johannes Brahms: Trio en si majeur op. 8. Fortissimo Musiques. Trio Guarnieri de Prague Ivan Klànsky piano, Cenek Pavlik violon, Marek Jerie Violoncelle photo © DR.

La fougue incroyable d’Angélique Kidjo
Auditorium le 2 décembre

Musique du monde. Coproduction Jazz à Vienne. La Béninoise Angélique Kidjo est certainement la voix la plus emblématique d’Afrique. Elle a reçu trois Grammy Awards, un Crystal Award. Pour sa défense des Droits de l’Homme elle a été primée par Amnesty International et elle est ambassadrice de l’Unicef et d’Oxfam. Sept musiciens, guitare, percussions, claviers, basse, batterie, trompette et saxophone. Angélique Kidjo entre sur scène en se déhanchant, magnifique robe longue rose imprimée, turban africain assorti sur la tête. Elle nous chante de sa voix percussive, en français, en espagnols, en « fon » et « yorouba », les autres langues nationales du Bénin. Elle rend hommage à la grande chanteuse de salsa : Celia Cruz. Son style est un mélange de salsa, d’afrobeat, de jazz, de punk…Elle chante, danse, bouge, ne tient pas en place, interpelle le public, passe dans les rangs des spectateurs. Elle déploie une énergie incroyable, et une fougue communicative. Dans la salle, tout le monde est debout, claque dans les mains, bat la mesure. Folle ambiance ! JPD. Photo Angélique Kidjo © Victor Diop.

GARRICK OHLSSON / SALLE MOLIÈRE le 4 décembre
Récital de piano.Garrick Ohlsson est un pianiste américain de renommée mondiale. Il est le premier américain à remporter le fameux concours international de piano Frédéric Chopin à Varsovie, ainsi que d’autres prix. Il a enregistré de nombreux CD.Brahms, « Rhapsodies, Fantaisies et Variations sur un thème de Paganini ». Chopin « Scherzo, Nocturne, Mazurkas, Ballade ». Piano à Lyon

Mathias Lévy / Revisting Grappelli / Iris Francheville 5 décembre
Jazz. Un original trio à cordes peu habituel en jazz. Mathias Lévy, au violon. Sébastien Giniaux à la guitare et au violoncelle et Philippe Viret à la contrebasse. Du jazz et aussi de l’improvisation en alternance violon, violoncelle et contrebasse. Presque de la musique de chambre pour une soirée de jazz éclectique de qualité. Ainsi démarre la saison 5 de « ça Jazz Fort » à Francheville.

L’Enfance du Christ / Berlioz / Auditorium le 7 décembre
Concert symphonique. « L’Enfance du Christ » de Berlioz. Un magnifique plateau de chanteurs nous emporte vers la douceur de Noël.
Orchestre national de Lyon. Speranza Scappucci, direction. Spirito / Jeune Choeur Symphonique. Et six chanteurs lyriques. Tendre et lumineux.

Martha Argerich / Auditorium le 8 décembre
Concert symphonique. Mozart « Symphonie N° 32 ». Béla Bartok « Divertimento pour cordes ». Beethoven « Concerto pour piano N°1 ». Orchestre de Chambre Franz-Liszt de Budapest. Gabor Tabacs-Nagy, direction. Martha Argerich, piano. Virtuosité unique, toucher inouï, sonorités improbables, pour cette pianiste légendaire.

Orchestre Philharmonique de Radio France / Auditorium le 12 décembre
Concert symphonique. De la musique de chambre au grand orchestre, un format de concert inédit. Beethoven « Sonate pour violon », Haydn, « Concerto pour violoncelle n°2 » Schuman « Symphonie n°2 ». Philippe Herreweghe, direction. Steven Isserlis, violoncelle. Connie Shih, piano.

The Pajama Game / Théâtre de la Renaissance du 12 au 14 décembre et Théâtre de la Croix-Rousse du 18 au 29 décembre
Comédie musicale 1954. Livret de Georges Abott et Richard Bissell. Musique et chansons de Richard Adler et Jerry Ross. « The Pajama Game », une comédie musicale qui fût un grand succès à Broadway en 1954. Plus de 1000 représentations ! C’est l’histoire d’une manufacture de pyjamas. Comique de situations, galerie de portraits. Direction musicale et percussions Gérard Lecointe. Mise en scène Jean Lacornerie et Raphäl Cottin.

Claire Marie Le Guay & François Salque, / Schubert /Schumann / Brahms / Salle Molière 17 décembre
Claire Marie Le Guay, piano & François Salque, violoncelle. Franz Schubert : Sonate en la mineur pour violoncelle et piano, D 821 «Arpeggione». Robert Schumann : Fantasiestucke Op.73. Johannes Brahms: Sonate pour violoncelle et piano no 2 en fa majeur opus 99. Fortissimo Musiques. Photo Claire Marie Le Guay © C. Bellaiche.

Charlie Chaplin /  L’Opinion publique / Auditorium le 18 décembre
Ciné-concert. Charlie Chaplin, « L’Opinion publique » 1923. Musique de Charlie Chaplin, restaurée et dirigée par Timothy Brock, spécialiste des musiques de films. Orchestre national de Lyon. Paradoxe : un Chaplin sans Charlot. Un drame amoureux ambitieux qui sera une réussite artistique totale acclamée au débutera les spectateurs et la critique, puis oublié. Un grand film injustement méconnu.

NELSON FREIRE / SALLE MOLIÉRE le 18 décembre
Récital de piano. Un pianiste classique brésilien, il joue et est connu dans le monde entier. Son jeu est subtil, il a une sonorité inimitable. Très à l’aise techniquement. Il a commencé à enregistrer tardivement, mais il déjà de beaux CD à son actif. Beethoven « Sonate », Brahms « Ballades » Fauré « Nocturne », Poulenc « Trois mouvements », Wagner/liszt  » La mort d’Isolde » et Liszt « Rhapsodie hongroise ». Piano à Lyon.

Le Roi Carotte / Offenbach / Opéra du 13 au 31 décembre et 1er janvier
Opéra-bouffe-féerie en 3 actes de J. Offenbach 1872. Livret Victorien Sardou. Direction musicale Adrien Perruchon. Mise en scène Laurent Pelly. Avec 8 chanteurs lyriques. Orchestre, Choeurs et Studio de l’Opéra de Lyon. Une reprise prometteuse de 2015. Du fantastique au comique et au merveilleux, avec un recherche de la virtuosité musicale, vocale et de toutes les facettes musicales d’Offenbach. Une succession de saynètes sur les décors de Chantal Thomas au palais du Roi Carotte. Photo Opéra de Lyon. Le Roi Carotte © Stofleth.

Piano Furioso / Gilles Ramade / Radiant le 20 décembre
Récital. « Opus 2 ». L’artiste baroudeur Gilles Ramade, nous plonge dans un one-man show déluré et hilarant, mené de main de maître par un pianiste aguerri. De Mozart à Ray Charles. Classique et jazz.

Disney en concert / Silly Symphony Celeration / Auditorium les 21 et 22 décembre
Les « Silly Symphony » remontent l’histoire de l’animation au rythme des chefs d’oeuvres de Walt Disney accompagnés en direct par l’Orchestre national de Lyon. Soixante quinze petits films virent le jour entre 1929 et 1939. En voici sept, maintes fois récompensés. Présentés pour la première en France en ciné-concert.

Concerts du Nouvel An / Offenbach en fête
Auditorium du 29 décembre au 1er janvier

Concert symphonique. Jacques Offenbach, airs, ensembles et morceaux orchestraux, extraits d’opérettes et opéra-bouffes. Offenbach, c’est l’essence des folies, de la légèreté qui frise la frivolité, l’aristocratie, les mondains, les demi-mondaines et aussi le peuple. L’Auditorium passe à l’heure de la Vie Parisienne, au moment de passer la nouvelle année. Orchestre national de Lyon. Andrea Molino, direction. Véronique Gens, et Maesha Brueggergosman, sopranos.


Infos & Liens

* L’Auditorium. Résidence permanente de l’Orchestre national de Lyon. Concerts symphoniques.  Orchestres invités. Récitals des Grands Interprètes. Concerts d’orgue. Concerts Expresso le vendredi à midi. Ciné-concerts, grands films célèbres. Jazz, rock et chansons françaises. Jazz, concerts en partenariat avec le festival Jazz à Vienne. Jeune public, concerts pour enfants. Maison de la musique, concerts participatifs, , week-ends en musique, conférences. Orchestre Démos. Etc. www.auditorium-lyon.com

*Opéra national de Lyon. Opéras, Concerts. Récitals. Danse avec le Ballet de l’Opéra de Lyon et compagnies invitées. L’Amphithéâtre de l’Opéra. Avec les grands noms de la scène européenne du jazz. Une sélection éclectique. Une fois par mois les artistes viennent en résidence les jeudi, vendredi et samedi. Tél. 0826 305 325 – www.opera-lyon.com

* Concert de l’Hostel-Dieu. Différents lieux culturels de Lyon et la région. Musiques anciennes, baroques, avec artistes lyriques ou de théâtre. www.concert-hosteldieu.com

* Festival d’Ambronay www.festival.ambronay.org

* Fortissimo Musiques. Salle Molière. Récitals de grands interprètes ou de petites formations classique. Piano, violon, violoncelle. www.fortissimo-musiques.com

* Les Grands Concerts. Chapelle de la Trinité et salle Molière. Musiques baroques, romantiques, de chambre, du monde. www.les grandsconcerts.com  

* Spirito. Nouveaux répertoires, création et diffusion d’oeuvres nouvelles ou méconnues. Dimension symphonique du choeur. Créativité audio et visuelle. www.spirito.co

* Le Hot Club de Lyon. Du jazz new-orleans au jazz contemporain, dans une cave voutée et mythique, comme à Saint-Germain-des-Prés. 26 rue Lanterne 69001 Lyon Concerts du mardi au samedi 21h30/22h.. T. 04 78 39 54 74 – www.hotclubjazzlyon.com/

* La Clef de Voûte 1 place Chardonnet 69001 Lyon. Du mercredi au samedi 21h30, le dimanche 18h. www.laclefdevoute.fr

* Le Périscope Concerts Jazz & Musiques Improvisées| Débats & conférences, 13 rue Delandine 69002 Lyon. www.periscope-lyon.com

* Le second Souffle Restaurant et jazz 5 rue neuve 69001 Lyon . www.second-souffle-restaurant.fr

* Bemol 5 – Jazz, bar et food – 1, rue de la Baleine 69005 Lyon 09 67 34 55 01 – www.bemol5-jazz.com

* Festival Jazz à Vienne. Le plus important festival de jazz d’été de France. Dans l’immense amphithéâtre romain de Vienne. Toutes les formations, chanteurs et solistes du jazz actuel y passent ou y sont passés. www.jazzavienne.com

* Festival Les Nuits de Fourvière. Quelques concerts de jazz pendant le festival.  www.nuitsdefourviere.com

* Jazz-Rhone-Alpes.com.  Ce site internet traite du jazz en Rhône-Alpes avec programmes et compte rendus et publie une newsletter hebdomadaire tous les lundis matin.  www.jazz-rhone-alpes.com

Les liens cités ne sont pas sponsorisés. Ils ne sauraient engager la responsabilité de Lyon-Newsletter.com