Site d'informations culturelles indépendant - 9 ème Année - N° 26 Printemps-Eté 2017

 

DANSE

Les Nuits de Fourvière. Le programme complet. Voir en bas de page.

 

Mars / Avril

Festival Sens Dessus Dessous / Maison de la Danse 5-18 mars
Comme chaque année le Festival Sens Dessus Dessous de la Maison de la danse fait découvrir les chorégraphes singuliers, aux propos inclassables. Des artistes qui se caractérisent par leur liberté de ton et leur audace. Poétique et politique aussi.
* Yoann Bourgeois / Maison de la Danse 5-7 mars
Le circassien Yoann Bourgeois est à la fois jongleur, acrobate et danseur. Il revient avec un programme de performances et de reprises qui va mettre la Maison sens dessus dessous ! Photo Yoann Bourgeois © Géraldine Aresteanu.
* Patricia Apergi / Toboggan Décines 8-9 mars
La chorégraphe grecque Patricia Apergi, livre le portrait sans concession d’une société athénienne en plein bouleversement. Une création politique.

* Serge Aimé Coulibaly / Maison de la Danse 10-11 mars.
Avec Kalakuta Républic, Serge Aimé Coulibaly livre une pièce engagée qui va réveiller nos coeurs et nos consciences. Danse sensuelle et virtuose. Chants afrobeat, synthèse entre le jazz, le punk et la musique traditionnelle nigériane. Une pièce haute en couleur ! Hommage à Fela Kulty. Première française. Photo Nuit Blanche a Ouagadougou choregraphie par Serge Aime Coulibaly a l’Institut Francais. Dakar, Senegal © Elise Fitte-Duval.
* Philip Connaughton / Asley Chen / Maison de la Danse 10-11 mars
Deux jeunes chorégraphes prometteurs proposent avec « Whack!! » une pièce détonnante et pleine d’humour, tendre et drôle. Inventive et risques physiques.
* Heddy Maalem / Maison de la Danse 14-15 mars
« Eloge du puissant royaume » Le Krump ( Kingdom Radically Uplifted Mightly Praise) est une danse américaine qui fascine par sa gestuelle primitive, à l’énergie brute et instinctive. Des mouvements compulsifs sobres et puissants. Une nouvelle alternative aux styles hip hop habituels.
* Dorothée Munyaneza. Maison de la Danse 18 mars
Avec « Samedi Détente » Dorothée Munyaneza nous transporte au Rwanda en 1994. Une évocation sensible de l’une des pages les plus sombres de génocide et de l’humanité. Un témoignage qui résonne avec force.
* Arkadi Zaides / Maison de la Danse 18 mars
Ancien danseur de la célèbre compagnie Batsheva, Arkadi Zaides explore avec « Etape de Travail  » la question du vivre ensemble avec le flux des migrants en Europe. Photo Arkadi Zaides © Jérôme Bouyou.

Rock the Ballet / Radiant 14-15 mars
Une superbe technique classique au service de leurs tubes favoris. Mélange de « bad boys » et de « pretty girls » en danse classique, jazz, hip-hop, taps, acrobaties et arts martiaux. Une performance scénique à l’énergie contagieuse.

Tao Dance Theater / Maison de la Danse 23-25 mars
La compagnie est internationalement reconnue. Le créateur chinois Tao Ye a fondé le Tao Dance Theater. Il vient pour la première fois à Lyon. Il explore un mouvement dégagé de toute forme de narration, d’inspiration asiatique minimaliste. Précision des mouvements. Travail sur une seule couleur : le blanc ! Son but recentrer l’attention sur l’essence de la sensation et de la perception.
Photo © Duan Ni.

Andrès Marin / Kader Attou, brillant duo flameco / hip hop./ Maison de la Danse 29 mars – 1er avril. « Yatra », est le nom de ce voyage qui nous emmène au Rajasthan avec la musique et les voix de l’Ensemble Divina, puis en Espagne avec la danse codifiée du flamenco d’Andrés Marin et en Europe avec le hip-hop inventif de Kader Attou. Un voyage enchanteur, les cinq musiciens rajpoutes sont superbes avec leurs turbans aux couleurs éclatantes. Ils nous font rêver d’ailleurs lointains… Andrés Marin est un fier danseur de flamenco. Il émane des deux danseurs de hip-hop un formidable impression de puissance et de virtuosité. Au final toutes ces danses et musiques se rejoignent dans un ballet superbe et inédit. Le public enchanté applaudit debout : standing ovation ! JPD. Photo © Peter Buitelaar.

Ballet du Grand Théâtre de Genève
Maison de la Danse 8-13 avril

Après son mémorable « Roméo et Juliette » aux somptueux costumes, la chorégraphe Joëlle Bouvier signe pour le Ballet du Grand Théâtre de Genève, un bouleversant « Tristan et Isolde ». « C’était un pari ambitieux de réduire l’opéra chanté de Wagner de 4h30 en un ballet dansé de 1h30. Le « Prélude » et la « Mort d’Amour » de Tristan & Isolde figurent parmi les meilleurs morceaux de la discothèque de l’amateur éclairé. La musique est superbe et les chants en allemand renforcent l’intensité dramatique. La robe pourpre, les costumes en demi teintes, les effets de voiles et de vent, les lumières sombres, et l’immense escalier à vis à double révolution (rare) créent une atmosphère étrange de nuit et de drame permanent. La pureté et l’esthétique des portés de Geoffrey Van Dyke (Tristan) et de Madeline Wong (Isolde) est unique. Leur duo d’amour à la corde est romantique à souhait. Les mouvements d’ensemble des 20 danseurs avec des bâtons et des planches sont créatifs et ingénieux. Le romantisme de Wagner est sublimé par ce ballet qui fera date. Un grand moment de danse… Pari gagné ! » JPD

Ballet de l’Opéra de Lyon / Jiri Kylian / Johan Inger / Toboggan Décines 10-14 avril
Deux entrées viennent enrichir le répertoire du Ballet de l’Opéra de Lyon. Jiri Kylian : « Sleepless », rêve éveillé, conçue pour les danseurs du Nederlands Dans Theater dont le chorégraphe est aussi le directeur. Six danseurs. Jeux de lumière, ludique et mystérieux sur une musique inspirée de Mozart. Johan Inger :  » I New Then « , une gestuelle heurtée et fluide sur la musique de Van Morrison. Pièce pour 9 danseurs. Photo le petit studio c DR.


Mai, Juin, Juillet

Crystal Pite / Génial danse-théâtre ! / Maison de la Danse 10-11 mai
Compagnie Electric Company Theatre et Kidd Pivot, producteur. La chorégraphe canadienne, crée pour les plus grandes compagnies du monde. « Betroffenheit », la pièce de ce soir, est conçue par Jonathon Young. Son fil rouge : un accident, la perte d’un être cher, un homme, son deuil, sa dépendance et sa guérison finale. L’homme est enfermé dans « la Chambre ». Son mentor est là. Il le « coache » en anglais, sur titré en français. Il doit oublier, survivre. Il répond. « Oh my God » revient comme un leitmotiv. Une bande son donne une ambiance électrique de fin du monde. L’homme, sa dépendance, ses états d’âme sont colorés. Danse, salsa, claquettes et même un moment rare de marionnette. Avec des clins d’oeil au cinéma muet, à Chaplin, à Josephine Baker, à Gene Kelly ou aux comédies américaines. Survient la guérison : danse contemporaine. Les danseurs sont extraordinaires de souplesse et d’inventivité. Virtuoses, ils réalisent de superbes mouvements de groupe comme filmés au ralenti. Bref, tout un monde onirique et fantasmagorique imaginaire mais si criant de vérité ! » JPD. Photo © Michael Slobodian.

Sidi Larbi Cherkaoui / Maison de la Danse 16-19 mai
« Fractus V » est un véritable travail d’orfèvre du mouvement qui nous parle de fraternité au sein d’une société multiculturelle. L’art du mélange, de la liberté de pensée avec 5 danseurs contemporains peu ordinaires (américain, espagnol, allemand, français) et 4 musiciens (japonais, coréen, indien,). Ils ont fait un triomphe à Paris.

Jeune Ballet du CNSMD / Maison de la Danse 23-24 mai
Ils sont en quatrième du conservatoire et dernière année du cursus. Ils vont s’épanouir à l’apprentissage de la scène et de la rencontre avec le public. Ils proposent des chorégraphies de Thierry Malandain « Mozart à 2 « , et des créations 2017 de Harris Gkekas, Pierre Pontvianne et Abou Lagraa. Il faut aller les encourager.

Ballet de l’Opéra de Lyon / Jiri Kylian / Opéra de Lyon 26-31 mai / 1er juin 
Fluidité, perfection, musique prenante
Un long ballet en trois actes d’environ 25 minutes chacun, du chorégraphe Jiri Kylian entré au répertoire du ballet de l’Opéra de Lyon en 2008.  » Ce magnifique ballet est une ode à l’individualité des danseurs. Le premier, dans un décor d’icebergs, met en avant la perfection de la techniques danseurs. Un peu austère. Dans le second, les danseurs bondissent jaillissent, à un, à deux, à trois, à quatre, sous un grand carré blanc et un cône suspendu, aux reflets changeants. Gai et tonique. Dans le troisième, les danseurs évoluent devant et derrière des rideaux aux ors mouvants. Ambiance romantique et nostalgique. Les solos, duos et trios sont magnifiquement réglés. Les superbes décors et les jeux d’ombres et de lumières créent une atmosphère étrange. La composition musicale de Brett Dean, mix de musique baroque, de chants tibétains et de diverses musiques ethniques, est prenante, en parfaite connexion avec la danse. Matthew Barley, sur scène, rajoute, des notes incroyables avec son violoncelle. Dans ce ballet, tout est absolument impeccable, tout semble couler de source, alors que tout est si difficile à réaliser ! Le Ballet de l’Opéra de Lyon est vraiment excellent ! » JPD. Photo © Jean-Pierre Maurin.

Ballet Junior de Genève / Maison de la Danse 31 mai – 3 juin
Le Ballet Junior de Genève séduira toutes les générations et surtout le jeune public à qui ce spectacle est dédié. Une proposition joyeuse et fantasque. « Girls and Boys » Tendresse des amours enfantines avec 18 danseurs. « Rooster », qui avait enchanté le public de la Mdld en 2012, est une frénésie rythmique tour à tour drôle et onirique avec 12 danseurs. Deux pièces foisonnantes pour ce double programme promesse d’avenir.


Les Nuits de Fourvière 1er Juin – 29 juillet

Cirque / Danse / Musique / Théâtre / Chansons 

60 représentations / 130000 spectateurs attendus dans le Grand Théâtre (4400 places) et l’Odéon (1200 places), plus la Guinguette et le Domaine de Lacroix-Laval.

Un projet  artistique singulier. Une programmation variée
Nous aurons successivement de la pop, du rock, du théâtre, de l’opéra, de la chanson française, du théâtre jeunesse, du cirque, de la danse, de la création, du cinéma en plein air, des nuits reggae, tango, italiennes, blues et irlandaises, des soirées chansons françaises et italiennes. Comme on le voit, un projet artistique singulier avec une programmation variée, ouverte, moderne et désormais de renommée internationale.Photo L’Odéon de Fourvière © JPD.

Des productions et co-productions internationales
Les Nuits de Fourvière produisent ou co-produisent des créations de dimension internationale, en partenariat avec des institutions et festivals comme le Barbican Centre et le Sadler’s Wells à Londres, le Théâtre de la Ville à Paris, le Théâtre des Bouffes du Nord, le Lincoln Center Festival à New York, le festival d’Athènes, le festival El Grec à Barcelone, les Théâtres de la Ville de Luxembourg, le Théâtre de la Place à Liège… Sous l’appellation NUITS, une partie de la programmation du festival se consacre à des artistes du monde entier : Bénin (Nuit au Bénin), Espagne (Nuit du Flamenco), Bali, Argentine (Nuit Tango), Pékin (Opéra de Pékin)… La Basilique de Fourvière, au soleil couchant, vue depuis les Nuits de Fourvière © JPD

 

Stefano Bollani / Richard Galliano, virtuose soirée italienne
Stefano Bollani est un pianiste de jazz italien, aux multiples talents. Il a joué avec les plus grands musiciens de jazz actuels, Michel Portal, Paolo Fresu, Pat Metheny, etc… Mais pour cette soirée italienne il interprète brillamment des mélodies populaires, comme Chico Chico, il improvise des variations virtuoses et ludiques sur la Lettre à Elise de Beethoven ou La Marche Turque de Mozart. Il chante aussi. Son accent italien coloré est inimitable. Il plaisante et improvise un pot pourri avec le public. Bref il réalise un numéro de piano solo de haute voltige.
Richard Galliano est accordéoniste de jazz français. Mais il joue aussi du blues, du jazz-musette, du tango ou du Mozart. Il a enregistré d’innombrables CD. Il est influencé par Astor Piazzola, Nino Rota.
Ce soir Richard Galliano et son quintett jouent Nino Rota, autour des musiques de films de La Strada, Amarcord, Le Parrain, Le Guépard,…Qu’ils ont repris à leur compte et qu’ils restituent avec brio. Ils jouent des airs simples, mais puissants. Remarqué un brillant duo contrebasse accordéon et un superbe solo de trompette. Richard Galliano et son quinte savent mieux que quiconque retransmettre l’émotion des films avec une touche de modernité en plus. Une soirée au charme incontestable. L’Odéon est archi comble et le public debout salue les artistes. Il faut aussi souligner que ce soir , comme les autres soirs, le son est excellent, grâce au talent des opérateurs et un matériel acoustique haut de gamme. JPD. Photo Richard Galliano joue Nino Rota © Jean-Baptiste Millot.

 

Michel Camilo & Tomatito. Rosenberg Family :
un feu d’artifice de musiques latino et manouche !
A travers la scène ouverte des deux côtés, le spectateur est le témoin d’un magnifique crépuscule. Les derniers rayons du soleil illuminent encore les façades des immeubles. A l’arrière plan, les collines de l’Est et les Alpes se fondent en une belle teinte violine.
Michel Camilo, au piano et Tomatito à la guitare flamenca, nous font un festival de musiques latino avec des morceaux évocateurs, Liber Tango, Spanish Song, ou encore Agua e Vino. On sent immédiatement qu’ils ont l’habitude de jouer ensemble. Du rythme virtuose au piano au romantisme profond à la guitare, le public est sous le charme. Standing ovation.
La nuit tombe, les lumières du périphérique, trouent l’obscurité en un arc blanc vif, bien visible. Les fenêtres scintillent.
La Rosenberg Family : des frères et des cousins. Stochelo Rosenberg, guitare, c’est le chef. Johnny Rosenberg, le « gypsy crooner », chante très bien en anglais, un peu à la manière de Franck Sinatra. Nonnie Rosenberg, contrebasse. Nous’che Rosenberg, guitare rythmique. Moses Rosenberg, guitare. La Rosenberg Family, c’est avant tout du rythme et du tonus. Leurs thèmes favoris : Django Rheinhart et les standards de jazz comme So What, Cry me a River I got Rythym. Et pour clore la soirée avec éclat, un Minor Swing très enlevé, tandis qu’une demi douzaine de feux d’artifice (du 14 juillet), jettent leurs éclats au loin dans la nuit. Moments rares où le décor et la musique sont en parfaite symbiose ! JPD. Photo Rosenberg Family © DR.

 

Goran Bregovic, l’Orchestre national de Lyon et l’Orchestre des Mariages et Enterrements :
L
a musique pour nous apprendre à vivre ensemble !
Les 65 musiciens de l’Orchestre national de Lyon, ont troqué leurs habits pour des chemises noires.
Sous la direction d’Ognjan Radivojevic. Les cuivres de l’Orchestre des Mariages et Enterrements de Goran Bregovic, sont en habits traditionnels des balkans : chemises blanches, gilets et bottes brodés. Deux chanteuses sont en tenues folkloriques colorées. Ils sont sous la direction de Goran Bregovic. Plus trois violonistes solistes d’origines juives, arabe et serbe.
Les lettres de Sarajevo, sont trois harmonieux pot-pourris de musiques tziganes, de chants polyphoniques, de musiques classiques et orientales.
La première lettre, Gershon Leizerson, au violon, la kippa sur la tête, nous joue des mélodies klezmer, tantôt mélancoliques, tantôt vibrantes. La seconde lettre, avec au violon Zied Zouari, évoque les mélodies colorées d’Orient. La troisième lettre, Mirjana Neskovic, au violon est tour à tour romantique ou tourbillonnante. Et quand, dans un dernier morceau, ils se mettent à jouer tour les trois ensemble c’est un extraordinaire festival de musiques de fêtes gaies et enjouées. Et aussi un beau message de Goran Bregovic « La musique pour nous apprendre à vivre ensemble ». Bien dans l’esprit des Nuits de Fourvière. Le grand théâtre antique était archi complet avec 3250 personnes, le maximum autorisé. Un concert où l’on découvre, si besoin était, que les musiciens de l’ONL, sont très polyvalents et qu’ils savent s’adapter à toutes les musiques. Standing ovation pour clore cette belle soirée d’été ! JPD.Photo Goran Bregovic  DR.

Un programme international et pluridisciplinaire, encore plus riche et plus cohérent

* Pop, Musiques du monde 1-3 juin / LAMOMALI / L’AVENTURE MALIENNE DE -M-
* Rock / 5 juin / ARCADE FIRE / BARBAGALLO
* Création 7 – 11 juin / JUSQUE DANS VOS BRAS / LES CHIENS DE NAVARRE
* Théâtre 9 – 10 juin / DÉMONS / UNE MAISON DE POUPÉE / LORRAINE DE SAGAZAN
* Opéra 13 – 15 juin / DON GIOVANNI / ORCHESTRA DI PIAZZA VITTORIO
* Chanson française 16 juin / JULIEN DORÉ / TIM DUP
* Théâtre jeunesse, Musique 17 juin / LES CONTES DU PIANO-CAMÉRA / JÉRÔME MARGOTTON
* Théâtre 17 – 18 juin / LE SCHPOUNTZ / COMP. MARIUS
* Cirque, danse 17 – 18 juin/ PLAN B / AURÉLIEN BORY
* Rock, Chanson française 19 juin / BENJAMIN BIOLAY / LA FEMME

* Jazz, Chanson italienne 20 juin / PAOLO CONTE. Paolo Conte © Daniela Zedda.
* Théâtre 22 – 24 juin / L’HOMME QUI VALAIT 35 MILLIARDS / COLLECTIF MENSUEL
* Cirque 22 – 23 juin / MACHINE DE CIRQUE
* Théâtre 24 – 25 juin / BLED RUNNER / FELLAG
* Théâtre 26 juin – 7 juillet / L’ESPACE FURIEUX / VALÈRE NOVARINA / AURÉLIEN BORY
* Création 27 juin / CHANTS DES MARINS KABYLES / FELLAG / CHEIKH SIDI BEMOL
* Rock 28 juin / FOALS / PUMAROSA
* Pop 29 juin / BENJAMIN CLEMENTINE
* Cirque 30 juin – 5 août / CIRQUE PLUME
* Création 30 juin / FELLAG / ANDRÉ MINVIELLE / JACQUES BONNAFFÉ
* Cirque et guinguette 01 – 23 juillet / AU DOMAINE DE LACROIX-LAVAL
* Cirque, Musique1° – 2 juillet / WEEK-END D’OUVERTURE / DOMAINE DE LACROIX-LAVAL
* Cirque 01 – 23 juillet / LES ATELIERS
* Danse, Musique1er juillet / TI’BAL TRIBAL, LE BAL DE TOUS LES ACCENTS / ANDRÉ MINVIELLE

* Cirque1er – 23 juillet / A SIMPLE SPACE. Simple Space © Steve Ullathorne.
* Cirque1er – 23 juillet / L’HOMME CIRQUE
* Projection plein air1er au 22 juillet / CINÉMA SOUS LES ÉTOILES À LA GRANGE DU DOMAINE
* Musique 2 juillet / L’ABCD’ERRE DE LA VOLCACHIMIE / ANDRÉ MINVIELLE

 

* Danse, Musique 3 au 20 juillet / BALS* Théâtre 3 juillet / JULIETTE ET JUSTINE / ISABELLE HUPPERT. Isabelle Huppert © Peter Lindbergh,
* Danse, Musique 04 – 23 juillet / APÉRITIFS MUSICAUX
* Rock 4 juillet / ALT-J
* Création5 juillet / TITI ROBIN / REBEL DIWANA

* Musiques du monde6 juillet / GORAN BREGOVIC / ONL. Goran Bregovic © DR.
* Théâtre 7 – 29 juilletLES / TRAGÉDIES DE JUILLET / GWENAËL MORIN
* Chanson, Instrumental 7 juillet / YANN TIERSEN SOLO / FRÀNÇOIS AND THE ATLAS MOUNTAINS
* Cirque 08 – 09 juillet / SANTA MADERA
* Chanson française 9 juillet / LADY SIR / GAETAN ROUSSEL, RACHIDA BRAKNI
* Rock10 juillet / ROYAL BLOOD / THE LIMIÑANAS
* Humour 11 – 12 juillet / LAURENT GERRA

* Musiques du monde13 juillet /
MICHEL CAMILO & TOMATITO. Michel Camillo, Tomatito, Rosenberg Family © DR.

 

* Nuit Reggae et Calypso 14 juillet / CALYPSO ROSE / INNA DE YARD / BRAIN DAMAGE. Nuit Reggae © Kidduci Cedric Mython Baghir.
* Nuit Tango 16 juillet / DANIEL MELINGO / ESTEBAN MORENO, CLAUDIA CODEGA / GUSTAVO BEYTELMANN
* Pop 17 juillet / BRIAN WILSON CÉLÈBRE PET SOUNDS : BEACH BOYS
* Nuit italienne / Jazz 18 juillet / RICHARD GALVANO / STEFANO BOLLANI
* Nuit Blues 19 juillet / THE COMO MAMAS / LEYLA MCCALLA TRIO / MUSIC MAKER BLUES REVUE
* Chanson française 20 juillet / CAMILLE
* Soul, Pop 21 juillet / IMANY / CÉU
* Nuit Soul 22 juillet / LEE FIELDS / MICHAEL KIWANUKA / VALERIE JUNE
* Chanson italienne 23 juillet / VINICIO CAPOSSELA / MUSICA NUDA
* Chanson française 24 juillet / VIANNEY / TÉTÉ

* Jazz, chanson 25 juillet / NORAH JONES /
RENAUD GARCIA-FONS. Norah Jones © DR.

 * Pink Martini © China Thomas
* Jazz, Chanson 26 juillet / PINK MARTINI / CYRIL MOKAIESH
* Rock, chanson française 27 – 28 juillet / LES INSUS
* Nuit Irlandaise 29 juillet / ECLAT FINAL


Liens

* Maison de la Danse –  Tél. 0472781818 – www.maisondeladanse.com

* Opéra de Lyon – www.opera-lyon.com

* Toboggan Décines – www.letoboggan.com

* Le Radiant-Bellevue Caluire – www.radiant-bellevue.fr

* Conservatoire CNSMD – www.cnsmd-lyon

* Halle Tony Garnier – www.halle-tony-garnier.com

* Amphi 3000 – Cité Internationale – www.ccc-lyon.com

* numeridanse.tv – www.numeridanse.tv

* Nuits de Fourvière – www.nuitsdefourviere.fr

La vidéothèque internationale de la Maison de la Danse est en ligne. A consulter gratuitement sur place,  les écrans de la Maison de la Danse. Ou en ligne Pour comprendre la danse avec des parcours thématiques pour petits et grands. Un outil idéal pour les pédagogues. La relecture des oeuvres / Danse et musique / L’espace scénique / Love dance. http://www.maisondeladanse.com/ressources-video/numeridanse