Site Web d'Informations Culturelles - 11ème année

NUITS DE FOURVIERE / JAZZ A VIENNE

N°32 Eté 2019

 

Les Nuits de Fourvière 1er juin / 30 juillet

60 jours, 5 créations, 8 coproductions, 9 premières françaises. 53 spectacles de théâtre, danse, musique, opéra, cirque, world, jazz, musiques du monde et chansons françaises. 131 représentations ! Photos © Loll Willems et © Paul Bourdrel.

* Le Livre de la Jungle. Mise en scène Robert Wilson. Cocorosie. Grand Théâtre 1er au 3 juin. L’ édition 2019 s’ouvrira avec la première française du Livre de la Jungle (Jungle Book) d’après Rudyard Kipling, mise en scène de Robert Wilson avec la musique de CocoRosie.

L’Orestie / Eschile / Odéon 5 au 9 juin
D’après Eschyle. Mise en scène Georges Lavaudant. Avec une dizaine d’acteurs. Une scène toute blanche. Un mur, façon marbre, devant lequel les acteurs jouent et déclament, comme au théâtre grec. Des acteurs sont pour la plupart en costumes actuels. Un petit théâtre romain, idéal pour cette pièce. Toutes les conditions sont réunies pour jouer, presque à l’identique, la pièce 2500 ans après. Dans cette trilogie de trois pièces : Agamemnon, Les Choéphores, Les Euménides, les personnages sont à la fois victimes et coupables. Le meurtre d’Agamemnon est sanglant ! Une mise en scène superbe. Une belle manière de réviser ses classiques. A voir. JPD

* Requiem de Mozart par Yoann Bourgeois. Grand Théâtre 10 et 11 juin. Génial !
Création. Coproduction Les Nuits de Fourvière. Musique Mozart, extraits du Requiem. Mise en scène et chorégraphie Yoann Bourgeois (il dirige le Centre chorégraphique national de Grenoble). Direction musicale Laurence Equilbey. Avec 8 danseurs, 4 chanteurs lyriques, 22 choristes et les musiciens d’Accentus ou d’Insula Orchestra en alternance. Sur la scène, tout est totalement noir. On devine une immense rampe noire incurvée d’au moins 8 mètres de haut. Plus haut des escaliers, un balcon, et les cintres. En bas un plateau tournant, noir, avec des trappes. Tout cela est mystérieux et un peu impressionnant. La musique de Mozart et les chants amplifient l’émotion. Les danseurs tombent des cintres, glissant sur la rampe jusqu’aux trappes où ils disparaissent. Les choeurs et solistes vont et viennent sur scène. Le plateau se met à tourner, lentement puis de plus en plus vite. Les danseurs marchent, puis patinent comme des cosmonautes en apesanteur dans la force centrifuge. L’intensité dramatique est renforcée par la grandiose musique de Mozart et va crescendo jusqu’au final, quand danseurs et chanteurs se mêlent sur le plateau. Génial ! Le public applaudit, rappels et « standing ovation ». JPD.

* Bireli Lagrène Trio Sarah LenKa. Odéon le 12 juin.
Cette fois, c’est en trio avec Chris Minh Doky et Mino Cinelu (Weather Report, Miles Davis…) qu’il part en exploration, revisitant standards de jazz ou brésiliens en jouant à tout instant la carte de la musicalité et du phrasé sensuel. Swing, groove, justesse : ce Storyteller promet de porter l’art du récit à son sommet.

* Les Plutériens. Théâtre de la Renaissance. Oullins du 13 au 15 juin.
Création et coproduction. De Charles Pennequin. Musique Arfi. Mise en scène Guillaume Baillart. Choeurs Spirito. Le livret d’une aventure intersidérale pour deux chanteurs (un homme et une femme), un ordinateur quantique, un chœur de femmes (Spirito), et la fantasque Marmite infernale (ARFI).

* Cirque Eloize. Hôtel Grand Théâtre du 17 au 22 juin.
Décor d’un hôtel « Art Déco ». Le spectacle célébrant le 25° anniversaire du Cirque Eloize vient pour la première fois fouler le sol du Grand théâtre.

* Natalia Osipova. Pure Dance. Grand Théâtre 14 juin.
Un programme en six temps permettra de découvrir la danseuse étoile du Royal Ballet de Londres. Passée par le Bolchoï et l’American Ballet Theatre. Toutes les facettes de l’art et l’impeccable style d’une danseuse étoile.

* L’Orestie. Odéon du 5 au 8 juin.
D’après l’auteur grec Eschyle. Georges Lavaudant adapte L’Orestie en extérieur à l’Odéon. Le théâtre grec ne rivalise pas avec les journaux ou la télévision. Il est tout à la fois poésie, philosophie, histoire, fiction, rêve, prédication, et leçon de morale.

* Les Chiens de Navarre. Radiant-Bellevue du 22 au 26 juin.
Une création « hors les murs » de Jean-Christophe Meurisse. La tendresse écorchée et corrosive de la vie de famille. Une société intime, étrange et violente à la fois.


* L’absence de Père. ENSATT du 26 au 29 juin
D’après Platonov de Tchekhov. Mise en scène Lorraine de Sagazan. Tout le monde ne peut pas être orphelin. La pièce pose la problématique de l’absence du père. Sur son de fractures sociales.

* Théâtre équestre Zingaro, Ex Anima. Exceptionnel !
Parc de Parilly – Bron. Du 14 juin au 24 juillet.
Un chapiteau étrange, tout noir à 4 clochetons, évoque un ailleurs lointain. A l’intérieur c’est le noir total. Sur une estrade 4 musiciens jouent une musique évoquant les confins de l’Asie Centrale et de la Chine. L’impression est renforcée par les très discrets, presque invisibles, assistants vêtus de longues robes noires et de petit calots chinois. Les numéros se succèdent, dans une pénombre trouée d’éclats de lumière. Au début ce sont des chevaux sauvages dans la forêt, on entend leur souffle et le chant des oiseaux. Puis  deux chevaux blancs, fins et racés, caracolent en une superbe parade amoureuse. Un cheval de trait tire tout seul une herse. Un autre fait un débardage. Un cheval est descendu par un câble dans la mine. Des chevaux de guerre munis de masques à gaz passent. D’autres tournent impeccables les uns derrière les autres. Etc… Mais à aucun moment les chevaux ne sont montés. Ils évoluent seuls, agissent librement, circulent, font leurs numéros et disparaissent d’eux même, comme par enchantement… C’est le résultat d’un dressage exceptionnel. Un spectacle unique qui montre parfaitement la complicité de l’homme et du cheval. Une mention toute particulière aussi pour les 4 musiciens : flûtes, percussion, shakuhachi et guimbarde et leur superbe musique envoûtante. JPD.

* Lexicon / NoFit State Circus. Parc de Lacroix-Laval du 28 juin au 14 juillet.
Le joyeux cirque Lexicon par les acrobates gallois du NoFit State Circus. Un chapiteau, un gradin, une piste. des bureaux-tamponneurs s’entrechoquent sur de la musique « live ». Entre énergie joyeuse et douce nostalgie. Acrobatie, artisanat mécanique, etc.

* Nuit Soul Don Bryant & the Bo-Keys • Mavis Staples • J.P. Bimeni & the BLack Belts. Grand Théâtre le 6 juillet.
Deux mythes qui feront résonner haut et fort le chant de l’âme américaine. J-P Bimini offre un soul puissant et cathartique.

* Patrick Watson / ONL / Les Nuits de Fourvière / Théâtre Antique le 8 juin.
Soirée de charme et de rêve
Le Grand Théâtre antique était complet pour cette chaude soirée d’été. Le Canadien Patrick Watson, n’est plus un inconnu. Ses chansons sont utilisées dans les films et séries tv. Sur la scène 56 musiciens de l’Orchestre national de Lyon, le pianiste et chanteur Patrick Watson, son groupe, deux guitares, une batterie et dix choristes. Les chansons de Patrick Watson sont poétiques et planantes, en un mélange unique de pop, de rock, associées à la musique classique de l’ONL. Il nous fait penser à Rufus Wainwright, Jeff Buckley, voire Elton John quand il joue et chante avec un orchestre symphonique. Les cuivres de l’ONL, viennent sur le devant de la scène, Patrick Watson, prend un haut -parleur, monte dans les gradins… De l’imprévu, de la fantaisie. Une ambiance de charme et de rêve, dans un style unique et inclassable, mais tellement séduisant ! Le public a apprécié : standing ovation ! JPD.

* Ibrahim Maalouf invite Haïdouti Orkestar. Grand Théâtre le 11 juillet.
Chaque thème, chaque mélodie, devient un hymne, un hymne aux déplacés, un hymne au temps, un hymne aux espaces “mouvants” et un hymne aux hommes qui se doivent de s’aimer malgré leurs différences. Avec des musiciens venant d’un peu partout : Europe de l’Est, Afrique du Nord, Andalousie, Moyen-Orient.

* Youssou N’Dour • Blick Bassy. Grand Théâtre le 20 juillet.
Il revient aux Nuits, dans le sillage d’un nouvel album « History ». Black Bissy devient l’une des voix majeures du continent africain.

* Nuit Cubaine Omara Portuondo • Orquesta Akokan. Grand Théâtre le 26 juillet.
« Ultimo Beso » d’Omara Portuondo, avec le pianiste surdoué Roberto Fonseca et son Quartet. Du côté de Cuba, l’Orquesta Akokan fera résonner sa musique soul, funk, et blues. Le renouveau de l’afro-latino.

* Dhafer Youssef • Richard Bona. Grand Théâtre le 27 juillet.
Dahfer Youssef est un compositeur tunisien qui joue du oud ( une sorte de luth). Il porte loin les soufies et le lyrisme arabe. Richard Bona, guitariste virtuose présente son flamenco project « Bona de la Frontera ».

* Loreena Mckennitt. Grand Théâtre le 29 juillet.
La chanteuse canadienne excelle dans les chansons et ballades celtes, pop et rock. Répertoire traditionnel et ouverture aux musiques de tous les horizons.

Les Salons de musique des Nuits. Salle Molière du 23 juin au 11 juillet.
Quelques moments précieux rassemblés (Mélissa Laveaux, Raul Barboza, Chango Spasiuk Quartet, David Munnelly, Félicien Brut, Quatuor Herm s & Edouard Macarez), un hommage au label Nø Førmat! qui fêtera ses quinze ans lors d’une soirée orchestrée par Vincent Segal. Etc.

Grand concerts
Aux côtés des grands concerts de l’été mêlant jeunes pousses Clara Luciani, Eddy de Pretto et légendes vivantes Sting. Grand Théâtre 17 juillet. Magma, rock, jazz Grand Théâtre 2 juillet. Midnight Oil. Grand Théâtre 9 juillet. Tears For Fears. Pop. Grand Théâtre 18 juillet. Roger Hogson Grand Théâtre 22 juillet.
Une jolie poignée de propositions avec orchestres dont Je garde le chien… et l’orchestre de Claire Diterzi avec l’Orchestre du Conservatoire à Rayonnement Régional ; la pop solaire d’Arthur H avec l’Orchestre d’Harmonie de Bordeaux ; Vinicio Capossela accompagné de l’Orchestre de l’Opéra de Lyon et Patrick Watson avec l’Orchestre national de Lyon. Pop, rock . Grand Théâtre 8 juillet.

* Rock, pop, international, chansons françaises. Nous ne donnons, dans cet extrait du programme, que les les spectacles correspondants à nos rubriques habituelles. Pour en savoir plus merci de connecter le site des Nuits de Fourvière : www.nuitsdefourviere.com

 


 

Jazz à Vienne 28 juin / 13 juillet

 

15 jours, 250 concerts, 1 000 artistes au Théâtre Antique, sur la scène de Cybèle, au Club de Minuit, au JazzMix., etc.
Jazz à Vienne propose une programmation jazz, mais avec des surprises avec des créations et des projets spéciaux qu’on ne verra que sur le festival ! En un mot l’histoire et l’avenir du jazz, la nouvelle génération et des soirées thématiques. Bref la tendance actuelle du jazz : un jazz toujours plus ouvert qui n’a pas peur de se métisser !

 

Principaux artistes et formations. Ben Harper, Bobby McFerrin, Diana Krall, Parov Stelar, Chick Corea, Hocus Pocus, Snarky Puppy, Tom Misch, John Zorn, Neneh Cherry, Chucho Valdés, Kassav, Manu Dibango, Chilly Gonzales, Ibeyi, Charlie Winston, Gogo Penguin, Fatoumata Diawara, Thomas Dutronc, Calyspo Rose, Camille, Sandra Nkaké… et bien d’autres ! Voici quelques extraits du programme des soirées du théâtre antique.
Trois photos. Magie du coucher de soleil et de la nuit sur la ville et le Rhône © Pierre Corvaisier.

Les concerts au Théâtre Antique

* « Up Above my Head » Camille, Sandra Nkaké et Raphaël Lemonnier feat Raphaël Imbert.
Michelle David & The Gospel Sessions. Théâtre antique 28 juin

* Chilly Gonzales présenter in PianoVision. Gogo Penguin. Chassot. Théâtre antique 29 juin.

* Ben Harper & The Innocent Criminels. Sac Harmon. Théâtre antique 1er juillet. Concert annulé reporté au 24 juillet !
En raison d’un épisode exceptionnel d’intempéries qui a survolé la région, le festival Jazz à Vienne s’est vu dans l’impossibilité technique de maintenir les concerts programmés lundi 1er juillet au Théâtre Antique avec Ben Harper et Zac Harmon. Les 5000 personnes déjà présentes sur le site ont été évacuées. La sécurité du public reste une priorité pour le festival qui a décidé d’annuler le concert. Une première en 39 ans. Le concert est reporté au 24 juillet au Théâtre Antique.

* Bobby McFerrin & Gimme 5 / José James / Tendre est la nuit /  Théâtre antique 2 juillet.
José James, beau jeune homme à l’élégant chapeau, avec son nouvel album « Lean on Me », célèbre Bill Withers , un des plus importants représentants de la musique populaire américaine. Il démarre avec le tube mythique « Aint’t No Sunshine ». Et enchaine de sa voix tendre et suave, soul, folk, jazz. Excellent début de soirée, au moment où le soleil réapparait brièvement, puis disparait tout aussi vite derrière l’horizon. Bobby Mc Ferrin, est surtout connu pour son fameux tube, « Don’t Worry, Be Happy ». Silhouette frêle, dreadlocks, barbichette, il est un artiste de la vocalise. Il est entouré de l’ensemble Gimme 5. A cinq, puis à trente, ils réalisent un belle oeuvre chorale, toute en vocalises, onomatopées et improvisations. Universelle et originale, quoique un peu répétitive. JPD.

* Chick Corea & The Spanish Heart Band  / Juan Carmona septet. Théâtre antique 3 juillet. Chaude soirée Latino-Jazz-Flamenco
Chick Corea & les 8 musiciens du The Spanish Heart Band, nous font voyager au coeur du jazz latino. Chick Corea au piano est léger, aérien, délicat. Il improvise. Il surmultiplie la créativité de ses musiciens. Tous brillants : Jorge Pardo à la flute, Michael Rodriguez à la trompette et le batteur Marcus Gilmore. L’invité Nino de Reyes, étoile montante de la danse flamenca contemporaine, étonne par la densité de ses pas. Une superbe coucher de soleil, égaye de notes colorées le ciel de Vienne.
Juan Carmona, gitan, né à Lyon en 1963, est l’un des guitaristes les plus respectés de ces dernières années. Il a été récompensé de nombreux prix et distinctions. Et il jouit d’une grande réputation en Espagne et dans le monde. Juan Carmona a une riche palette sonore. Sa guitare sonne haut et claire. Lui aussi a le sens de l’improvisation. Il joue en solo, puis avec les musiciens, et le danseur de son septet. Les solos de guitare et les mélismes éraillés du chanteur Le Piculabe, enchantent le public. Leur flamenco torride résonne dans la nuit chaude de Vienne. JPD.

* Snarky Puppy. Kokoroko. Théâtre antique 4 juillet.

* Hocus Pocus. Tom Misch. Théâtre antique 5 juillet.

* Charlie Winston. Ibeyl + spécial guest Erik Truffaz. Théâtre antique 6 juillet.

* Kassav – 40 ans. Calypso Rose. MizikOpéyi-Créole Big Band + special guest. Alain Jean-Marie. Théâtre antique 7 juillet.
Chaude soirée de rythmes et mélopées des Caraïbes

Le théâtre antique était archi plein pour cette soirée Caraïbes, avec un long programme chanté et dansé par trois groupes successifs.
* Mizikopéyi, ou la musique au pays des Antilles, d’Haïti et de la Réunion. Le big band est dirigé par Tony Chasseur, chanteur et chef d’orchestre. Les 17 musiciens du Créole Big Band sont très élégants en pantalons blanc et t-shirts rouge. Les chants sont en créole et en français appuyés par douze cuivres toniques et avec la participation de l’excellent pianiste de jazz, invité, Alain Jean-Marie. Beau mélange de rythmes traditionnels antillais et de mélodies afro-caribéennes subtilement arrangées. Un magnifique coucher de soleil illumine l’e théâtre antique.
* Calypso Rose. La chanteuse, 79 ans, se fait aider pour marcher… Mais quel tonus sur scène ! Elle chante en anglais, le calypso de Trinidad et Tobago. Danse, interpelle et galvanise le public. Ses 8 musiciens vont et viennent, bougent face à elle. Fabien Kisoka au saxo et Sylvain Bardiau à la trompette mettent une ambiance de feu. Standing ovation ! 
* Kassav. La formation guadeloupéenne, est devenue en 40 ans, l’emblème musical de l’île. Elle a inventé et développé ce souk, dans lequel se mêlent toues les influences caribéennes : makossa africain, punk, rock, jazz. Du tonus, du rythme. On se met debout. On saute. On lève les bras en l’air et on applaudit. Une enthousiasmante soirée caribéenne qui va crescendo dans les rythmes et mélopées. JPD.

* Chuco Valdes « Jazz Bâta 2 » & « Tribute to Roy Hargrove » flat. Terence Blanchard. Omar Sosa & Lilian Canizares flat. Gustavo Ovals. Théâtre antique 8 juillet.

* Diana Krall. Paul Jarret & Jim Black. Théâtre antique 9 juillet.

* John Zom « Bagatelles Marathon » avec Marc Ribot, John Medeski, Julian Lage, Dave Douglas… Théâtre antique 10 juillet.

* Parov Stelar. Yom & The Wonder Rabbis. Théâtre antique 11 juillet.

* Manu Dibango « Safari Symphonique » avec l’Orchestre national de Lyon + special guests. Flavia Coelho & Manou Gallo. Fatoumata Diawara. Théâtre antique 13 juillet.

* Thomas Dutronc & Les esprits Manouches + special guests Sophie Alour, Malo Mazurka. Nineh Cherry. Tonga. Anomalie Live. Pupate. Obradovic-Tixier Duo. Théâtre antique 13 juillet.

* Ben Harper / Zac Hamon Théâtre Antique le 24 juillet
 Le concert prévu le 1er juillet et annulé à cause du mauvais temps est reporté au 24 juillet au Théâtre Antique.

Photos ci-dessous. La scène de Cybèle. L’après-midi. Jazz de qualité, très apprécié du public et accès gratuit © Pierre Corvaisier. Le Club de Minuit, grosse ambiance dans le charmant théâtre baroque de Vienne © Renaud Alouche.

 

L’affiche est réalisée par le célèbre auteur de BD Loustal
Nous ne reproduisons habituellement pas les affiches des spectacles, car nous ne sommes pas un media commercial. Mais la traditionnelle affiche de Jazz à Vienne est toujours un moment attendu des amateurs de jazz. Nous ferons donc une exception. Dans le cadre d’un partenariat initié en 2017, Jazz à Vienne s’est rapproché du Festival d’Angoulême, pour faire appel chaque année à un(e) auteur(e) de bande dessinée afin de lui confier la réalisation d’une illustration pour la communication visuelle du festival Jazz à Vienne. Après Brüno qui a réalisé l’affiche de la 38e édition, c’est l’illustrateur et dessinateur de bande dessinée Jacques de Loustal qui s’est vu confier la création du visuel de l’édition 2019. Ainsi, Jazz à Vienne et le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême font dialoguer les arts. Venu passer une soirée à Jazz à Vienne l’été dernier, Jacques de Loustal se souvient de la lumière et de l’atmosphère particulière de la tombée de la nuit sur la scène du Théâtre Antique. Comme nous l’avions déjà évoqué à diverses reprises dans Lyon-Newsletter.com.
Loustal relève le défi de l’affiche 2019 et propose un visuel aux couleurs chaleureuses, aux ambiances exotiques et à l’atmosphère onirique. Le dessin présente une femme, les yeux fermés, connectée avec les musiciens et transportée par leur musique dans une atmosphère singulière, apaisante, évocatrice d’un voyage hors du temps. La griffe artistique de Loustal se reconnaît au premier regard tout comme les motifs récurrents de ses dessins : les îles, les palmiers, les étendues d’eau ou encore les oiseaux spectateurs… Photo l’Affiche de JAV 2019 © Loustal.