Site d'informations culturelles indépendant - 2008-2018 - 10° année !

MUSÉES  Escapades

N° 30 Automne-Hiver 18/19 – 10ème Année !

 Expositions toujours en cours… Derniers jours
Retour vers la page Sommaire

Evian, Lausanne, Genève
Trois villes, trois expositions… Derniers jours

Evian
Picasso. L’Atelier du Minotaure.
Ou les mille et uns visage d’un mythe.
Palais Lumière Evian jusqu’au 7 octobre.

Le Minotaure est le fil d’Ariane d’une originale exposition centrée sur l’émergence et les résurgences du thème du Minotaure. L’exposition réunit, une centaine d’oeuvres autour du Minotaure, citons : Matisse, Joan Miro, Gustave Moreau, Auguste Rodin, Ernest Pignon-Ernest, Giorgio de Chirico, Picabia, Marc Saint-Saens, Osip Zadkine et bien entendu Picasso, qui en fait une approche originale avec la tauromachie. En effet le Minotaure occupe une place centrale dans la production de Picasso pendant l’Entre-deux-guerres. Selon Gustave Moreau et Auguste Rodin, « L’ardeur amoureuse plus qu’anthropophage (du Minotaure) n’a sans doute pas manqué de marquer l’esprit du jeune Picasso » Au départ il y a un mythe antique, une légende crétoise. « Zeus saisi d’amour pour Europe, prit la forme d’un aimable taureau… Il l’emporta sur son dos en Crête à travers la mer… Après bien des péripéties Pasiphae s’accoupla avec Dédale et enfanta d’Astérios, appelé le Minotaure, qui avait la face d’un taureau et un corps d’homme… Le roi Minos le fit enfermer et garder dans le labyrinthe ». Un intéressant film, visible dans une salle du palais, raconte tout la légende. Une bonne façon de réviser ses cours d’histoire de l’Antiquité ! Les grands jalons du développement littéraire du mythe à l’époque moderne, sont évoqués par une chronologie illustrée. Les claires et harmonieuses petites salles du Palais Lumière, se prêtent parfaitement au parcours de cette exposition très réussie. Exposition réalisée avec le soutien exceptionnel du Musée national Picasso-Paris.
Un très beau catalogue, largement illustré « Picasso l’atelier du Minotaure », sous la direction d’Olivier Le Bihan, commissaire de l’exposition, recense tout ce qui a été créé autour du Minotaure. Edition Somogy Editions d’Art.
Le Palais Lumière réouvert en l’été 2006, est un fleuron du patrimoine d’Evian. La façade principale, le somptueux hall d’entrée, le vestibule et les décors, sont d’ailleurs inscrits à l’inventaire des Monuments historiques. Il était autrefois un lieu de mondanités.
A voir dans la foulée, l’exposition « Evian mondain, l’âge d’or du thermalisme » à la Maison Gribaldi, juste de l’autre côté de la rue en sortant par la porte de derrière. Visible jusqu’au 4 novembre 2018. Entrée gratuite avec le billet du Palais Lumière. Petite, mais intéressante exposition sur la vie mondaine d’autrefois. Quelques 200 objets et documents d’époque et surtout une belle collection d’affiches anciennes, rarement vues. sont présentés. Tout à côté un ancien funiculaire brinquebalant, mais rénové et gratuit conduit sur les hauteurs d’Evian, jusqu’aux palaces Royal Evian et Hermitage. Vues splendides sur le lac et les hauteurs de Lausanne de l’autre côté du lac. Photos JPD.
Palais Lumière. www.palaislumiere.fr. Maison Gribaldi e.mail : courrier@ville-evian.fr / www.ville-evian.fr

Evian-Lausanne en une demi-heure avec les bateaux de la CGN

La CGN, basée à Lausanne assure des liaisons régulières rapides depuis Thonon et Evian vers Lausanne. De nombreux frontaliers français travaillant à Lausanne les utilisent quotidiennement. A l’arrière plan on remarque la barque traditionnelle « La Savoie », servant au transport des marchandises sur le lac, basée à Evian. En arrivant, de l’autre côté du lac, au port d’Ouchy-Lausanne, le voyageur peut voir l’autre barque « La Vaudoise ». Construite en 1932. Les transports de matériaux cessants, cette dernière fût classée monument historique en 1979. Ces deux barques pontées mesuraient environ 22 mètres, pour une masse de 30 tonnes et avec des voiles latines de 140 m2. Elles pouvaient transporter jusqu’à 200 tonnes de pierres ! Photos à gauche là Evian, la « Savoie », à droite à Lausanne-Ouchy, la « Vaudoise » © JPD. 

Lausanne
Manguin. La volupté de la couleur.
Fondation de l’Hermitage jusqu’au 28 octobre

Si Manguin, n’est pas le plus connu des peintres français, mais il est sans doute l’un de ceux qui font le plus rêver par les lieux évoqués. Ses nus sont splendides. Et ses natures mortes, montrent son attrait immodéré pour les beaux objets. Il fût l’un des principaux acteurs du fauvisme avec Derain, Marquet, Braque. Mais il est peut-être un peu trop négligé aujourd’hui. Et pourtant l’intensité des tons, la puissance des contrastes, la force évocatrice des paysages sont uniques. Ses décors sont lumineux et apaisants. Au retour de vacances il nous fait repartir avec bonheur en Méditerranée, Saint-Tropez, Cassis, et en Suisse. Le parcours est chronologique, de ses débuts au fauvisme et au delà. Au sous sol, le visiteur trouvera en résonance avec le travail de Manguin, des oeuvres de la collection de la Fondation de l’Hermitage : Vallotton, S. Valadon, Marquet. « Ce pays on ne peut plus pictural », comme le note un peintre à propos de la Suisse.
Le catalogue « Manguin. La volupté de la couleur », réalisé sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon, raconte, photos à l’appui, la vie de Manguin et reproduit avec bonheur, toutes les oeuvres exposées. Edition Gallimard / Fondation de l’Hermitage.
Le parc de la fondation est très fleuri, il domine la cathédrale, la ville, le lac et au loin, la rive française et les montagnes du Chablais. Par un chemin, à moitié caché, on quitte le parc et redescend, à pied, jusqu’à la cathédrale. Puis par une succession d’escaliers anciens couverts et de petites placettes charmantes, on débouche sur la place piétonne de la Palud et la statue polychrome de la Justice. La rue de Bourg, avec ses boutiques de luxe est fort animée et le quartier du Rôtillon, aux ruelles étroites, est plein de charme. En contrebas du Grand Pont, le quartier de Flon avec ses anciens entrepôts rénovés est une réussite architecturale, où il fait bon flâner parmi les restaurants, bars, boutiques et espaces d’art contemporain. Photo Henri Manguin. L’amandier en fleurs, 1907, huile sur toile, 65 x 81 cm, collection privée, Suisse © Jacques et Gaël Bétant, Lausanne © 2018, ProLitteris, Zurich . Henri Manguin Saint-Tropez, le coucher de soleil, 1904 collection privée photo © Fabrice Lepeltier © 2018, ProLitteris, Zurich.
Prochaine exposition à la Fondation de l’Hermitage. La Peinture Anglaise.1830-1900 de Turner à Whistler. Une sélection de près de 80 oeuvres provenant de la plupart des plus grands musées anglais. Richesse et originalité fascinante de l’art anglais à l’ère victorienne, au XIX° siècle. Du 1er février au 2 juin 2019. Photo de la Fondation de l’Hermitage © JPD.
Fondation de l’Hermitage. www.fondation-hermitage.ch

 

 

Genève
Afrique. Les religions de l’extase. MEG, jusqu’au 6 janvier 2019.
Une initiation, haute en couleurs, à la richesse des pratiques religieuses africaines contemporaines

  Vue d’Europe, l’Afrique est la terre de bien des fantasmes culturels. Un thème délicat et peu exploré à ce jour : l’universalisme et le pluralisme religieux. Le Musée d’ethnographie de Genève a intelligemment traduit ce discours en espaces. Il propose une exposition originale et richement illustrée de photographies contemporaines, d’interviews filmées, de sons ou contenus interactifs, d’objets, de masques ethnographiques et de textes. Cette grande variété de médiums, donne une matérialité au sujet abstrait qu’est la religion et à la notion diffuse (avant la visite) qu’est l’extase religieuse, propre à l’Afrique. Quelques 325 objets sont exposés, 5 installations vidéos, (dont une impressionnante, celle de l’égorgement des chèvres pour la fête de l’Aït), et 29 portraits vidéo de guérisseurs, de devins de danseurs de masques, de membres de diverses églises chrétiennes et de pratiquants du vaudou. Le parcours est le suivant. Le christianisme, le judaïsme et l’islam s’implantent très tôt en Afrique, avec de nombreuses variantes. La divination, la mort et les ancêtres. Faire corps avec les esprits : la transe de possession. Et enfin l’enchevêtrement des forces des univers magico-religieux. Les cycles initiatiques et les masques associés (dont un effrayant masque antisorcier) , la sorcellerie, les esprits… En guide d’épilogue de ce parcours sérieux, mais haut en couleurs, l’émotion religieuse exprimée dans ces salles, a fait évoluer le regard du visiteur. Il aura peut-être moins de préjugés cultuels, moins de sentiments hostiles à leur égard. Il est important de comprendre ces pratiques. Et c’est là où cette exposition prend tout son intérêt.
Archives de la diversité humaine. L’exposition permanente de référence du musée, propose parmi les innombrables pièces de ses collections, une sélection de plus d’un milliers d’objets remarquables. Ce sont des objets de référence, des objets historiques, des objets d’art, des objets guerriers ou utilitaires, des objets insolites. Ce sont des trésors cachés issus des cinq continents, magistralement mis en lumière par une brillante scénographie. Le bâtiment inauguré en 2014 est superbe. La façade inclinée, revêtue de losanges métalliques, les salles souterraines, le jardin, le café du Meg : le lieu mérite bien plus qu’un simple détour. Photos Exhibition “Africa.
The Ecstatic Religions” Scenography: © Franck Houndégla, Sophie Schenck and Patrick Roger Part I: Monotheisms in Africa Photo: © MEG, J. Fuchs 
. – Veiled Woman on a Beachfront 
by Theo Eshetu (1958-)
Video installation, 16 min 27 sec Kenya, Lamu
On loan from Theo Eshetu and the Axis Gallery, New York . Ibeji, pair of twins Nigeria, Oyo 
Yoruba. 20th century
Wood
Wood, plant bres, beads Gift of G. E. Bucher in 1964.
MEG Genève. Bd Carl Vogt 65. Quartier des Bains, non loin de Plainpalais. www.meg-geneve.ch

Mamco. Quatre expositions à venir. « Pattern Décoration & Crime » du 10 octobre au 2 février 19. « Mai-Tho Perret » du 10 octobre au 3 février 19. « René Daniëls. Fragments of an Unfinished Novel » du 27 février au 5 mai 19. « Marcia Hafif. Inventaire » du 27 février au 5 mai 19.
A deux pas du MEG, le BAC, Bâtiment d’art contemporain, regroupe le Mamco, le CAC (Centre d’art contemporain), le Centre de la photographie et la médiathèque du Fonds d’art contemporain de Genève. C’est l’ancien site industriel de la Société genevoise d’instruments de physique. L’ensemble, un peu désuet, mais accueillant et plein de charme, tranche avec la modernité du MEG voisin.
MAMCO. Musée d’Art Contemporain, 10, rue des Vieux Grenadiers 1205 Genève. www.mamco.ch

Autres expositions en cours… derniers jours. Voir ici notre numéro précédent.


Infos & Liens

Genève, ville de culture www.ville-geneve.ch/musees
Genève Tourisme. www.geneve-tourisme.ch


Retrouvez nos précédents sujets sur Genève et Lausanne. 
– N°25 – Eté 2016 www.lyon-newsletter.com/16-05/ Les expositions de l’été :Genève, Lausanne, Martigny, Lens.
– N°23 – Automne 2015 www.lyon-newsletter.com/15-09/index.  Escapades dans les musées à Martigny, Grenoble et Saint-Etienne. 
– N°22 – Eté 2015 www.lyon-newsletter.com/15-05/index.


Retour vers la page Sommaire