Site d'informations culturelles indépendant. Créé en 2008.

VOYAGES

N°29 Printemps-Eté 2018
Retour vers la page Sommaire/Accueil

Magiques lacs italiens

Escapade hors saison sur les lacs les plus proches de Lyon
Lago d’Orta, lago Maggiore, lago di Como

Lago d’Orta, l’île San Giulio depuis le haut du Sacro Monte di Orta © JPD

Savoyards de coeur, nous nous étions imaginés qu’il ne pouvait y avoir rien de plus beau que le lac d’Annecy. Après un week-end prolongé passé sur les lacs d’Orta, Maggiore et di Como, il faut reconnaître que ces lacs, aussi sont magiques ! Départ par la Suisse. Nous arrivons au col du Simplon. Décor grandiose de hautes montagnes. Le soleil brille, nous marchons quelques pas sur les dernières neiges encore présentent. Le Fletschorn 3912m, barre l’horizon. Nuit à l’Hospice du Simplon, géré par les chanoines réguliers du Grand Saint Bernard. Chambre typique, table d’hôte conviviale et accueil chaleureux.

Un ensemble lac et montagnes majestueux

De l’autre côté du col, c’est Domodossola et l’Italie. Les lacs : sur la carte leur géographie est compliquée à décoder. Encore plus, une fois arrivé sur place ! Ils sont étroits, allongés, sinueux, enchâssés entre de hautes montagnes. Mais, ces montagnes font barrage aux vents frais venus des glaciers, si bien qu’ils bénéficient d’un climat méditerranéen, exceptionnel. Du coup une végétation exubérante et variée persiste toute l’année. Les villages et leurs petits ports ont conservé leur charme d’autrefois. Des magnifiques palais et de somptueuses villas entourées de jardins extraordinaires bordés de cyprès ténébreux, ajoutent une touche raffinée ! On nous avait prévenu que faire le tour des lacs pouvait être fastidieux, à cause de l’étroitesse des routes et de la densité de la circulation. Mai, c’est déjà la haute saison ! Nous irons donc à l’essentiel, quitte à passer outre, quelques lieux connus. Arrivés sur place, nous laisserons la voiture au garage, et, comme au XIX°s, nous nous déplacerons en bateau et sur les lacs uniquement.


Lago di Orta, un vrai bijou de lac !

Nous longeons le petit lac de Mergozzo, puis voici Orta San Giulio. Le bourg est classé, à juste titre, parmi les plus charmants d’Italie. Des ruelles étroites débouchent directement sur le lac, moyen d’apercevoir les terrasses ornées de balcons en fer forgé et de colonnades, des belles demeures. L’ancien palais communal de 1582, Il Palazzotto, est bizarrement juché sur des piliers au milieu de la place centrale. L’isola di San Giulio, est juste en face à cinq minutes en bateau. Elle est toute petite. La basilique San Giulio est très ancienne IV° s. avec des fresques du XIV° s. Un ancien palais épiscopal, des riches demeures, des ruelles calmes, l’île a un côté mystique. Dommage que des guides promènent de sites culturels, en restaurants, et au galop, des groupes de touristes bedonnants et débraillés ! Prenons de l’altitude. Nous montons, à pied, au parc du Sacro Monte di Orta. C’est une sorte de chemin de croix, ombragé et calme, avec vingt et une chapelles néo-gothiques, ornées de colonnes, qui retracent la vie Saint François d’Assise. A l’intérieur de chacune d’entre elles, des personnages en terre cuite peinte, grandeur nature, racontent des épisodes de la vie du saint. Les compositions, qui vont de trois jusqu’à une cinquantaine de personnages, par chapelle, sont si saisissantes de vérité, que l’on croirait contempler des tableaux de la Renaissance italienne ! Ils reflètent la foi absolue de l’époque. Le site est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. De là-haut, la vue splendide sur l’île de San Giulio et les montagnes alentour, est la récompense du marcheur. Nous avons de la chance, le soir, les touristes sont repartis. Nous prenons un Spritz sur la terrasse flottante du San Rocco. Puis nous nous retrouvons, une poignée de visiteurs et d’habitants, à flâner sur le port et à admirer l’île s’illuminer dans la nuit. Le lago d’Orta est un vrai bijou de lac. Photo. Le lago d’Orta ainspiré de nombreux artistes, come en témoigne cette scuplture sur une terrasse © JPD.

Isola Madre, les célèbres paons font la roue pour les visiteurs. © JPD.

Grandioses Lago Maggiore et Isole Borromeo

La plupart des touristes séjourne à Stresa, nous avons choisi Arona, charmante station, sans prétention, mais à l’ambiance décontractée. Nous sommes sur la rive piémontaise. Les bateaux et ferries font la navette avec la petite ville d’Angera, en face sur la rive lombarde du lac. Nous traversons et montons au Rocca Borromeo di Angera, château fort médiéval, haute sentinelle, il défendait l’entrée Sud sauvage du lac. Un petit musée, présente une rare collection de poupées et marionnettes de princes et princesses, parfaitement mises en situation. Un petit jardin médiéval avec de belles roses anciennes, ajoute une touche d’authenticité au fort. Retour à Angera, meilleur moment : boire un verre au coucher de soleil avec les gens du pays, sur la Piazza del Populi, face au lac, au bar le Retro, en dégustant des antipastis. Les sommets se couronnent d’une brume violine du plus bel effet. Le jour suivant. Grand soleil. La matinée est chargée d’heureux présages. Nous prenons le premier bateau afin d’arriver avant la foule des touristes. Une belle italienne nous délivre nos billets avec un sourire de cinéma ! Le bateau met le cap au Nord, direction les Isole Borromeo. Sur le pont, l’air est frais et vivifiant, les escales défilent. Isola Madre, les hautes pièces du palais Borromée sont meublées avec raffinement. On retrouve ici la suite du musée des poupées du château d’Angera, avec un petit théâtre de marionnettes dont l’agencement a été réalisé par le décorateur de la Scala de Milan ! Le jardin botanique recèle des essences exotiques rares venues du monde entier. Nous cheminons sur des sentiers bordés de rhododendrons, d’azalées et de camélias, de roses. Des jardiniers taillent et arrosent. Un faisan doré surgit d’un sous bois. A notre passage deux paons blancs font la roue, en jacassant de leurs cris rauques. Somptueux et rarissime !

L’isola dei pescadore, superbe vue du lac, un peu gâchée à l’intérieur © JPD

Isola dei Pescatore, superbe, mais un peu gâchée

Magnifique, vue de loin, depuis le bateau, l’Isola dei Pescatori représente pour nous un summum de kitsch. Il est midi. Les boutiques de souvenirs, les pizzérias et restaurants se succèdent. A peine si on devine les maisons colorées et les ruelles étroites, qui seraient pleines de charme, sans les pancartes des restaurants, et les touristes déjà arrivés en masse.

Lago Maggiore, le fabuleux jardin d’Isola Bella.

Le luxe extravagant di Isola Bella

Le Palais Borromée, de style baroque lombard, est intéressant par son apparat, ses salons, sa salle de musique. Le salon-galerie Berthier, général de Napoléon, pendant la première campagne d’Italie, présente un record de 134 tableaux accrochés sur les murs, collés les uns aux autres et jusqu’au plafond ! Grandiloquent ! Les jardins magnifiques sont plantés d’essences innombrables. Nous parcourons des terrasses avec des statues, des fontaines, des bassins, et arrivons tout en haut à un incroyable monument en forme de coquille orné de dizaines de statues et d’ornements. Vu du lac l’ensemble évoque la proue d’un navire. Tout est magnifique et surchargé ! On serait tenté de dire trop ! Mais, à la réflexion, l’art le plus parfait n’a pas toujours été obligatoirement simple. Je n’irai pas jusqu’à affirmer comme Stendhal qu’ « On arrive à la petitesse, dans les arts par l’abondance des détails et le soin qu’on leur donne ». La profusion des statues et détails décoratifs avait son utilité à l’époque, il fallait impressionner les visiteurs de marque. On recevait ici, des princes, des ducs, des ambassadeurs et même le pape ! Il fallait, aussi, affirmer sa puissance, face aux populations locales. Ces palais et jardins étaient des instruments de pouvoir !

L’étroit et austère lac de Lugano

Pour passer du lac Majeur au lac de Côme, nous avons pris le parti de longer le lac Majeur par le Nord, puis le lac de Lugano. La petite route sinueuse est coincée entre les hautes montagnes et le lac étroit, tout en longueur. Peu de parkings, nous continuons sans nous arrêter.

Menaggio, tout le charme du lac de Côme

Nous avons zappé Côme, et arrivons directement à Menaggio, charmante station estivale, idéalement située au centre du lac de Côme, tout près en bateau, des sites les plus célèbres. Depuis la promenade lungolago nous contemplons les montagnes dans les plans successifs aux dégradés pastels. L’ensemble est magnifique au coucher de soleil. Les deux petites places centrales sont animées. Les petites ruelles et recoins charmants recèlent des typiques trattorias. Les bateaux du service public accostent à tout instant à l’embarcadère : petits bateaux réguliers, hauts ferries et rapides hydrojets.

En bateau avec un billet Libera circolazione gionarliera

Le lendemain matin. Il pleut, tout est vide. C’est un de ces jours où rien n’arrive. Nous prenons quand même un billet de bateau Libera circolazione gionarliera. (Libre circulation journalière). Et par de courts trajets de moins d’un quart d’heure, nous découvrons en une journée et au calme : Varenna, Bellagio, le Giardina di Villa Melzi, la Villa Carlotta, Tremezzo et Lenno. C’est-à-dire les lieux les plus mythiques du lac.

Brume et pluie du matin sur Varenna, juste en face de Menaggio, à côté de Bellagio © JPD

Varenna, petit port et ruelles colorées

Ce village est tout-à-fait charmant et pittoresque. Le bateau accoste au petit port. Les petites ruelles colorées, en escaliers de Varenna mènent à la belle église San Giorgio du XIV° s. ornée de fresques médiévales. Des petits bars simples et typiques jouxtent l’embarcadère. Tout autour, les riches demeures sont entourées de verdure ou enfouies dans les cyprès. Un air de vacances.

L’embarcadère de Bellagio, vers lequel convergent toutes les lignes de bateau © Photo Provincia di Como Settore Turismo.

Bellagio, rétro ou tendance ?

D’immenses hôtels et restaurants semblent sortis tout droit de lithographies Belle Epoque, symbolisent Bellagio. Un look un peu désuet. Les boutiques de luxe affichent, un chic intemporel. Ici les passants sont habillés avec une élégance très italienne. Des bars et restaurants très chics sont dispersés ça et là. Les petites ruelles, en escaliers, montent vers la basilique San Giacomo de style romano-lombard. Mais les mosaïques sont trop récentes (XX°s.) pour avoir un réel intérêt. La petite ville est juchée sur une péninsule, très verte, qui sépare les deux parties du lac en forme d’Y renversé. Rétro ou tendance, peu importe, Bellagio a beaucoup d’allure. Les guides le disent, c’est la plus belle ville du lac.

Bellagio, la Villa Malzi recèle deux trésors : un adorable jardin japonais encastré dans un jardin anglais © JPD

Un jardin japonais dans un décor anglais !

Villa Melzi, seul le jardin se visite, la Villa est fermée au public. Mais quel bonheur de flâner dans ce jardin à l’anglaise, provisoirement déserté à cause de la pluie, nous sommes pratiquement seuls. De découvrir au fil des sentiers et des petites buttes, les différentes perspectives de ce jardin. A l’entrée un parterre d’érables japonais aux feuilles de différentes couleurs surplombe un bassin. Plus loin ce sont des plantes tropicales. Sur une butte des buissons de rhododendrons taillés en boule forment une originale composition. Le gazon est superbe, les jardiniers paysagistes ont un talent fou. Les eaux bleues du lac invitent à la rêverie et à la contemplation… Stendhal a été reçu là en 1817, il y a juste 200 ans ! Malgré la pluie, nous nous asseyons sur un banc et admirons. Ce sera notre coup de coeur de notre voyage ! Le charme unique et très travaillé des jardins © JPD. 

Villa Carlotta, symbole de la magnificence
des villas du lac !

Elle est sans doute l’attraction majeure du lac de Côme, avec 90 ans d’activité et plus de 200000 visiteurs par an. Pas étonnant, il y un arrêt de bateau juste devant la villa ! Le jardin botanique en terrasses est romantique à souhaits, avec une atmosphère tropicale rare : fougères, séquoias géants, camélias, agrumes. Mais nous avons un peu raté, à quelques jours près, la pleine floraison des 150 espèces d’azalées. Dommage ! L’intérieur est un petit musée avec de belles statues de marbre blanc et des peintures. Depuis le balcon, à l’étage, la vue sur le lac et Bellagio, juste en face, est superbe. Une très belle collection de statues © JPD.

Succession ininterrompue d’élégantes demeures

Tremezzo est une élégante station balnéaire. Depuis le bateau qui va de Tremezzo à Lenno, nous avons le recul nécessaire pour apprécier, d’un seul coup d’oeil, la succession ininterrompue des belles demeures. Une manière de bâtir élégante particulière aux trois lacs. Ce sont les aristocrates et intellectuels anglais, qui ont les premiers – une fois de plus – découvert les lacs italiens dans la seconde moitié du XIX° s. Ils furent suivis par les russes, les allemands et les français (plus rares). Les nobles, et riches industriels Turinois et Milanais sont venus bien après, avec le train à Stresa et à Côme. La république italienne, récente, ne date que de 1948, ce qui explique, en partie, que tous ces palais et villas luxueux de la noblesse italienne, soient encore en état. L’Italie n’a pas eu la Révolution. Dans sa pièce La Manie de la villégiature. Carlo Goldoni se moque avec humour de ces grandes dames qui partaient en villegiatura, avec deux servantes, plus des aides, plus une grosse malle et surtout avec une robe neuve ! Maudite soit cette manie de la villégiature ! Fait-il dire son héros, en guise de conclusion.

Pourquoi pas un café à la Villa d’Este ?

Reprenons le fil de ce récit. Dernier jour. Hier nous étions sous la pluie. Aujourd’hui, le soleil et la belle lumière du matin illuminent le lac. Une ultime surprise nous attendait. Nous passons devant la Villa d’Este. – Et si nous prenions un café ? – Entrez, pas de problème. Accueil parfait. Un serveur stylé nous sert dans un charmant salon d’époque, la villa date de 1568. Les clients, plutôt jeunes couples fortunés, prennent leur petit déjeuner. Les jardins sont superbes, la terrasse, immense, est prolongée par une piscine flottante. Cet arrêt imprévu me rappelle ce proverbe chinois : « Le moment donné par le hasard vaut mieux que le moment choisi ». C’est dans cette villa hôtel au décor de rêve et dans la Villa Erba, juste à côté, qu’ont été tournées les pubs Nespresso avec George Clooney. Le charme unique des jardins de la Villa d’Este © JPD.

Luxe, calme et harmonie

Passons sur ce que nous n’avons pas eu le temps de voir. Stresa et Côme. Tout ce qu’il est utile de dire à été parfaitement dit dans les guides. Tout commentaire serait superflu. Certes, les routes sont encombrées par les allées et venues d’innombrables voitures, cars de touristes et cyclistes qui tardent à se ranger. Certes, hormis tôt le matin, une foule de visiteurs se presse partout. Oublions un instant ces petits tracas pour ne garder que l’essentiel. L’impression, par moments, de se trouver quelque part au milieu du siècle dernier. Le plaisir de circuler sans voiture sur des bateaux ponctuels avec des équipages prévenants et souriants. Les décors changeants toujours harmonieux. Le chic intemporel des villas et riches demeures, s’étageant sur les pentes. Les boutiques de luxe. Les reflets sans cesse changeants des eaux des lacs qui passent du vert jade au bleu soutenu. La végétation exubérante, tantôt méditerranéenne, tantôt tropicale. Le bon goût des italiens, qui à empêché l’urbanisation excessive. Les paysages qui se présentent, parfaits, conformes à tout ce qu’on attendait d’eux. Qui en font presque trop ! Ne boudons pas notre plaisir. Ce sont des lacs où les sources de méditation sont inépuisables et où la douceur de vivre est légendaire. Revenir, un jour, paresser dans ces lieux de rêve, nous paraît être la plus passionnante des idées. Hors saison, c’est l’impression de calme qui prédomine © JPD.

Texte © jean-Pierre Doiteau

Infos & Liens

Les lacs italiens sont une des destinations les plus importantes d’Italie du Nord.
A proximité de la frontière Suisse et des métropoles de Milan et Turin…
Et pas trop loin de Lyon.
ENIT – Office National de Tourisme Italien   www.enit.fr   –    infoitalie.paris@enit.it – 
Tourisme en Italie www.italia.it
Bureau Local du Tourisme lacs du Piémont, c’est à dire le Lac Majeur, le Lac d’Orta et le Lac de Mergozzo www.distrettolaghi.it
Provincia di Como – Settore Turismo www.lakecomo.it

Pour être parfaitement objectifs, il faut noter que la plupart des voyageurs et touristes séjourne à Côme, sur le lac éponyme et à Stresa, juste en face des îles Borromées sur le lac Majeur. Photos. A gauche Como nocturne sur fond de Castel Baradello © Provincia di Como Settore Turismo. A droite Stresa et les îles Borromées © Giancarlo Parazzoli.
Retour vers la page Sommaire/Accueil