L’Agenda Culturel de la Métropole Lyonnaise – 8ème année
L’essentiel en danse, musique, opéra, jazz, théâtre et musées & supplément voyages
N°23 – Automne/Hiver 2015 – Septembre – Octobre – Novembre – Décembre

THEÂTRE

Septembre

Myriam BOYER portraitLe Chat / Georges Simenon / La haine
« Un jeune couple de veufs. Ils ont en commun un besoin d’amour et de compagnie inassouvi. Ils unissent leur solitude sur un malentendu. Mais tout les sépare. Elle est une bourgeoise riche, rigoureuse et pleine de préjugés. Lui est un ouvrier pauvre qui boit du vin et va au café. Le décor est une grande pièce des années 60, d’un côté une cuisine en formica, et de l’autre un salon bourgeois. Avec pour fond sonore un bruit sourd et régulier de travaux de chantier dans la rue. A-t-elle tué son chat ? Peu à peu ils ne se parlent plus. Par tranches de vies successives, la situation transcende la mesquinerie des deux personnages, jusqu’à la haine. Une pièce magnifiquement joués par Myriam Boyer et Jean Benguigui. Toute la palette des émotions est superbement décrite par G. Simenon et bien restituée par Didier Long le metteur en scène. Un régal de psychologie, dans un tableau minutieux. JPD ». Photo Myriam Boyer © DR.  Théâtre Tête d’Or 15 sept. – 18 oct. Et 3-14 nov.

 

En-attendant-Godot320En attendant Godot / Beckett
Sur une route déserte, au pied d’un arbre mort, deux inséparables Vladimir et Estragon, attendent un certain Godot qui ne viendra pas. Mais à sa place surgiront Pozzo, le maître, et Lucky, l’esclave, images d’un monde qui disparait… La plus célèbre pièce de Samuel Beckett, et la plus inclassable. Avec cinq acteurs. Mise en scène Jean-Pierre Vincent. © DR. Théâtre des Célestins 29 sept. – 3 oct.

 

Octobre

JCB Lecon320

La Leçon, noyer le comique dans le tragique
« Une scène toute en longueur, un décor tout blanc, une table basse, des piles de livres blancs, un tableau noir (blanc), deux fauteuils. C’est le cabinet de travail du professeur. L’élève, vient suivre des cours particuliers pour obtenir un « doctorat total ». La voici timide, le professeur vérifie ses connaissances. Peu à peu il prend de l’assurance, jusqu’au paroxysme. Les deux cours, d’arithmétique et de philologie sont morceaux d’anthologie. Eugène Ionesco sait noyer le comique dans le tragique. Jouer les contradictions et les antagonismes. Il utilise des moyens simples… Mais pas du tout simplistes. Jeanne Brouaye en collant moulant, sweat à capuche et baskets rouge est la parfaite jeune fille de nos jours. René Loyon le prof. est doctoral à souhaits. Tous deux réussissent des performances d’acteurs exceptionnelles. Avec une mise en scène intelligente de Christian Schiaretti. JPD ». © JCB.  TNP 30 sept. – 17 oct.

 

La Chanson de Roland / Série Le berceau de la langue
Le Roman de Renart / Tristan et Yseult / Le Franc Archer de Bagnolet.
La Chanson de Roland, probablement composée à la fin du XI° s. est l’un des plus anciens textes littéraires de la langue française qui nous soient parvenus. Le TNP continue a nous emmener à la découverte d’une littérature composée pour être entendue. Mêlant français moderne, ancien et moyen français. Gestes inoubliables, amours mythiques et coquins mémorables. Trois pièces se jouant en alternance salles Jean Vilar et Laurent Terzieff. En 4 séries de dates 13 – 23 octobre / 24 nov – 5 déc. / 7 – 9 avril / 26 – 29 avril.

 

Premier Amour / Beckett / Sami Frey. Génial !
« Le texte de Premier Amour a été écrit en français en 1945 par Beckett l’écrivain irlandais. Sami Frey s’en empare et le fait revivre avec talent. Il est assis sur un banc à l’avant scène. Derrière lui, le rideau est noir. Manteau gris râpé, besace verte, cheveux longs, immobile, comme méditatif. Devenu vagabond à la vie chaotique, il marmonne les épisodes de sa vie. Les cimetières, sa chambre, ses promenades et son premier amour. Mieux que quiconque, Beckett sait apporter de l’inédit et du sel aux petits détails de la vie quotidienne. Les remarques les plus anodines sont émaillées d’un humour pince sans rire. Beckett porte un regard désabusé sur l’amour. Le cynisme et l’émotion s’entremêlent. Tout cela, Sami Frey, nous le raconte avec distance et subtilité. Sa voix douce et charmeuse séduit toujours. La perfection de l’humour noir par un génial acteur. JPD ». Théâtre des Célestins 8 – 18 oct.

 

Sens Interdits / Festival International de Théâtre
Un festival courageux et qui fait réfléchir ! Il est co-organisé par leThéâtre des Célestins. Sens Interdits compte 15 spetacles, joués aux Célestins et dans une dizaine d’autres lieux de la métropole.
LeSongedeSonia320

* Le Songe de Sonia. D’après la nouvelle : Le Rêve d’un homme ridicule de Fedor Dostoïevski. Un conte vidéo fantastique de Tatiana Frolova. En russe surtitré en français. Co-production Théâtre des Célestins-Sens Interdits. Photo ©  Théâtre KnAM, Alexey Blazhin. 15-23 oct. 3-7 nov.
HateRadio320celestins* Hate Radio. (La radio de la haine). Revivre le génocide rwandais sur les ondes de la Radio Télévision Libre des Mille Collines (RTLM), véritable choeur idéologique du génocide. Appelant au meurtre et à la haine. Mêlant musique groove et pamphlets racistes. En français et en kinyarwanda surtitré en français. Texte et mise en scène Milo Rau. Photo © Daniel Seiffert. 22 -24 oct.
* Acceso. Vendeur ambulant gagne sa vie en proposant des babioles aux passagers des bus pour avoir « acceso » à un ailleurs qu’il pense mériter. C’est un écorché vif ! Avec Roberto Farias. Création et mise en scène Pablo Larrain. En espagnol surtitré en français. 25-27 oct.
* Common Ground. Ils viennent du coeur de la Yougoslavie, un pays qui n’existe plus. Leurs témoignages constituent un carnet le bord d’un voyage initiatique. Force et drôlerie. Conception et mise en scène Yael Ronen et la compagnie. En anglais et allemand surtitré en français. 27-28 oct.
Sens Interdits / Théâtre des Célestins 15 oct. – 28 oct.

Albertine en cinq temps. Pièce majeure du répertoire contemporain québécois, Albertine en cinq temps, est le chef d’oeuvre du dramaturge Michel Tremblay. Albertine, 70 ans voit ressurgir son passé, elle et ses quatre doubles rejouent leur histoire et font le bilan de leur vie. Mise en scène Lorraine Pintal. Théâtre des Célestins 5 – 7 nov.

 

887 / Robert Lepage. Une incursion dans l’univers de la mémoire. Un nouveau spectacle très personnel du dramaturge québécois, dont il écrit le texte et assure la mise en scène, il est présent sur scène. Théâtre des Célestins 13 -21 nov.

 

Souvenirs d’un gratteur de têtes / Bernard Pivot
Seul sur scène, Bernard Pivot, 80 ans, revient sur une monumentale carrière consacrée à donner envie de lire au public. Un passionnant témoignage. L’idée toute simple de venir sur scène nous relater avec son humour et sa modestie quelques grands moments de sa longue carrière de 30 ans avec sa célèbre émission « Apostrophes ». Radiant-Bellevue 13 oct.

 

LE PRINCE d'apres Nicolas Machiavel adaptation, mise en scene & scenographie Laurent Gutmann lumieres Gilles Gentner costumes Axel Aust maquillages & perruques Catherine Saint-Sever repetiteur chants Vanasay Khamphommala avec Thomas Blanchard, Luc-Antoine Diquero, Maud Le Grevellec, Shady Nafar, Pitt Simon production La Dissipation des brumes matinales direction de production, administration, diffusion Emmanuel Magis/ANAHI coproduction Les Theatres de la Ville de Luxembourg avec le soutien de la DGCA -- ministere de la Culture et de la Communication et la participation artistique du Jeune Theatre National remerciements au Theatre des 5 Diamants creation le mardi 7 janvier 2014 a Luxembourg, Les Theatres de la Ville de Luxembourg

Le Prince / Machiavel. Impitoyable et décalé
« Dans son essai, qui date de 500 ans, le florentin Nicolas Machiavel fait une analyse politique sulfureuse et impitoyable de l’art de gouverner… La fin justifie tous les moyens, même les plus tordus et les pires. La mise en pratique de Laurent Gutman est hilarante et décalée. Et même le public est appelé à participer en manifestant ! Trois stagiaires d’un centre de formation vont appréhender l’exercice du pouvoir avec humour et dérision. Tandis qu’un acteur en tenue Renaissance est le récitant du texte intégral du livre. On réfléchit en s’amusant. L’affaire est finement jouée. Un régal. JPD ». © Pierre Grosbois. Théâtre de la Croix-Rousse 6-16 oct.

 

CEUX QUEDominique Houcman GoldoCeux que j’ai rencontrés ne m’ont peut-être pas vu / Nimis Groupe
Un bureau d’investigation où se côtoient clandestins, et citoyens, dirigeants, migrants, trafiquants et économistes, passeurs et forces de l’ordre pour dénoncer, non sans humour, l’implacable réalité des migrations d’aujourd’hui. Nimis Groupe est un collectif de jeunes acteurs issus de Belgique, France, Suède et Suisse. Récits et séquences qui font réfléchir. © Dominique Houcman. Théâtre de la Croix-Rousse 21-22 oct.

 

Jean PIAT portraitPièces d’identité / Jean Piat
C’est une confidence, un album de photos souvenirs ouvert devant vous, pour tenter d’expliquer, textes modernes et classiques à l’appui pourquoi « on joue encore ». Un résumé de 70 années de bonheur sur scène. Photo Jean Piat © DR. Théâtre Tête d’Or 24 et 25 oct.

 

El Loco y La Camisa / Le Fou et la Chemise / Nelson Valente
Une référence du théâtre argentin d’aujourd’hui. A travers une galerie de personnages archétypes, Nelson Valente, réalise une radiographie de la société libérale argentine. En espagnol surtitré en français. Radiant-Bellevue 26 -27 -28 oct.

 

Conversations avec ma Mère / Santiago Carlos Ovès et Jordi Galceràn
D’après le film de S.C. Ovès adapté par J. Galceràn. De beaux et touchants personnages, dans un chef d’oeuvre d’humour. La tendresse et l’espièglerie d’une mère âgée (82ans) pour son fils (50 ans) que la vie éloigne. Drôle et émouvant. Un vrai succès à Bruxelles. Avec Jacqueline Bir et Alain Leempoel. Mise en scène Pietro Pizzuti. Théâtre Tête d’Or 28 et 29 oct.

Novembre

THOMAS320avecl'aimableautorisationdelaFondationThomasBernhardThomas / Thomas Bernhard
Dans cinq récits autobiographiques, le grand écrivain et dramaturge Thomas Berhard raconte, avec une ironie féroce, sa jeunesse dans l’Autriche nazie. La guerre, le cauchemar de l’internat, la maladie, les deuils, l’effroi constant face à l’autorité… Mise en scène Gilles Pastor. Avec Jean-Marc Avocat. Thomas Bernhard © avec l’aimable autorisation de la Fondation Bernhard. Théâtre de la Croix-Rousse 3-7 nov.

 

Avec: Scénographie : Costumes : Lumières : Son : Plateau : Durée : JulienGauthier-deCiz Damien Gouy - Mesa Julien Tiphaine - Amalric Clémentine Verdier - Ysé Fanny Gamet Sophie Bouilleaux-Rynne Arianna Thöni Pierre-Alain Vernette Thomas Gondouin 1h35Partage de Midi / Paul Claudel
« Trois hommes et une femme dans un bateau. Le mari est là. Il semble que les deux autres hommes soient amoureux de la femme. Au début l’action se passe sur le pont promenade d’un paquebot en route pour l’Extrême-Orient. Il parlent de faire fortune en Asie, dans le caoutchouc ou autre. Ils boivent. Sur le ton badin de la conversation mondaine, ils se disent des choses définitives… Plus tard nous sommes en Asie.  » Dans la vie, rien n’arrive dans un ordre rigoureux… Voici un des éléments du plaisir que le drame nous procure ». Ecrit Paul Claudel. La pièce explore, dans un ordre tout à fait aléatoire, les diverses modalités des rapports amoureux. « Dans le théâtre, nous tirons un plaisir de la juxtaposition des caractères et des réactions différentes qu’ils exercent l’un sur l’autre ». Poursuit Paul Claudel. Le ton trop déclamatoire et la faible diction des acteurs, nuisent parfois à la compréhension des spectateurs des derniers rangs. Une mention toute spéciale pour la scénographie de Fanny Gamet, qui réussit avec d’ingénieux éléments de décors mobiles à recréer chaque fois une ambiance différente et réaliste. Belles envolées lyriques, culture et philosophie asiatique, Paul Claudel est un des écrivains incontournable du théâtre contemporain. JPD. » © Michel Cavalca.  TNP. 3 – 10 nov.

 

L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau. Opéra. Théâtre de la Croix-Rousse 13 – 17 nov. voir en page Musique-Opéra-Jazz

 

Bettencourt300x200 Michel CavalcaBettencourt Boulevard,
une pièce forte sur l’abus de faiblesse

« Fauteuils blancs, panneaux suspendus à la Mondrian, fond sombre. Tout de suite le ton est donné. Nous sommes dans une pièce contemporaine. Le chroniqueur présente tour à tour les protagonistes de cette affaire qui a fait les « unes » de la presse. Ils sont 16, une belle brochette d’acteurs. Francine Bergé, parfaite Liliane Bettencourt. Jérôme Deschamps truculent Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune. Didier Flamand, profiteur et intéressé François-Marie Banier. Stéphane Bernard, majordome stylé. Gaston Richard, caricature de Nicolas Sarkozy. Julien Tiphaine, froid Lindsay Owens-Jones. Clément Morinière et Nathalie Ortega : Eric et Florence Woerth, comme il se doit, mal à l’aise. Elizabeth Macocco exprime bien les états d’âme de Claire Tribout la comptable. Clément Carabédian, impeccable dans le rôle du chroniqueur-présentateur. L’auteur Michel Vinaver est un « accro » de la presse écrite. Il est informé. Et comme, de plus il a dirigé la Gillette Company, il a une bonne vision du milieu des, très riches, actionnaires des multinationales. En écrivant cette pièce, à chaud et à plus de 80 ans il réalise une belle performance ! La mise en scène de Christian Schiaretti est appropriée à l’esprit de l’affaire. Elle reflète tout-à-fait l’air du temps. JPD. »  Photo © Michel Cavalca. TNP. 19 nov. – 19 déc.

 

8 Femmes / Robert Thomas
1961, dans une maison isolée huit femmes se préparent à fêter Noël. Une macabre découverte bouleverse la soirée… Le maître de maison est retrouvé mort assassiné. Au fur et à mesure de la pièce on découvre que chacune de ces femmes, aurait eu une raison de le tuer. Il neige, le téléphone est coupé. Suspense, humour ! Avec huit actrices. Mise en scène Fabrice Gardin. Théâtre Tête d’Or 18 nov – 22 déc et 5-16 janvier

 

La Belle au Bois Dormant / Charles Perrault
Après Barbe Bleue et Peau d’Âne, voici le troisième et dernier volet de la période Perrault. Bois de ronces, fuseau, sommeil de cent ans, fées bonnes et mauvaises, prince charmant… Mais J-M. Rabeux s’amuse à mélanger les temps, entrechoquer et moderniser les époques, les langages, les moyens de locomotion… Skate, dollars et talons aiguilles. Mais happy end quand même !Avec quatre acteurs. Mise en scène Jean-Michel Rabeux. Théâtre de la Croix-Rousse 21-25 nov.

 

THEATRE DE LA CROIX-ROUSSE. BELLS ARE RINGING. MISE EN SCENE DE JEAN LACORNERIE. LYON, FRANCE, 12 NOVEMBRE 2013

Bells are Ringing. Reprise de la Comédie musicale.
Théâtre de la Croix-Rousse 3-6 nov. Voir en page Danse

 

 

Le-Roi-Lear320Le Roi Lear /
Shakespeare

La traduction et l’interprétation font de la pièce une prophétie de ce que deviendra le monde moderne : un univers fou, où la soumission à l’intérêt général et à l’argent rend le langage incapable de rendre compte de l’amour. Traduction et mise en scène Olivier Py. Avec treize acteurs, dont Nâzim Boudjenah de la Comédie Française. Durée 2h45. © DR. Théâtre des Célestins. 25 – 28 nov.

 

Le Pleure-Misère / Flann O’Brian
Cet écrivain du XX° s., qui a amusé l’Irlande pendant plus de vingt ans grâce à une rubrique satirique dans l’Irish Times, dépeint avec humour les subtilités de son pays. L’acteur Gilles Fisseau raconte l’Irlande, drôle et âpre dans un décor de pub. Davog Rynne est un remarquable barman musicien. Humour et dérision. Radiant-Bellevue 30 nov.

 

Décembre

La Colère du Tigre
Il s’agit bien évidemment de Clemenceau, surnommé Le Tigre. Quand Clemenceau apprend que son ami Monet qui se sent devenir aveugle et doute de son travail, a détruit certaines de ses peintures, il pique une colère mémorable ! L’espace est habillé de peintures subtiles projections qui évoquent l’art des impressionnistes. Langue brillante et méditation profonde et touchante sur l’amitié et le sens de la vie. Avec Claude Brasseur. Théâtre des Célestins. 1er – 12 déc.

 

8 Femmes / Robert Thomas / Suspense et humour
« Soir de Noël. Une maison isolée. Un décor bourgeois des années 60. Fauteuils Louis XVI. bureau de style et belles boiseries. Cinq femmes : la grand mère, ses deux filles et deux petites filles, plus deux domestiques. Le père est assassiné d’un coup de couteau dans le dos. Survient la huitième, sa soeur. Une tempête de neige, le téléphone est coupé, le portail est cadenassé. Impossible de joindre la police… Dans ce huis clos forcé, toutes se soupçonnent tour à tour. Disputes, trahisons, révélations… On découvre qu’elles ont toutes de bonnes raisons de l’avoir tué… La chute est totalement imprévisible ! Robert Thomas, auteur français, a écrit une douzaine de pièces. Il est fin connaisseur de la psychologie féminine. Les huit actrices jouent parfaitement leurs rôles. Long suspense et humour. Une pièce policière comme on n’en voit que trop rarement au théâtre. JPD ». Théâtre Tête d’Or 18 nov – 22 déc et 5-16 janvier

 

Mesdames de la Halle / Offenbach. Théâtre de la Croix-Rousse. 11-28 déc. Voir en page Musique-Opéra-Jazz.

 

Papa SimonPierre Desmaret320Compagnie Le FanalLe Papa de Simon / Guy de Maupassant
Dans la campagne française au XIX° s. Sur le mode du théâtre récit, les tableaux ainsi que les saisons s’enchainent, ponctués par un hautbois. La superbe écriture de Maupassant évoque avec délicatesse le poids des règles sociales et leur dureté pour les enfants. Texte et mise en scène Clément Morinière. Spectacle TNP. © Pierre Desmaret Cie Le Fanal . TNP 10 – 19 déc.

 

 

cArMen
Bienvenue en Turakie océanique

« Michel Laubu du Turak Théâtre, en complicité avec Emili Hufnagel, détournent des objets usuels du quotidien pour en faire des accessoires de théâtre originaux et inventifs. Je ne vais pas vous raconter leur Carmen. Mais plutôt essayer de vous faire un inventaire à la Prévert. Un acteur scaphandrier qui fait des bulles. Un canapé-lit transformable en prison. Une vidéo avec un orchestre de langoustines violonistes, des tourteaux trompettistes, un hippocampe baladeur. Des acteurs jouant des marionnettes de taille réelle. Un phare breton monté avec des meubles superposés et une lampe de poche tournante tout en haut. Des picadors fonçant sur des tables à repasser à roulettes. Un chariot surchargé en taureau furieux. Une table en roue de vélo. Un immense disque de Carmen sur un électrophone bricolé. Des objets simples, usés, bricolés ou fabriqués. A la sortie, dans le hall du théâtre l’ « Exposition du musée national de Turakie », présente les objets et accessoires des 25 ans du Turak Théâtre. Dont un second immense phare et les fameuses figurines de l’originale vidéo du spectacle. Leurs trouvailles, débordantes d’imagination, réenchantent notre imaginaire ! Les spectateurs se pressent et prennent des images avec leurs portables ! A voir seul, ou surtout en famille ». JPD. Photo © DR.  Théâtre des Célestins. 15 – 31 déc.

 

PINOCCHIO320La Vérité sur Pinocchio / Carlo Goldoni
Adaptation pour un acteur seul en scène. Un point de vue singulier sur Pinocchio. Tout au long de ses aventures, Pinocchio se construit grâce aux figures récurrentes du père et de la nature. Adaptation libre, mise en scène et jeu, Didier Galas. © DR.  TNP 16 – 31 déc.

 


 

Liens

* Théâtre des Célestins – Tél. 04 72 77 40 00 – www.celestins-lyon.org

* TNP Villeurbanne – 04 78 03 30 00 – www.tnp-villeurbanne.com

* Théâtre Tête d’Or – Accueil 04 78 62 96 73  – www.theatretetedor.com

* Théâtre de la Croix-Rousse. Place Joannes Ambre 69004 Lyon –  Tél. 04 72 07 49 49 – www.croix-rousse.com

* Radiant-Bellevue-Caluire – Tél. 04 72 10 22 19 – www.radiant-bellevue.fr

* Les Ateliers – Tél. 04 78 37 46 30  – www.theatrelesateliers-lyon.com

* Les Subsistances- www.les-subs.com

* TNG Théâtre Nouvelle Génération – www.tng-lyon.fr