LA LETTRE CULTURELLE DE LYON  - CREATION 2008

L'essentiel des spectacles, concerts et expositions. Reportages patrimoine et voyages.

Retour à la page Musées

ESCAPADES 

Trois jours à Bilbao et San Sebastian

The true test of a city’s vitality
is not commerce, but art ».
Albert Esintein

Si vous avez la chance d’aller dans le Sud-Ouest, alors n’hésitez pas, c’est cette année qu’il faut découvrir les deux villes phares du Pays Basque espagnol. Bilbao est une ville d’art et d’architecture contemporaine, devenue un modèle de rénovation urbaine réussie. San-Sébastian est réputée pour son décor romantique, sa gastronomie et ses festivals. Elle a été élue « Capitale Européenne de la Culture 2016 ». Ces deux villes touristiques sont accessibles depuis la frontière française par une belle autoroute, se faufilant entre les vertes montagnes du Pays Basque. Bilbao est à une heure et demie de Biarritz et San-Sebastian à une demi heure. Vous pourrez aussi revenir par le bord de mer en vous arrêtant dans les petits ports des côtes sauvages et préservées de Biscaye et de Guipùzcoa.

Premier jour Bilbao

Bilbao, ville d’art et d’architecture

Bilbao 640 Guggenheim

L’idéal est de trouver un hôtel en centre ville, avec un parking proche. D’y poser sa voiture et de n’y plus toucher pendant le séjour. Et de se déplacer à pied, en bus, en tram ou en métro. Comme le remarque très justement Aldous Huxley  » Pour voir, pour voir vraiment les choses, il faut se servir de ses jambes autant que de ses yeux… ». Les rues de la ville sont colorées, animées et propres. C’est un bonheur de flâner sur les larges esplanades des rives de la Ria de Bilbao (ou Rio Nervion), dans le quartier Ensanche aux superbes immeubles Art Nouveau, en fin d’après-midi sur le Paseo Volantin promenade obligée des Bilbainos et le soir dans les ruelles animées de la vieille ville en dégustant des pintxos avec un verre de Txakoli ou de Rioja Alavesa. Photo. Guggenheim Bilbao Museo © JPD.

Museo de Bella Artes : de la Renaissance à l’Art Contemporain

Bilbao MBA 400bilbao 266 face MBA

Notre idée est de faire un parcours chronologique. Nous commençons donc par visiter le Museo de Bellas Artes. Les merveilleuses collections attirent peu de monde, tandis que la foule se dirige en priorité vers le musée Guggenheim. Et pourtant ce musée abrite la deuxième collection d’oeuvres d’art d’Espagne ! Nous sommes impressionnés par la qualité des oeuvres d’art ancien des écoles espagnoles, flamandes et hollandaises. Les périodes rococo, néoclassiques, romantiques et impressionnistes sont aussi représentées. Les artistes basques ne sont pas oubliés. L’art contemporain dans les vastes et claires salles du bâtiment moderne mérite un long détour.

BILBAO MBA640

Impossible de citer toutes les oeuvres phares du musée. Le Gréco, Moro, Murillo, Zurbarán, Ribera, Goya, Meléndez, Arellano, Paret, Benson, Mandjin, Cranach, De Vos, Van Dyck, Gentileschi, Bellotto, Ribot, Guiard, Regoyos, Zuloaga, Romero de Torres, Arteta, Gauguin, Cassatt, Ensor, Sorolla, Solana, Tàpies, Oteiza, Chillida, Caro, Saura, Bacon, Barceló, Kitaj, Blake et Lüpertz. Etc…  PhotoS. La façade vitrée de la section Art Contemporain du Museo de Bellas Artes. Un immeuble de style néo britannique et la tour Iberdrola. Les superbes collections du musée © JPD.

 L’acier et le titane du Museo Guggenheim

Bilbao Guggenheim2.320Bilbao 320 Gugenheim3

Nous poursuivons avec l’Art Contemporain du Guggenheim Bilbao Museo. L’architecte canadien Frank O. Gehry a imaginé, à la place des anciennes friches industrielles, un fabuleux musée de métal, recouvert d’écailles de titane qui miroitent de mille façons au soleil. Pour information c’est lui qui a réalisé le Walt Disney Concert Hall, l’originale Maison Dansante au bord de la Vtlava à Prague et plus récemment la Fondation Louis Vuitton à Paris.
La collection permanente comprend des oeuvres placées aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. A l’intérieur, les vingt galeries, les trois niveaux, les structures d’acier et la hauteur du hall central étonnent le visiteur. On peut y voir la collection permanente : Saura, Kiefer, Barcelo, Tapies, Schnabel ou Warhol. Au rez-de-chaussée un espace est consacré de façon permanente à l’art vidéo et à l’image en mouvement. La cafétéria est prise d’assaut… Nous faisons le tour du musée. La vaste promenade à l’extérieur, au bord de la Ria de Bilbao et des bassins nous fait découvrir La Fontaine de Feu d’Yves Klein en acier inox et acier au carbone. L’araignée Maman de Louise Bourgeois et Puppy le white terrier couvert de fleurs, de Jeff Koons qui donne la bienvenue au visiteur. Photo. L’araignée Mamman de Louise Bourgeois © JPD.
Prochaine exposition. « Making Africa : Un continent de design contemporain » jusqu’au 21 février 2016.

Museo maritime Ria de Bilbao

Bilbao musee maritime 320Nous terminons nos visites par le Museo maritime Ria de Bilbao. Installé sur un quai au bord d’une darse, à dix minutes à pied du Musée Guggenheim, il raconte à l’aide de mises en scène, d’objets, de tableaux et de maquettes de bateaux, l’ancienne activité maritime, commerciale et industrielle du port de Bilbao, qui fut aussi un important chantier naval. Une vidéo, montre la rénovation et la régénération de la ville, « La Revolucion Urbana de Bilbao ». Bilbao fût choisie parmi 113 cités comme exemple « d’Urban Best Practices Area ». Dont le musée Gugenheim est le symbole le plus connu. Après ces longues pérégrinations nous sommes heureux de rentrer à l’hôtel par la ligne verte de l’Euskotren. Les voies sont recouvertes de gazon et il y a des distributeurs de tickets à chaque arrêt. Photo. Chaîne d’ancre de cargo, sur la darse devant le Museo maritime © JPD.

Le soir Paseo Volantin et bars à pintxos

bilbao funiculaire 640

Prenons de l’altitude. Sur l’autre rive de la Ria de Bilbao, nous montons au belvédère naturel d’Artxanda par le funiculaire. Vue panoramique. On découvre quelques restes du passé industriel, comme cette grande cheminée. Et d’un coup d’oeil on se rend compte de la rénovation de la ville. Au début du XX° s. l’essentiel de l’acier espagnol était produit ici. Bilbao était la capitale économique du pays. Industrie métallurgique, chantiers navals, banques, bourse, etc… Le fer était alors exporté, vers l’Angleterre et les bateaux ramenaient du charbon anglais. D’où les « bow windows », et l’aspect très « bristish » d’un grand nombre d’immeubles, qui rappellent les liens commerciaux étroits avec la Grande-Bretagne. Photo. Belvédère d’Artxandra, oeuvre d’Aterpe 1936. Empreinte digitale en mémoire des combattants pour la démocratie et la liberté. © JPD.
En fin d’après-midi le Paseo Volantin est le passage obligé des Bilbanais. Les dames d’un âge se promènent bras dessus dessous. Les maris poussent bébé. Les jeunes gens font de la musculation sur des portiques. Et les jeunes filles font du jogging. A ce propos nous devons noter une curieuse particularité, les bancs ne sont pas tournés vers la rivière, mais vers l’intérieur ! Il faut voir et être vu ! Peu importe la vue sur le fleuve !

bilbao pintxos2 320Bilbao pintxos1 320
Ce soir nous allons déguster des pintxos (on prononce pintchos, ici on ne parle jamais de tapas!). Les bars à pintxos sont innombrables. Nous en essayons deux. Le premier au fond de la Plaza Unanumo où deux charmantes jeunes filles nous chouchoutent. Le second, un des plus connus de la douzaine de bars à pintxos de la Plaza Nueva : Sorginzulo.
Ces pintxos sont des merveilles de plats miniature, faits sur place par de vrais cuisiniers qui réalisent des associations rares et spectaculaires à base de poissons, de poivrons, de légumes et de viandes. Ils se boivent accompagnés de vin blanc le tsakoli, ou de rouge le rioja du nord du pays basque. Un régal de gourmandise gastronomique ! Photos. Bar Plaza Unanumo et bar Sorginzulo © JPD.

Deuxième jour Bilbao

De l’Art Nouveau aux architectes contemporains

Bilbao bow wind640

Le Casco Viejo, est le coeur historique de la cité. Dans les bars on s’interpelle parfois en basque. Etrange sonorité des noms basques. Dans son recueil « Le Pays Basque » , Pierre Loti note « La langue Basque est une des plus vieilles et des plus mystérieuses du monde, avec ce roulement sonore et léger des « r « qui est particulier aux mots basques ». Des pèlerins sur le Chemin de Compostelle descendent l’escalier de la Begona. Ils arrivent sur la Plaza Unamuno vers laquelle convergent les sept principales rues parallèles de la vieille ville. La Plaza Nueva de style neoclassique est vide ce matin, les bars à pintxos sont fermés, personne ! Ça et là des maisons Renaissance, plus loin sur les quai, toute une rangée de maisons aux sombres bow-windows. En ville, le mieux est parfois de se perdre. L’itinéraire prévu fait place alors aux surprises. Et elles sont nombreuses ici. Et c’est dans les rues qu’on se frotte à l’identité d’un pays. L’Ikurrina, le drapeau basque : croix blanche sur croix verte en diagonale et fond rouge, est partout dans les vitrines de boutiques de souvenirs. Sur les panneaux, l’Euskara : l’écriture primitive du basque avec ses « k, x, z » surprend et apporte une note de dépaysement supplémentaire. Nous traversons le marché couvert rénové, le plus grand d’Europe selon le Guinness Book of Records, avec de tres beaux poissons de l’Atlantique.

Bilbao concordia 200 bilbao vitrail estacion200bilbao theatre200

De l’autre côté de la Ria, apparait la façade de style moderniste de la gare ferroviaire de Santander, La Concordia (1902). Quelques pas plus loin, le vitrail de la Estacion Abando I Prieto, montre l’épopée industrielle et minière. Les bâtiments Art Nouveau et Art contemporain des quartiers neufs, se succèdent. Ici ce sont les bouches de métro, les « fosteritos » de l’architecte Sir Norman Foster. Là c’est le building de verre du Campos Eliseos Theatre (Théâtre des Champs Elysées) dont la somptueuse façade Art Déco de 1902 a été conservée. La perspective sur les deux tours Isozaki Atea de l’architecte Arata Isozaki, sous le cintre parfait du pont Zubizori de l’architecte Santiago Calatrava, est superbe. Trois photos. Gare Concordia, Estacion, façade Art déco du Campos Eliseos Theatre. © JPD.
Ahondigabilbao 160Bilbao Zubizuri160La Plaza Mayua et la Gran Via sont le coeur des affaires et du shopping. L’Alhondiga, ancienne halle aux vins de 1909, a été transformée en un incroyable centre culturel. On a gardé juste les murs et construit à l’intérieur trois bâtiments en brique supportés par 43 colonnes conçues par Philippe Stark et réalisées par Lorenzo Baraldi. La tour Iberdrola de César Pelli, domine les beaux immeubles des années 30. Plus loin, on devine le Palais Euskalduna et l’Edifice Plaza Biskaïa de Federico Soriano et Dolores Palacios. C’est l’art dans la rue, à chaque pas signé par de grands architectes du monde entier. Juste un regret, nous n’avons pas eu le temps d’aller en métro, voir le Pont Vizcaya, pont suspendu, inscrit au Patrimoine de l’Unesco. Photos. L’Ahondigabilbao, on devine en haut le fond de verre de la piscine et on aperçoit les nageurs par transparence ! Le pont Zubizuri © JPD.

Texte  J-P. Doiteau
Photos © M-C. & J-P. Doiteau


 

Deuxième jour… suite. San Sebastian

San-Sebastian,
« Capitale Européenne de la Culture 2016 »

SAN SEB 1 640San Sebastian Turism

Reprenons le fil de notre escapade espagnole. Elégante station balnéaire du début du XX° s. San Sebastian a beaucoup d’atouts. L’immense arc de cercle de la plage en forme de conque : La Concha. Les palais et villas de style néo-classique, restés intacts. Les meilleurs établissements balnéaires. L’hôtellerie de qualité. Les festivals toute l’année. Le raffinement de la cuisine basque et ses célèbres chefs étoilés. Les fameux bars à pintxos. L’intéressant centre ancien incarné par la Plaza de la Constitucion. Les rues piétonnes animées. Les monts, les parcs, les points de vue. Pas étonnant qu’elle ait été élue « Capitale Européenne de la Culture 2016 » !

Une destination romantique

Nous avons réservé un hôtel central, avec un parking et y laissons la voiture. Et, comme tous ici, nous déambulons avec les donostiarras sur le magnifique Paseo de la Concha qui longe la plage. Pour arriver au petit Puerto de l’ancien village de pêcheurs. L’étroit Paseo del Muelle, est coincé au pied du Mont Urgull qui le domine. Par une porte subsistante des anciennes fortifications nous voici dans la Parte Vieja, la vieille ville. Il est l’heure de faire la tournée des barras pintxos, il y en aurait une centaine, nous dit-on, à San Sebastian. Ils ont atteint, ici, un degré élevé de sophistication entre tradition et innovation. Lequel choisir ? Nous essayons le Bar Alcade, parfait. Mais il y en d’autres Bar Zeruco, Bar Borda Berri, Bar Gambara, la Cuchara de San Telmo, etc…

San Sebastian nuit 640 jpd

Il fait nuit. Les immeubles illuminés du font de mer se reflètent dans la mer, les silhouettes claires des voiliers et vedettes au mouillage se détachent sur les masses sombres du Mt. Igueldo et de l’Île Santa Clara. La lune luit. Les amoureux se tiennent par la main. San Sebastian est vraiment une destination romantique

Troisième jour… San Sebastian

Plage de rêve, villas Belle Epoque,
beaux quartiers et vieille cité

Sabn Seb concha 2san Seb Concha 310

San Seb 4 Peine del Viento 640 San Sebastian Turismo

Paseo de la Concha. Quelques joggers et marcheurs matinaux s’activent. Nous longeons le bord de la plage Ondaretta. Tout au bout, se trouve la fameuse sculpture El peine del Viento, dont son créateur Eduardo Chillida disait  » La plage de la Concha est si belle que même le vent doit se peigner avant d’entrer » ! Nous traversons le « Real Club de Tenis de San Sebastian » pour prendre le funiculaire du Mt. Igueldo. Du sommet, la vue est splendide. On comprend que l’inimitable beauté de la baie de la Concha et des monts qui l’entourent, ait éblouit la famille royale au début du siècle dernier. Photo. El peine del Viento tout au bout du Paseo de la Concha © San Sebastiàn Turismo.
San Seb miramar 310Sab Seb miraconcha310

Nous revenons par les jardins du Palais Miramar, qui domine la plage. Les reines Isabelle II et Maria Christina en avaient fait leur résidence d’été, attirant ainsi la Cour et leurs amis, qui s’y sont installés à leur tour. Et c’est ainsi que fût créé San Sebastian. Nous continuons par le Paseo de Miraconcha, aux superbes palais et villas de style néo-classique fin du XIX° s. Nous passons devant le centre de Thalassothérapie La Perla, réputé complexes balnéaires. Photos. Les jardins du Palais Miramar sont ouverts au public. Villas chic sur le Paseo Miraconcha © JPD.
En ville chaque bâtiment représente une époque et un style différent. La grande rue de la vieille ville mène tout droit à l’Eglise San Vicente du XVI° s. de style gothique avec un beau retable roman. Au coeur du quartier, la Plaza de la Constitucion était l’ancienne Plaza de Toros. Les balcons numérotés des appartements étaient loués aux spectateurs. Le marché San Martin, en plein centre, a conservé son charme traditionnel de toujours et nous y découvrons des poissons artistiquement présenté, qui sont la base de la gastronomie de San Sebastian.

San Seb 2 San Sebastian Turismo 640PuertoPetit port © San Sebastiàn Turismo.
La mairie est installée dans l’un des plus beaux bâtiments de la ville, l’ancien casino Belle Epoque. Alameda Boulevard et les rues alentour sont le coeur actif de la ville. Le Théâtre Victoria et l’Hôtel Maria Cristina de style néo-plateresque sont des endroits principaux du festival de Cinéma. Arrêt dans l’étonnant parc de la Plaza de Guipuscoa au style paysager et aux essences rares. Il est en plein centre ville.
Nous traversons le fleuve Urumea par le pont de Zurriola, aux lampadaires expressionnistes et futuristes. Pour arriver au Palais des Congrès Kursaal. Sa silhouette massive, et sombre rompt avec l’esthétique de la ville. Dommage, on peut ne pas aimer… La plage Zurriola, tournée vers le large est un spot de surf connu. Le Paseo de Zurriola borde la plage qui couronne le quartier de Gros.
Pour la pause, les pintxos s’imposent. Ils sont tous plus colorés et savoureux les uns que les autres. Il y a même, içi, des ateliers de pintxos, cours de cuisine, dans lesquels il est possible de découvrir la méthode d’élaboration du pintxo. San Seb santelmo3 310San seb san telmo 1 320

 

San Seb 5 San Sebastina turismo640museo san telmo

 

Une ultime surprise nous attendait avant de quitter la ville. Le Museo San Telmo est le plus ancien du Pays Basque. Il est installé dans un ancien cloître, où se trouvent les collections permanentes. On y voit, entre autres, des stèles discoïdes, qui posées sur l’herbe, voisinaient dans les cimetières avec des croix chrétiennes. Tandis que les expositions temporaires sont dans la partie moderne. Ce musée est un havre de tranquillité

Capitale gastronomique et pintxos raffinés

 

San Seb 3 San Sebastian Turismo Barra pintxos

Ses cuisiniers l’ont rendue célèbre dans le monde entier et les 16 étoiles Michelin qu’elle accumule sont une preuve du savoir faire quotidien des artistes de la cuisine de San Sebastian. Que l’on aille dans un restaurant étoilé ou dans un bar, la qualité est garantie. Autre regret, celui de n’avoir pas pu apprécier la cuisine raffinée de l’un ou l’autre des quatre restaurants étoilés au Guide Michelin. Arsak ***, chef Juan Mari Arsak. Martin Berasategui***, chef Martin Berasategui. Akelarre***, chef Pedro Subjana. Mugaritz**, chef Andoni Luis Aduriz. Photo. Bar à pintxos © San Sebastiàn Turismo.

Une destination running et surf

Les superbes parcs ornés de sculptures de San Sebastian auraient bien mérité une escapade : parc Cristina Enea, parc du Mont Igueldo, parc du Mt Urgull, parc d’Aiete, parc de Miramon, parc du Mt Ulia. Avec tous ces parcs, ces paseos et ces plages San Sebastian est devenue la ville idéale pour courir ou circuler en vélo. Des milliers de surfeurs viennent sur la plage de Zurriola dans le quartier de Sagües pour surfer ou apprendre à surfer. Avec des compétitions internationales dans ces deux disciplines. Et même un marathon et une course populaire la Behobia-San Sebastian , 20 km et 30000 participants en 2015 !

Des festivals toute l’année et des espaces artistiques

Des rendez-vous culturels, des festivals de cinéma, de théâtre et de musique qui attirent les meilleurs artistes du monde et des milliers de personnes pendant toute l’année.
Heineken Jazzaldia : Festival international Jazz. Seconde quinzaine de juillet. Tous les grands de la musique y sont venus. James Brown, Liza Minelli, Bobby Mc Ferrin et B.B. King. Sur les plages dans les théâtres et les auditoriums.
Quinzaine Musicale. En août et septembre. Des concerts symphoniques avec des grands chefs, des interprètes de renommée internationale. Centre Kursaal, églises Santa-Marie et San Vicente, le théâtre Victoria Eugénia, etc…
Le « Zinemaldia ». Festival International de Cinéma. En septembre. Un des événements les plus importants et des plus cosmopolite d’Europe. Des grandes stars et des jeunes metteurs en scène. Un peu comparable au Festival de Cannes ou à la Mostra de Venise.
Foire de théâtre. Au début de l’été. Un rendez-vous inéluctable de prestige national pour les passionnés et les professionnels des arts scéniques.
Festival du Cinéma et des droits de l’Homme. En avril. Il fait la promotion de la solidarité, la justice et l’agilité entre les visiteurs. sensibiliser les citoyens aux problèmes de notre époque.
Horror Festival. Fin octobre, début novembre. Semaine de cinéma fantastique et de terreur dans les théâtre et les rues. Films, concerts, expositions.
Surfilm Festival. Surf. Les vagues du monde atteignent les salles de théâtre et les centres culturels de la ville : cinéma, musique, expositions.
Festival Mondial de Marionnettes. En mai à San Sebastian et Tolosa en 2016.
Festival « Rompeolas ». Un nouveau concept, où le citoyen, le visiteur et le passant, deviennent les acteurs principaux dans toutes les expressions artistiques.
Tabakalera est une ancienne fabrique de tabac convertie en centre international de culture contemporaine. Kalostra est une école expérimentale d’art. Et la salle Kubo Kutxa accueille des expositions temporaires de niveau international consacrées à tout type d’art.

Un folklore qui affirme l’identité basque

San Sebastian anime un folklore qui reflète la forte identité culturelle basque. La Tamborrada, défilé d’hommes et de femmes jouant du tambour. Les Euskal Jaiak, (fêtes basques). La Bandera, drapeau de la Concha pour les amateurs d’aviron. La Grande semaine, festivités de la Vierge. La Foire de Saint Thomas. Etc…

Aperçu du programme « DSS 2016 EU »

Nom de code pour « Donostia / San Sebastian 2016 Capitale Européenne de la Culture ». Des vagues d’énergie citoyenne. cette idée centrale résume l »âme » du projet DSS2016EU dans un message clair : les personnes et les mouvements citoyens sont le véritable moteur des transformations et des changements du monde. Ils sont l’énergie vitale et civique qui fait avancer les sociétés. Les citoyens sont, en définitive, les acteurs principaux à la recherche de solutions aux nouveaux défis mondiaux… Le programme se fera autour de trois thèmes, la paix, la vie et les voix. A suivre.

Deux belles villes qui méritent d’être mieux connues

San Seb 160 lampadaire c JP DoiteauBilbao 160 Yves Klein c JP DoiteauCes deux villes touristiques d’envergure, méritent d’être mieux connues des français. Les américains, les australiens, les anglais, les allemands y viennent nombreux. Les asiatiques aussi, commencent à venir. Et il y a tant de choses à voir et à faire ! Nous voulions nous défaire des clichés d’un tourisme-plage facile, pour essayer de découvrir le côté culturel de ces deux villes. A Bilbao, comme à San Sebastian, nous avons pu vérifier cette réflexion d’Albert Einstein « Le vrai test de la vitalité d’une ville, n’est pas son commerce, mais son art ». Voila, ce fut un court, mais dense séjour. Nous quittons la Pays Basque espagnol avec un sentiment de regrets… Mais il y a toujours un moment où il faut partir.

Photos. Lampadaires Art Déco San Sebastiàn et la Fontaine de Feu en acier inox et acier au carbone d’Yves Klein. © JP Doiteau

© Jean-Pierre Doiteau
Photos © San Sebastian Turismeo et © MC & JP Doiteau

Infos & Liens

Office Espagnol du Tourisme. Tél.: 01 45 03 82 50 – paris@tourspain.eswww.spain.info/fr_FR/ en français.
Office du tourisme de Bilbao. www.bilbao.net/bilbaoturismo
Office du Tourisme de San Sebastian. www.sansebastianturismo.com
Habitants. Bilbao 350000 habitants et 900000 avec l’agglomération. San Sebastian 180000 habitants 350000 avec l’agglomération
Accès. Frontière française Irun à 20 km. Biarritz à 50 km de San Sebastian et 145 km de Bilbao. De San Sebastian à Bilbao 99 km. Avion. Aéroport de Bilbao. Pesa : www.pesa.net
Autobus Aéroports. Biarritz – San Sebastian PESA www.pesa.net et CON S.A. www.conda.es / Bilbao-San Sebastian PESA. www.pesa.net
Trains. TGV Paris-Bayonne-Irun. Euskotren www.euskotren.eus
Hôtels. Bilbao Hisperia 320San Sebastian Hotel Londres c JP DoiteauL’Hesperia Bilbao. Est super bien placé sur le Paseo Campo Volantin, juste en face le Pont Zubizuri sur la Ria de Bilbao. Parking en sous sol. La façade moderne est ornée de bow-windows multicolores.
A 10 minutes à pied, de la vieille ville, en face des quartiers neufs et à vingt minutes des musées Belles chambres, excellent petit déjeuner. www.hesperia-bilbao.com hotel@hesperia-bilbao.com

Hôtel Londres y de Ingleterra. Sur le Paseo de la Concha, la promenade du front de mer, au bord de la plage. Superbe grand palace du XIX° s. Bar restaurant donnant sur le paseo et la mer. Accueil parfait. Voiturier. www.hlondres.com