Site d'informations culturelles indépendant - 9 ème Année 

 

MUSIQUE / OPÉRA / JAZZ

N°27 Automne-Hiver 17/18

Chronique de Patrick Favre-Tissot-Bonvoisin Voir ici
Jazz à Vienne. Jazz Péristyle de l’Opéra Voir en bas de page.

Mars / Avril

Pergolèse / Stabat Mater / Auditorium 9 mars
Symphonique. Un programme éclectique : Brahms, Pergolèse, Messiaen. Orchestre des Pays de Savoie / Spirito Choeurs Britten et Jeune Choeur symphonique. Direction musicale Nicolas Chalvin. Photo © Sylvain Ressicaud.

Christophe Monniot / Amphi Opéra 9  au 11 mars
Jazz. Christophe Monniot bouscule les genres, se joue des académismes avec l’esprit d’un fougueux libre-penseur. 
Dans tous ses projets une joyeuse effervescence est de mise et sa nouvelle résidence à l’Amphi – de l’invitation surprise de Roda Scott au feu d’artifice d’Ozone et Kimono – s’annonce sur-vitaminée !


Les Trois Lumières / Fritz Lang / Auditorium 12 mars
Ciné-concert. Un couple. Un étranger arrive dans une ville perdue dans le passé. L’amant disparait mystérieusement, et la jeune femme pactise avec l’étranger – la Mort elle-même -….Film de référence de l’expressionnisme allemand et chef d’oeuvre intemporel. Thierry Escaich, accompagnement improvisé à l’orgue.

Mozart / Chostakovitch / Auditorium 16 mars
Symphonique. A. Mossolov, la Fonderie d’acier. W.A. Mozart concerto pour clarinette. D. Chostakovitch, symphonie n°15. Andris Poga, direction. Martin Fröst, clarinette. Orchestre national de Lyon.

 

Festival Mémoires / Opéra de Lyon
La mémoire, au prisme du printemps : ces mots inspirent le festival annuel de la saison 16/17 de l’Opéra de Lyon. L’opéra comme tous les arts de la représentation – et contrairement au cinéma – est un art éphémère et fugace. Le Festival, « Mémoires », propose de remonter quelques productions considérées comme mythiques. « Aimer ce que jamais on ne verra deux fois ».
* Elektra / Richard Strauss 17-30 mars et 1er avril. ( à l’Opéra)
Opéra. Sophocle revu par d’Hofmannstahl (livret) et par un Strauss paroxystique, confié à Ruth Berghaus (mise en scène), référence incontournable du théâtre contemporain, héritière directe de Bertolt Brecht. Elle scandalisa, elle émerveilla, elle secoua. Qu’en sera-t-il ce printemps ?
* Le Couronnement de Poppée / Claudio Monteverdi 16-19 mars (au TNP)
Opéra. Monteverdi propose une histoire où se mêlent amours, complots et politique, à coups de meurtres, de répudiations et d’exil. C’est à ce prix que s’aiment les monstres. Direction musicale Sébastien d’Hérin. Solistes du Studio de l’Opéra de Lyon. Ensemble Les Nouveaux Horizons.
* Tristan et Isolde / Richard Wagner 18-28 mars et 2 et 5 avril (à l’Opéra)
Opéra. Pour la plus belle des histoires d’amour, une des productions de légende de l’opéra de Wagner signée Heiner Müller (mise en scène), l’un des phares du théâtre européen, auteur intense et metteur en scène d’insondable profondeur. Avec 7 chanteurs lyriques. Direction musicale Hartmut Haenschen. Orchestre et Choeurs de l’Opéra de Lyon. Photo Grand Foyer et Opéra de  nuit © DR  et Franchella Stofleth.

La nouvelle Babylone / Kozintsev / Trauberg / Auditorium 13 mars
Ciné-concert. Film de Grigori Kozintsev et Leonid Trauberg (1929. Louise, vendeuse au grand magasin « La Nouvelle Babylone » est une communard ; son fiancé, le soldat Jean, combat dans le camp opposé… La Commune de Paris vue par les Soviétiques. Timothy Brock, direction musicale, le spécialiste de la musique de films. Orchestre national de Lyon.

Kotaro Fukuma / Salle Molière 16 mars
Récital. Chopin, nocturne, ballades et préludes. Cette figure majeure du jeune piano contemporain se produit sur les plus grandes scènes de New-York, Londres, Berlin Leipzig, Paris, Genève, Tokyo et Santiago du Chili. Kotaro Fukuma, piano.

Hilary Hahn / Robert Levin / Auditorium 17mars
Récital. Oeuvres de Bach, Mozart, Beethoven et autres compositeurs. Hilary Hhan, brillante violonniste, meilleure jeune musicienne classique américaine selon le Time en 2001,Grâce et fascinante personnalité d’une musicienne complète. Hilary Hahn est actuellement artiste associée à l’ONL, violon. Robert Levin, également compositeur et musicologue au piano. Hilary Hahn © DR.

Hommage à John Williams et ses célèbres musiques de films.
Radiant-Bellevue 18 mars
Symphonique. Le Radiant-Bellevue continue son cycle de musiques de films. L’Orchestre Symphonique Rhône-Alpes-Auvergne, chef d’Orchestre Laurent Pillot, va rendre hommage à John Williams qui créa les musiques de « Star War », « Indiana Jones »; « E.T. », « Jurassic Park », « La liste de Schindler », « Les Dents de la Mer » et les premiers épisodes de « Harry Potter ». Ce pianiste américain collectionne Golden Globes et Awards. Une passionnante soirée en perspective.

Porpora, Diva et Castrat / Eglise Saint-Bruno 21 mars
Musique de Chambre. Nicola Porpora : Salve Regina et airs extraits de Polifmo, Agrippina,… Giuseppina Bridelli, mezzo-soprano. Choeur et orchestre du Concert de l’Hostel-Dieu. Franck-Emmanuel Comte, clavecin et direction.

Chopin / Smetana/ Bartok / Auditorium 23 mars
Récital. On découvre le jeune coréen Seong-Jin Cho dans les Concerto pour piano n°1 de Chopin. Il est la gagnant du concours international F. Chopin. Le jeune chef formé à Saint-Petersbourg S. Kochanovsky excelle dans les partitions dramatiques. S. Kochanovsky, direction. Seong-Jin Cho, piano. Orchestre national de Lyon. Photo Seong-Jin Cho © Bartek Sadowski

 

Jeff Mills / Planets / Auditorium 29-30 mars
Récital. Jeff Mills le dj, propose avec The Planets, un arrangement pour grand orchestre. Une suite de dix pièces en écho avec « Les Planètes » de Gustav Holst composée il y a un siècle ! Jeff Mills, dj. Christophe Mangou, direction. Orchestre national de Lyon. Photo Jeff Mills © Joâo Messias.

Ravel / Chostakovitch / A. Tharaud / Auditorium 31 mars
Gordon Chin 3° mvt de la Symphonie n°3 de Taïwan. Le Concerto de Ravel étonne avec ses échos de chanson et ragtime. Alexandre Tharaud est à l’aise dans les grands concertos. La célèbre Cinquième Symphonie de Chostakovitch conclura ce concert. Shao-Chia Lü, direction. Alexandre Tharaud, piano. Orchestre national de Taïwan.

Beethoven / La Pastorale / F. Gabel / Auditorium 6-8 avril
Symphonique. Debussy : l’« Après midi d’un faune ». G. Connesson « A Kind of Trane » en première mondiale. L. van Beethoven Symphonie n°6 « Pastorale ». Orchestre national de Lyon. Fabien Gabel, direction. François Sauzeau, clarinette. Concert capté par France Musique pour diffusion ultérieure.
Photo © DR.

Yo-Yo Ma / Kathryn Stoot / Auditorium 7 avril
Récital. Gounod, Sibellius, J. Cade, Cl. Debussy; Fr Schubert, D. Chostakovitch, G. Sollima, C. Franck. Yo-yo Ma , violoncelle. Kathryn Stott, piano.

Bernard Lubat / Amphijazz / Opéra 13-14-15 avril
Energique, imporvisateur-né, provocateur, Bernard Lubat occupe une place à part dans le jazz français. Il est en résidence pour trois jours. Le jeudi au piano, avec Sylvain Luc aux guitares. Le vendredi il est aux claviers avec Louis Sclavis à la clarinette et Louis Lubat à la batterie. Le samedi ce sont. Bernard Lubat, piano, voix. Jules Rousseau, guitare. Thomas Boudé, guitare.Jacques Di Donato, clarinette. et Nicolas Nageotte clarinettes.

Haydn / Ton Koopman / Auditorium 15 avril
Symphonique. Hadyn, Les Sept dernières paroles du Christ (90mn). Avec lecture de textes par un comédien entre les différents mouvements. Face à l’entrechoquement des cultures et à la généralisation du doute. Un véritable appel pour la paix. Orchestre national de Lyon. Ton Koopman, direction. Photo © Eddy Posthuma de Boer.

Gregory Porter,
le très chic chanteur jazz-soul 
Radiant-Bellevue le 27 avril
« 
En lever de rideau, le groupe lyonnais Uptown Lovers, et sa chanteuse Manon Cluzel, chauffent la salle dans une belle ambiance soul, folk et pop. Puis Gregory Porter arrive, très chic, costume gris, chemise blanche, cravate et son éternel cagoule noire, surmontée d’une casquette noire ronde ! Cinq musiciens l’accompagnent : piano, orgue électrique, drums, contrebasse et saxo, tous coiffés de chapeaux ou de casquettes. Il chante de sa voix forte et sensuelle à la fois. Il mélange les genres, passant avec aisance, du jazz soul, au blues et au gospel. Il est accompagné par des musiciens toniques. ll nous chante des airs de ses deux derniers albums Liquid Spirit et Take Me to the Alley, salués par la critique. On perçoit chez lui, les influences de Nat King Cole et d’autres crooners américains. Il parle aussi, mais en anglais… Il a aussi des envies de théâtre. Il est chaudement applaudi par les 1800 spectateurs présents lors de cette brillante dernière soirée de la saison du Radiant-Bellevue ». JPD © Shawn Peters

Jazz. Le chanteur jazz-soul Gregory Porter est de retour avec un nouvel album « Take Me to the Alley » et un concert très attendu au Radiant-Bellevue. Douze titres au groove sensuel, explosif et au timbre chaud.

Adams / Tchaïkovski / Hilary Hahn / Auditorium 29 avril
Symphonique. John Adams : The Chairman Dances, foxtrot pour orchestre P. Tchaïkovski : le très difficile concerto pour violon avec la soliste Hilary Hahn. Et John Adams : Harmonielehre. Orchestre national de Lyon. Leonard Slatkin, direction. Hiraly Hahn, violon. Photo © David Duchon-Doris.

Duo Lionel Martin et Mario Stanchev / Musée des Confluences 30 avril
International Jazz Day de l’Unesco 30 avril. Un jour consacré aux racines du jazz avec la relecture de l’oeuvre de L. M. Gottschalk, précurseur du jazz par l’incroyable duo formé par Lionel Martin, saxophones et Mario Stanchev, piano. De l’identité créole à la relecture contemporaine. Un hommage inspiré.

Auditorium 17 000 abonnés : un record historique
Le 20 février 2017, à 15h12, l’Auditorium-Orchestre national de Lyon, a atteint le nombre historique de 17 000 abonnés. Cela représente une hausse de 13 % des abonnements par rapport à la saison dernière. Ce chiffre est en constante augmentation depuis 3 saisons. Cette fidélisation importante (46% de nos spectateurs) ne grève cependant pas le renouvellement des publics : 30 % des abonnés n’avaient jamais été abonnés jusqu’à ce jour, soit plus de 5 000 personnes. 17% des spectateurs ont moins de 28 ans.
Une tournée en Chine pour
le Concert de l’Hostel Dieu

Quand la musique baroque rencontre la musique traditionnelle chinoise. C’est avec un concert réunissant sur scène musiciens français et chinois que le Concert de l’Hostel, ensemble de musique baroque lyonnais, s’envole pour la Chine le 10 avril 2017 pour une tournée de 4 concerts ! Et pour nous faire entendre ce programme original en France en mars 2018, l’ensemble se lance dans une campagne de mécénat participatif en ligne !
Baroque au pays des Fils du Ciel est une rencontre musicale entre la Chine et l’occident, à l’image de celle vécue par deux musiciens du 18e siècle : le lazariste Pedrini puis le jésuite lyonnais Amiot. Durant leurs longs séjours à la cour des « Fils du ciel » – la Cité Interdite -, tout à la fois diplomates, ethnomusicologues et artistes, ils ont enseigné aux musiciens chinois le jeu sur instruments occidentaux et transcrit des airs chinois en utilisant le solfège européen. Du dialogue et à la fusion, le programme réunira des extraits d’opéra chinois, des manuscrits baroques – dont certains issus des fonds de la Bibliothèque municipale de Lyon – et des airs traditionnels Shanxi. Photo © Julie Cherki.

 

Mai, Juin, Juillet

 

Auditorium : une fréquentation en constante augmentation + 17% d’abonnés + 13% de spectateurs !
Pour la saison 16/17 qui s’achève 17 446 abonnés, soit une hausse de 17 %. et 235 321 spectateurs, soit + 13 % par rapport à la saison 15/16 à la même date. Chiffres arrêtés au 14 avril. On peut imaginer qu’il y aurait d’ici la fin de saison environ 250000 spectateurs ! Ces chiffres n’incluent pas les spectateurs des concerts donnés lors des déplacements de l’orchestre en France et à l’étranger.
Provenance géographique des spectateurs ; 48 % Lyon / 27 % Métropole hors Lyon / 8 % Rhône hors métropole / 12 % Rhône-Alpes hors Rhône / 4 % autres régions / 1 % international. Profil des spectateurs : Non abonnés 53% / abonnés 44 % / invités 3%. On le voit un bilan flatteur, avec une belle progression grâce à un dialogue artistique fructueux et pluridisciplinaire… Et surtout une recherche d’excellence et une programmation internationale de haut vol avec des artistes de renom, qui va se poursuivre la saison prochaine.

 

Duo Paolo Fresu et Diederik Wissels
Musée des Confluences 4 mai et 6 mai
Paolo Fresu est l’un des plus grands trompettistes actuels de jazz européen. Il participe à de nombreuses formations, tout en composant de la musique pour la danse, la poésie, le cinéma ou encore le théâtre. En duo, Paolo Fresu et l’excellent pianiste Néerlandais Diederik Wissels avaient concocté pour le musée un programme très ouvert. Paolo Fresu joue debout ou assis, tour à tour de la trompette ou du bugle (en photo). Le bugle est souvent utilisé par les fanfares et les brass bands. Mais, en solo, il sait en tirer des notes graves et medium très poétiques. Son style est tout en douceur, en finesse, nostalgique. En l’écoutant on ne peut s’empêcher de penser à Miles Davis, (dans le film Ascenseur pour l’échafaud). Remarqué aussi les effets de lumières innovateurs et très réussis du régisseur lumière du musée, Girard Ollivier. Ils renforçaient l’ambiance club, confortable du grand auditorium. JPD. Photo © R. Cifarelli.

Alceste / Christoph W. Glück / Opéra 2-16 mai
Opéra. Lumière et ténèbres : un affrontement éternel qui se trouve au coeur d’un opéra novateur. Direction musicale Stefano Montanari. Avec 5 chanteurs lyriques. Orchestre et Choeurs de l’Opéra de Lyon.

Philharmonique de Monte-Carlo / Auditorium 4 mai
Symphonique. J. Brahms, le Concerto pour piano n°1 sera joué par Nicholas Angelich. Une oeuvre marquée par l’héritage beethovénien. Puis la très « néo-classique » « Symphonie en ut » de Stravinsky. Et d’ A. Scriabine le « Poème de l’extase ». Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Andris Poga, direction. Nicholas Angelich, piano. Photo N. Angelich © Stéphane de Bourgies.

Il Diluvio Universale / L. G. Alarcon / Capella Mediterranea / Auditorium 9 mai
Musique ancienne. Découverte inoubliable du Festival d’Ambronay en 2010 et top des ventes du label Ambronay, le « Déluge Universel » séduit les grandes scènes européennes avec un déluge de sensations ! Capella Mediterranea. Choeur de Namur. avec 4 chanteurs lyriques. Leonardo Garcia Alarcon, direction.

Bobby Mc Ferrin / Auditorium 12 mai  (Annulé)
Jazz. « Don’t Worry, Be Happy », est ce tube mondialement connu de Bobby Mc Ferrin. Mais l’artiste ne s’est pas contenté de ses lauriers… Il a une incroyable palette vocale, il joue tous les genres : jazz, blues, R’n’B’, pop et musique populaire africaine. Et son sourire rend immédiatement « happy » !.Sa tournée accompagne la sortie de son CD « SpiritYouAll », qui renoue avec les negro-spirituals et les chants issus des communautés d’esclaves afro-américains. « Swing Low, Sweet Chariot », « Whole World in his hands », et des chansons originales. Une soirée en co-production avec Jazz à Vienne. Annulé pour raisons de santé.

Nelson Freire / Auditorium 13 mai
Récital. L. v. Beethoven, Brahms, Fr. Litstz, M. Ravel, Bartok. Nelson Freire est en récital au piano. Il se lance des défis pour jouer des pièces redoutables et de virtuosité, de poésie et de lyrisme enflammé. Nelson Freire, piano.

Pierre de Bethmann, piano en résidence 18 / 20 mai
Jazz. Pierre de Bethmann Trio invite Mark Turner, sax ténor, Sylvain Romano, contrebasse et Tony Robeson, batterie. Le18 mai.
Pierre de Bethmann Trio invite Rick Margitza, sax ténor. Simon Tailleur, contrebasse. Karl Jannuska, batterie. Le 19 mai.
Pierre de Bethmann, Trio invite Laurent Coulondre, claviers. Pierre-Alain Tocanier, batterie. Stephane Edouard, percussion. Le 20 mai.

Orchestre national de Lille / Auditorium 20 mai
Symphonique. Henry Görecki, trois pièces de style ancien. Fr. Poulenc concert champêtre pour clavecin. J. Sibellius, « Première Symphonie » opulente et passionnée, emblème de la lutte des Finlandais contre la domination russe. Orchestre national de Lille. Michal Nesterowicz, direction. Jean Rondeau, clavecin.

Concerto d’Aranjuez / Auditorium 25 mai
N. Rimski-Korsakov, capriccio espagnol. Joaquim Rodrigo, Concerto d’Aranjuez le plus célèbre concerto pour guitare et orchestre. S. Prokofiev, Symphonie n°5. Orchestre national de Lyon. Karina Canellakis, direction. Milos, guitare.

Pat Metheny / Amphithéâtre Cité Internationale 26 mai.
« 
Mince, cheveux longs, polo rayé, jean, il a l’air d’un jeune homme, malgré ses 62 ans. Virtuose il enchaine les morceaux à un rythme soutenu. Ses mélodies ont des variations infinies. Il joue alternativement de ses quatre guitares électriques et guitare-synthé, et fait des effets rarissimes de synthétiseur. Il est accompagné de la célèbre bassiste malaysian/australienne Linda May Han Oh. Au piano, c’est le jeune et brillant britannique Gwyilym Simcock. Et à la batterie c’est le mexicain Antonio Sanchez. Chacun des trois, fera à tour de rôle des superbes solos. Pat Metheny est le guitariste de jazz le plus en vue actuellement. Il a joué avec les plus grands musiciens de jazz, enregistré une vingtaine de CD en leader, plus une quarantaine en tant que sideman, a participé à une douzaine de bandes originales de films… Et a reçu environ trente cinq prix, récompenses, arwards et disques d’or. Brillante soirée ». JPD.

Mozart Requiem / Ton Koopman / Auditorium 1 et 3 juin.
Symphonique. G.F. Haendel. Trois, concertos. W.A. Mozart Le Requiem fut repris par Ton Koopman, il y a vingt ans, enregistré, filmé, largement diffusé. Revoici donc à nouveau le Requiem de Mozart. Orchestre national de Lyon. Choeurs de l’Opéra de Lyon. Ton Koopman, en résidence à l’ONL, direction, avec un quatuor de solistes lyriques exceptionnel.

Anne Queffélec / Auditorium 2 juin
Récital. E. Satie, gnossiennes et gymnopédies. M. Ravel. Fr. Poulenc. D. de séverac. cl. Debussy. P-O. Ferroud. R. Hahn. G. Dupont. Ch. Koechlin. Fl. Schmitt. Un programme varié. Anne Queffélec, piano.

Le Péritsyle Café Jazz.
Réouverture 8 juin / 2 septembre

Jazz. Comme chaque année l’Amphi de l’Opéra, prend ses quartiers d’été, en plein air, sous les arcades de l’Opéra. Les concerts ont lieu du lundi au samedi. Chaque soir à la même heure :19h, 20h15 et 22h. Bars et petite restauration de qualité. Avec toujours une programmation agréable et tonique. Photo © Stofleth.

 

Anne Sophie Mutter / ONL/ Auditorium 16 juin
E. Elgar : « Symphonie °1. Leonard Slatkin est un des spécialistes les plus reconnus d’Elgar et ses enregistrements sont les meilleurs des vingt dernières années. Toru Takemitsu : Nostalghia. F. Mendelsohn : concerto pour violon. La diva allemande du violon, qui fête ses cinquante ans de carrière, conclura la saison en apothéose. Orchestre national de Lyon, Leonard Slatkin, direction. Anne Sophie Mutter, violon. Photo Leonard Slatkin © Niko Rodamel.

Viva La Mamma / G. Donizetti / Opéra 22-30 juin et 2-8 juillet
Opéra. Quelle maman ! Castafiore manquée, déboulant en pleine répétition pour couver son poussin… et décrocher le rôle de sa vie. A coup de catastrophes en chaîne, Donizetti moque avec tendresse le théâtre lyrique, ses divas et sa folie. Avec 6 chanteurs lyriques. Direction musicale Lorenzo Viotti. Mise en scène Laurent Pelly. Orchestre et Choeurs de l’Opéra de Lyon.

Viva la Mamma ! Sur grand écran Plus de 7500 spectateurs le 6 juillet ! Le spectacle a été retransmis sur grand écran depuis la grande salle de l’Opéra, grâce à un signal satellite et en simultané à Ambérieu-en-Bugey, Aurillac, Bellegarde-sur-Valserine, Chamonix Mont-Blanc, Clermont-Ferrand, Crest, Issoire, Le Cheylard, Lyon (Théatre Antique de Fourvière), Montélimar, Saint-Quentin-Fallavier, Thonon-les-Bains, Usson-en-Forez et Villié-Morgon. Evènement festif, gratuit et de plein-air, il a de nouveau permis à l’Opéra de Lyon d’aller à la rencontre de tous les publics de la région et de favoriser la découverte de l’opéra. Partenaire de la manifestation, France Télévisions a retransmis Viva la Mamma! en direct sur Culturebox. Le spectacle est disponible en replay pendant 6 mois sur cette plateforme.

Borg et Théa / Opéra / Théâtre de la Croix-Rousse 9-17 mai
Théâtre-musical. Un conte qui plonge dans le futur pour ramener les fragments de la grande épopée humaine du troisième millénaire. récitants, cheours, quatuor à cordes et violon traditionnel, musiques sans frontières pour un opéra de poche populaire. Direction musicale Karine Locatelli. Mise en scène Jean Lacornerie. Le Quatuor Béla et La Soustraction des Fleurs. Maîtrise de l’Opéra de Lyon.

The Artist un ciné-concert exceptionnel
Auditorium 7-8-9-10 juin
« 
The Artist. Réalisation Michel Hazanavicius. Direction d’orchestre Ernst van Tiel. Musique originale Ludovic Bource, présent au piano.
The Artist, c’est avant tout le pari osé du réalisateur Michel Hazanavicius de filmer, en noir et blanc, un film muet à la manière des cinéastes d’autrefois. Pari gagné, le film a obtenu 6 Césars, 7 Bafta, 3 Golden Globes et 5 Oscars !
L’Auditorium et l’ONL avaient fait le pari, le pari également osé, de projeter des films anciens avec la musique jouée en direct sur scène par les musiciens de l’orchestre. Pari gagné, depuis l’idée a fait le tour d’Europe. Hier soir, salle archi-comble, séance supplémentaire et ambiance formidable. La musique du film, sacrée meilleure musique de film aux Golden Globes et aux Oscars, jouée en direct renforce l’intensité dramatique et émouvante du formidable duo Jean Dujardin et Bérénice Béjo. Elle double le plaisir de l’auditeur-spectateur. Standing ovation ! » JPD. Photo The Artist © La PetiteReine-Studio37-La Classe Américaine-J.D. Prod. © DR.


L’Opéra de Lyon élu
 »Meilleure Maison d’Opéra
de l’année 2017″
L’Opéra national de Lyon a été désigné « Best Opera Company 2017 » (Meilleure Maison d’Opéra de l’Année 2017) lors de la cérémonie des International Opera Awards au Coliseum de Londres le dimanche 7 mai.

Les autres nominés étaient le Teatro alla Scala de Milan, le Royal Opera House Covent Garden de Londres, l’Opéra de Stuttgart, l’Opéra des Flandres et le Houston Grand Opera.

Les International Opera Awards, fondés en 2012, font référence dans le domaine lyrique et sont considérés comme les « Oscars » de l’opéra. Les prix sont décernés par un jury de professionnels du monde lyrique présidé par John Allison, rédacteur en chef du magazine Opera.

Lors des éditions précédentes , le prix « Best Opera Company » a été décerné à l’Opéra d’Amsterdam (2016), au Komische Oper de Berlin (2015), à l’Opéra de Zürich (2014) et à l’Opéra de Francfort (2013).

Serge Dorny a reçu le prix à Londres. Dans son intervention, il a fait part de sa gratitude et de son émotion de voir le travail de l’Opéra de Lyon salué au-delà des frontières dans le cadre d’une Europe toujours vivante, rayonnante, unie dans sa diversité, l’Europe de l’esprit, des arts et de la culture. Photo S. Dorny, directeur de l’Opéra © Philippe Pierageli.

 

Jazz Péristyle de l’Opéra 8 juin – 2 septembre

Café du lundi au samedi de 9h à 23h
Concerts de jazz du lundi au samedi à 19h, 20h15 et 22h
Wilhelm Coppey Quartet Modern bop Jeu 8, ven 9 et sam 10 juin

• Ero Jazz Quartet World jazz Lu 12, mar 13, mer 14 juin

• EYM « Khamsin Project » Jazz moderne Jeu 15, ven 16 et sam 17 juin

• Equinox Trio Standards Lun 19, mar 20 juin 

Sinti Swing Trio Jazz manouche Jeu 22, ven 23 et sam 24 juin 

Inlab Quartet Jazz contemporain Lun 26, mar 27 et mer 28 juin
Stracho Temelkkovski Trio Balkan world jazz Jeu 29, ven 30 juin et sam 1er juillet
Trio Carine Bianco « Portraits » Jazz post-moderne Lun 3, mar 4, mer 5 juillet

David Bressat Quintet « Alive » Jazz moderne Jeu 6, ven 7, sam 8 juillet 

Freedom Jazz suite Jazz contemporain Du 10 au 15 juillet 

• Trio Barolo – Casa Nostra Jazz du monde Lun 17, mar 18, mer 19 juillet 

• The Keystone Crew Swing Jeu 20, ven 21, sam 22 juillet 

Faycal Salhi Quintet Jazz Oriental Lun 24, mar 25, mer 26 juillet 

• Dreisam Jazz métissé Jeu 27, ven 28, sam 29 juillet

• Foehn Trio Jazz actuel Lun 31 juillet, mar 1er, mer 2 août 

• Red Hill Quintet Hard bop Jeu 3, ven 4, sam 5 août 

• Talawine Trio Jazz oriental Lun 7, mar 8, mer 9 août 

• Trio Aliado Jazz vocal métissé Jeu 10, ven 11 et sam 12 août
• Joachim Expert Trio Jazz moderne et poppy Lun 14, mar 15, mer 16 août 

• Duo B2S Jazz contemporain
• Matthieu Boré Trio Rythm and blues from New Orleans Lun 21, mar 22, mer 23 août 

• Strings On T.O.P. Modern swing Jeu 24, ven 25, sam 26 août 

• Compagnie Imperial. Feu d’artifice final Du 28 août au 2 septembre.
Photo © DR.



 


 

Jazz à Vienne Théâtre Antique
29 juin – 13 juillet

Les soirées magiques de Jazz à Vienne /  Un bilan très satisfaisant
Grand beau temps, chaud pour la plupart des concerts. Un public de connaisseurs et cette année encore toujours plus de spectateurs des jeunes générations. Scène emblématique du festival Jazz à Vienne, le Théâtre Antique a rassemblé 78 000 personnes sur 14 soirées, soit une belle moyenne de 5571 spectateurs par soirée ! Avec une programmation résolument ouverte et audacieuse, cette 37e édition a relevé le défi de rassembler les styles et les publics.
Le bassiste Richard Bona a ouvert le festival sous les yeux émerveillés des 6 000 enfants d’écoles élémentaires du pays viennois qui chaque année sont au rendez- vous de cet événement exceptionnel.
Les légendes du jazz sont venues en nombre avec les pianistes Herbie Hancock, Ahmad Jamal ou encore Jamie Cullum qui a retrouvé la même complicité avec le public viennois que lors de son passage remarqué en 2014. Les voix envoûtantes de Stacey Kent et Youn Sun Nah ont plongé les festivaliers dans leur univers sensible et élégant pour deux remarquables soirées d’une grande nesse vocale. Le trio à cordes Jean-Luc Ponty, Biréli Lagrène et Kyle Eastwood a rassemblé unanimement le public autour de trois générations du jazz d’aujourd’hui.
Deux soirées hommages ont également été consacrées à deux musiciens qui ont marqué l’histoire de la musique : John Coltrane et Prince. Pharoah Sanders et Archie Shepp, qui ont partagé la scène avec John Coltrane en son temps, mais aussi le pionnier de la musique techno, Jeff Mills accompagné du saxophoniste français, Emile Parisien ont offert aux festivaliers un moment d’histoire et de grande générosité en célébrant l’héritage du légendaire Coltrane.
La 37e édition reste également et plus que jamais marquée par la nouvelle génération du jazz incarnée cette année par le lauréat 2016 du tremplin Rézzo FOCAL Jazz à Vienne, Amaury Faye Trio, le pianiste Yaron Herman, les Brésiliens de Bixiga 70, la harpiste Laura Perrudin, le saxophoniste Guillaume Perret, la sensationnelle et très remarquée Anne Sila sans oublier l’incroyable prestation de Christian Scott !

Tous les jazz, pour tous les publics ! Et partout une ambiance de bonne humeur et de fête
Le Théâtre Antique a rassemblé 78 000 personnes sur 14 soirées. La scène de Cybele a rassemblé, tous les jours de 12h30 à 21h environ 61000 spectateurs. Une programmation entièrement gratuite il faut le souligner ! Le Club de Minuit : sept concerts et plus de 6000 spectateurs ont assisté aux soirées acoustiques. Le JazzMix a programmé du jazz aux musiques funk, transe,hip hop, électronique… Lettres sur Cour – 26e édition : pendant 3 jours, des auteurs français et du monde entier ont rassemblé 900 personnes pour faire découvrir en musique les voix nouvelles et leurs découvertes littéraires. L’Académie de Jazz à Vienne – 24e édition : cette année, 130 stagiaires ont pris part à l’Académie de Jazz à Vienne. Certains stages se sont clôturés par une restitution publique sur la Scène de Cybèle.
Rézzo Focal Jazz à Vienne – 13e édition : le tremplin vise à porter sur le devant de la scène les nouveaux talents du jazz en les accompagnant vers la professionnalisation. Les neuf groupes sélectionnés cette année se sont présentés sur la scène de Cybèle, les 29, 30 juin et 1er juillet 2017. Après délibération, le jury a nommé Gauthier Toux Trio lauréat du Rézzo Focal Jazz à Vienne 2017.
Jazz à Vienne / Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Un nouveau partenariat voit le jour. De nombreux points communs existent entre ces festivals tous deux référents dans leur domaine artistique… A commencer par un désir partagé d’offrir aux visiteurs, dans ces deux disciplines que sont le jazz et la bande dessinée, un programme varié privilégiant avant tout les découvertes et les rencontres. Voilà pour l’essentiel.
Quelques chiffres. Soit en tout 250 concerts dont 200 gratuits ! Quelques 157 Interviews & points presse.19 directs TV & radio. 244 Heures de concerts. 2 100 retours en TER Lyon-Vienne (+46,85%). Les spectateurs venant à 84% d’Auvergne Rhône-Alpes. La présence de 15,7% d’abonnés. Photo La scène de Cybele, au coeur de l’animation du festival; © JPD.

Cette année, Jazz à Vienne se renouvelle et se diversifie
Des grands noms du jazz nous ont quitté. Mais il en reste quelques uns et de grande qualité : Ahmad Jamal, Archie Shepp, Herbie Hancock. D’autres moins connus, mais tout aussi excellents, seront là, tels que Birelli Lagrène, J-L. Ponty, Pharoah Sanders, Stacey Kent, Mary J. BIlge, Roberto Fonseca, Laura Perrudin…. Au programme également des soirées. Hommage à l’africain Fela Kulti,. Hommage à John Coltrane. Soirée Cubaine avec Angelique Kidjo. Soirée Blues. Soirée French Touch. Et des nouveautés. Hip hop symphonique avec MC Solaar et l’ONL. Soirée hommage à Prince avec Larry Graham. Soirée Soul. Bref un vraie diversification musicale qui devrait séduire un public plus jeune et encore plus large. Voici le programme du Théâtre Antique (20:30).

Trois légendes du jazz  sur la scène du Théâtre Antique
Jazz à Vienne avait invité trois des dernières légendes du jazz à venir se produire au Théâtre Antique. Ahmad Jamal, Archie Shepp et Herbie Hancock, ils ont côtoyé tous les grands du jazz aujourd’hui disparus. A eux trois ils totalisent un record de récompenses et des dizaines d’albums enregistrés.

Toujours étonnant Herbie Hancock !
Herbie Hancock, a une riche vie musicale. A 11 ans il est déjà soliste, piano classique du Chicago Symphony Orchestra. A 20 ans il est musicien professionnel jazz. Il accompagne Coleman Hawkins, il joue avec Miles Davis. Il varie les genres et les styles, punk, rock, soul, disco, jazz acoustique. En 1970 il se convertit au bouddhisme. Il fait des recherches sur le son, il a aussi aidé à l’arrivée des instruments électroniques. Il a réalisé ou participé aux bandes originales de nombreux films, Blow Up et Round Midnight, Autour de Minuit de Bertrand Tavernier. Il a obtenu 14 récompenses et Awards. Enfin il est déjà venu à Vienne 15 fois !
Herbie Hancock arrive sur scène, visage rond, lunettes, chemise afro, l’air jeune et souriant, malgré ses 77 ans. Il est virtuose aussi bien sur un piano classique que sur le curieux piano acoustique qu’il porte en bandoulière. Ses morceaux alternent entre musique électrique et acoustique, avec parfois des airs dans l’esprit de Miles Davis. Les musiciens de son quintett, sont eux aussi brillants. Pour son dernier morceau, très tonique, il s’assied sur le rebord de la scène, face au premiers rangs des spectateurs, les pieds dans le vide, comme un jeune homme ! C’est prouvé médicalement, rien de tel que le jazz pour garder la forme. Et clore ainsi cette belle et chaude soirée d’été. JPD. Photo, depuis le haut des gradins, le quintett de Herbie Hancock, brille dans la nuit de Vienne, on aperçoit les photographes de presse sur le rebord de scène. © JPD.

Voir notre article « Dirigeants pour innover mettez vous au jazz » Voir ici.

JAV Archie Shepp, Pharoah Sanders, vibrant hommage à John Coltrane.
Troisième partie. Archie Shepp, 80 ans. Il a joué et enregistré avec tous les grands musiciens de jazz de sa génération. Il fut à l’avant garde du free-jazz, il joue aussi de la soul et du blues. Il est passé souvent à Paris. Il arrive sur scène, costume clair, cravate, chapeau marron, accompagné de son quintet Archie Shepp All Star. Il parle français et nous présente ses musiciens. avec un accent coloré. Amir ElSaffar, excellent à la trompette, Jason Moran, piano, Nasheet Waits, drums. Il a invité Marion Rampal, en robe rouge, chanteuse à la voix décidée et le brillant jeune saxo anglais, Shabaka Hutchings, pour quelques morceaux. Son jazz tonique et enlevé résonne dans la nuit de Vienne, le beau temps est revenu. Le public est heureux. Un superbe concert retransmis en live par France Inter.
Second partie. Le saxophoniste Emile Parisien, veste, lunettes, léger collier de barbe, a tout à fait l’air d’un jeune homme de bonne famille, mais c’est du saxo poussé à l’extrême aux notes extrêmes, rares et aux improvisations libres à la pointe du nouveau jazz français qu’il nous joue. D’autant plus que c’est le prodige du DJing techno, Jeff Mills qui lui fournit une rythmique redoutable. Sur les grands écrans de chaque côté de la scène, le public se rend compte du talent et de la vivacité incessante de Jeff Mills aux manettes. Un original duo entre l’art et la machine ! Sur scène, les cameramen de JAV, font vivre au plus près et en gros plans, les gestes du DJ. Très utile pour les spectateurs installés en haut des gradins.
Première partie. Une autre légende du jazz à la discographie impressionnante. Pharoah Sanders, 77 ans, et son quartet. Lui, c’est différent. Il arrive casquette à l’envers, chemise à carreaux et une étonnant collier de barbe blanche prolongé d’une barbichette, bref une sorte de grand adolescent. Mais ne vous y trompez pas, son jazz est puissant, il a développé une sonorité unique avec des envolées à risques et des timbres inédits. JPD. Photo Archie Shepp & Marion Rampal, robe rouge, et les photographes de presse au bord de scène. © JPD.

Ahmad Jamal, brillant (sous la pluie)
Ahmad Jamal, 87, ans, est un des derniers grands du jazz. Il a joué avec les plus grands musiciens contemporains. Il arrive sur scène très chic, costume gris à col mao suivi de ses trois excellents musiciens. James Cammack contrebasse, Herlin Riley, drums et Manolo Badrena, percussions. Il nous joue de son style inimitable, fin, vif et enjoué, des airs de son dernier album Fresh, puis Les Feuilles Mortes en variations infinies.
Il pleut, le théâtre est presque complet. Dans les gradins c’est un kaléidoscope de capes de pluies rouges, bleues, jaunes. Personne ne s’en va. Le public reste là, stoïque, pour l’applaudir. La chanteuse franco-béninoise Mina Agossi, et le rappeur poète Abd Al Malik, chantent à tour de rôle la même chanson Marseille. Ensuite c’est Christian Scott , au timbre chaud et notes rondes.
Les bénévoles de l’accueil son prévenants et souriants. Et les sauveteurs secouristes, bien visible en jaune, prêts à intervenir. Belle soirée, bonne organisation, comme d’habitude.
Nouveauté dans l’air du temps. La Carte Cashless. On l’alimente pour une 1ère fois en espèces ou CB à l’accueil du Théâtre Antique, dans les comptoirs Banque Cashless du festival ou en créant un compte sur le site internet www.jazzavienne.com/cahsless. Ensuite on peut boire autant qu’on veut… Mais avec modération pour l’alcool, surtout si on doit rentrer de nuit en voiture. JPD

 

Photos Laura Perrudin © DR. Ahmad Jamal © DR. Hip Hop symphonique © DR.

 

Photos Angelique Kidjo © DR. Mary J. Blige © DR.Birelli Lagrène © DR.

* Laura Perrudin / Talent Jazz Adami / Zucchero / Jeu.29.06
* Ahmad Jamal 4tet + special guests: Abd Al Malik & Mina Agossi / Christian Scott / Ven.30.06
* De la Soul / Live band / Hip Hop Symphonique / MC Solaar, Arsenik et Bigflo & Oli avec l’ONL et Issam Krimi / Sam.01.07

* Jeff Mills / Emile Parisien / Pharoah Sanders 4tet / Archie Shepp All Star feat. / Jason Moran + special guests Shabaka Hutchings & Marion Rampal / Lun.03.07
* Emile Parisien / Vincent Peirani / File Under Zawinul / Anne Sila / Yaron Herman Trio / “Y” / Mar.04.07
* Jamie Cullum / Stacey Kent / Mer.05.07
* Kenny Neal / MR Sipp / Vintage Trouble / Jeu.06.07
* Angélique Kidjo’s / Tribute to Celia Cruz feat. Pedrito Martinez / Roberto Fonseca / Abuc + special guests : Eliades Ochoa & Daymé Arocena / Ven.07.07
* Juan Rozoff / Larry Graham & Graham Central Station
feat. Appearances by Marco Prince & Jeanne Added / Trombone Shorty & Orleans Avenue / Sam.08.07
* Trio Ponty / Lagrène / Eastwood/ Youn Sun Nah / Dim.09.07
* Mary J. Blige / Lianne La Havas / Lun.10.07
* Deluxe / Scott Bradlee’s postmodern Jukebox / Mar.11.07
* Donny McCaslin / Herbie Hancock / Mer.12.07

* Guillaume Perret / Free / Amaury Faye trio / Seu Jorge / The life aquatic – A tribute to David Bowie / Bixiga 70 / Keziah Jones / Con Brio / Jeu.13.07

Herbie Hancock © Abu Dhabi Festival. Trombone Shorty © DR. Pharoah Sanders © DR.


 

Nouveaux et autres CD de l’ONL

L’Orchestre national de Lyon est l’un des meilleurs d’Europe. Le talent de Léonard Slatkin, associé à la qualité et à la polyvalence des musiciens permet de réaliser d’excellents CD. Ils sont édités par le grand label américain Naxos, spécialisé dans la musique classique. On peut les trouver à l’auditorium les soirs de concerts, chez les disquaires spécialisés et sur le site de Naxos www.naxos.com

* Ravel – Orchestral Works 5 – 2017. Durée 70:47
Antar – Incidental music after works of Rimsky-Korsakov. Shéhérazade.
L’épopée chevaleresque d’Antar ! Le « Roman d’Antar » eut en Arabie, une renommée comparable à celles des Mille et une Nuits. Antar était un vaillant et chevaleresque esclave amoureux de la belle Abla. La musique de scène de Ravel est basée sur le poème symphonique de Rimsky-Korsakov. Ce CD est très intéressant, car il met en oeuvre des talents multiples. Le texte, très poétique, est du célèbre romancier franco-libanais, de l’Académie Française, Amin Maalouf. Le narrateur est l’acteur André Dussollier dont la voix forte et prenante accentue les tensions de l’épopée. L’Orchestre national de Lyon, sous la baguette de Léonard Slatkin, nous fait revivre avec justesse et talent la bravoure d’Antar.
Voir la chronique de Pagtrick-Favre-Tissot-Bonvoisin. Voir ici.
Shéhérazade était la fille du grand vizir. Pour apprivoiser le sultan Schachriar, Shéhérazade, lui contait toutes les nuits de belles histoires : les contes des Mille et une Nuits (Aladin et la lampe merveilleuse, Ali Baba et les 40 voleurs, Sindbad le marin,…). La belle voix de mezzo-soprano d’Isabelle Druet renforce l’intensité dramatique de ces contes. Photo Sand Dunes © Tibay (iStockphoto.com).

* Ravel. L’Heure espagnole. Don Quichotte à Dulcinée. 2016. Durée 55:42.
Le texte de Don Quichotte et Dulcinée est de l’écrivain Paul Morand. Que ce soit à l’opéra ou au ballet, Ravel a offert des oeuvres scéniques aussi belles qu’originales au répertoire théâtral. Elles sont subtiles et harmonieuses. Avec six chanteurs lyriques Luca Lombardo, Isabelle Druet, Frédéric Antoun, Marc Barrard, Nicolas Courjal et François Le Roux. une conversation en musique, bien tournée, jalonnée par les entrées et sorties des personnages. et leurs échanges concis et incisifs. Photo © qbanczyk (iStockphoto.com).

* Ravel Orchestral Works 3 Orchestrations Chabrier, Debussy, Schumann, Moussorgsky. 2016. Durée 60:58.
Les talents exceptionnels d’orchestrateur de Ravel sont ici mis en avant avec finesse et éloquence par l’Orchestre national de Lyon. Photo © Giuseppe Porzani (Fotolia.com).

* Ravel L’Enfant et les sortilèges. Ma Mère l’Oie –
Complete ballet. 2015. Durée 71:52.

Avec le Choeur Britten, le Jeune Choeur Symphonique et la maîtrise de l’Opéra national de Lyon. « Les deux opéras de Maurice Ravel occuppent une place très importante dans mon coeur de musicien. Ils figuraient parmi les tout premiers enregistrements dont je possédais le disque et je suis tombé sous le charme de l’harmonieuse beauté de chacun de ces ouvrages » Ecrit Leonard Slatkin. Le tout est parfaitement restitué par l’ONL dans ce CD. Photo © Ellerslie 77.

* Berlioz . Harold en Italie.
Rêverie et Caprice. Le carnaval romain. Benvenuto Cellini. 2013. Durée 70:30.

Avec Lise Berthaud, violon alto et Giovanni Radivo premier violon, soliste de l’Orchestre national de Lyon. Berlioz s’est inspiré des aventures du héros de Lord Byron, mais aussi de son séjour en Italie en qualité de lauréat du Prix de Rome. Les trois autres pièces enregistrées ici découlent d’une manière ou d’une autre de l’opéra de Berlioz : Benvenuto Cellini. Photo © The fortress of Rocca Calascio (AQ) Italy © Wessel Cirkel (Dreamtime.com).

* Saint-Saëns. Symphony N°3 « Organ ». 2015. Durée 57:45. Lyon est la seule ville de province à avoir un orgue dans une salle de concert. L’orgue Cavaillé-Coll est monumental : 82 jeux et 6500 tuyaux ! Il fût construit pour l’Exposition Universelle de Paris en 1878 et la salle du Trocadéro. Il fût en 1977, transféré à l’Auditorium de Lyon. Il a bénéficié en 2013 d’une restauration par la manufacture Aubertin. Dans la Danse macabre et la Symphonie n°3, Vincent Warnier, exploite toute la richesse orchestrale de l’orgue. Il sait mieux que quiconque exprimer la splendeur et l’éloquence de cet orgue grandiose. Photo © David Duchon-Doris.


 

Liens Musique-Opéra

* Orchestre national de Lyon & l’Auditorium – Tél. 04 78 95 95 95 – www.auditorium-lyon.com

* Opéra de Lyon. Opéras, ballets, concerts, récitals, jazz, musique du monde,etc.. – Tél. 0826 305 325 – www.opera-lyon.com

* Cité Centre de Congrès. Amphithéâtre 3000 – Spectacles, concerts, danse classique, jazz, etc…04 72 82 27 63 – www.ccc-lyon.com

* Salle Molière. Saison de Musique de Chambre de Lyon – www.musiquedechambre-lyon.org

* La Chapelle de la Trinité- Festival de Musique Baroque de Lyon – www.lachapelle-lyon.org

* Concert de l’Hostel-Dieu – www.concert-hosteldieu.com

* Solistes de Lyon-Bernard Têtu – www.solisteslyontetu.com

* Fortissimo Musiques – www.fortissimo-musiques.com

* Ensemble 7ème Sens – www.ensemble-7sens.org

* Le Radiant Bellevue. 04 72 10 22 19 – www.radiant-bellevue.fr

* Festival d’Ambronay – 04 74 38 74 04 – www.ambronay.org

* Baroque & Plus.- www.baroqueetplus.com

* Spirito (Choeurs et Solistes de Lyon + Choeur Britten) – www.sipirto.com

* Les Conférences musicales de Patrick-Favre-Tissot-Bonvoisin 4 rue Vaïsse 69006 Lyon – 04 72 43 98 43 –  patrick.ftb@gmail.com ou redaction@lyon-newsletter.com


Liens Jazz

* L’Auditorium. Lieu habituel de l’Orchestre national de Lyon. Concerts en partenariat avec le festival Jazz à Vienne. www.auditorium-lyon.com

* L’Amphithéâtre de l’Opéra. L’Amphiopéra. Avec les grands noms de la scène européenne du jazz. Une sélection éclectique. Une fois par mois les artistes viennent en résidence les jeudi, vendredi et samedi. Tél. 0826 305 325 – www.opera-lyon.com

* Le Hot Club de Lyon. Du jazz new-orleans au jazz contemporain, dans une cave voutée et mythique, comme à Saint-Germain-des-Prés. 26 rue Lanterne 69001 Lyon Concerts du mardi au samedi 21h30/22h.. T. 04 78 39 54 74 – www.hotclubjazzlyon.com/

* La Clef de Voûte 1 place Chardonnet 69001 Lyon. Du mercredi au samedi 21h30, le dimanche 18h. www.laclefdevoute.fr

* Le Périscope Concerts Jazz & Musiques Improvisées| Débats & conférences, 13 rue Delandine 69002 Lyon. www.periscope-lyon.com

* Le second Souffle Restaurant et jazz 5 rue neuve 69001 Lyon . www.second-souffle-restaurant.fr

* Festival Jazz à Vienne. Le plus important festival de jazz d’été de France. Dans l’immense amphithéâtre romain de Vienne. Toutes les formations, chanteurs et solistes du jazz actuel y passent ou y sont passés. www.jazzavienne.com

* Festival Les Nuits de Fourvière. Quelques concerts de jazz pendant le festival.  www.nuitsdefourviere.com

* Jazz-Rhône-Alpes.Com.  Newsletter traite du jazz en Rhône-Alpes avec programmes et compte rendus.  www.jazz-rhone-alpes.com