Site d'informations culturelles indépendant

MUSÉES  Genève

N°29 Printemps – Eté 2018
Une sélection d’exposition temporaires en cours et à venir

 

De musées, en fondations
par les rues pittoresques de la Vieille Ville

Pour une première journée, nous suggérons une escapade du côté de la Vieille Ville, là où se trouvent les musées et fondations les plus originales. A Genève, de ce côté du lac, il est assez difficile de circuler et de se garer à l’improviste. Le parking Saint Antoine, bd Jacques Dalcroze est idéalement situé au bord de la Vieille Ville. L’entrée, difficile à trouver, se trouve dans les fortifications. Mais l’ascenseur débouche tout en haut, sur la promenade Saint Antoine. Ensuite, à pied, car les distances ne sont pas grandes, nous allons au Museum, route de Malagnou. Au retour nous nous arrêtons à la Fondation Baur, rue Munier-Romilly. Nous prenons un café sur la terrasse de la Clémence, place du Bourg de Four, coeur vivant animé de la Vieille Ville.
Puis par la place de la Taconnerie, nous arrivons dans la petite rue Jean Calvin, pour visiter la Fondation Barbier-Mueller, qui se trouve juste en face de la maison de Calvin. Attention à ne pas en manquer l’étroite entrée. En sortant, nous découvrons des rues pittoresques. Passons devant la Maison Tavel, la plus ancienne de la cité. Entrons jeter un coup d’oeil dans la superbe cour de l’Hôtel de Ville. Flânons rue des Granges et de l’Hôtel de Ville aux riches antiquaires, galeries d’art et décorateurs. Dans les petites rues descendantes, nous apprécions la beauté de quelques maisons anciennes. Nous arrivons sur la promenade de la Treille, la plus brillante de la ville. En nous retournant, nous apprécions le goût noble des maisons privées qui la dominent. Nous traversons la Promenade des Bastions, en longeant le long monument de la Réformation, où sont sculptées les hautes statues des protestants célèbres. Plus loin, sur des damiers géants en plein air, des joueurs d’échecs s’affrontent, debout et en silence. Au carrefour de la Corraterie et de la Place Neuve, nous faisons étape au Musée Rath. Photo Genève Vieille Ville, rue de l’Hôtel de Ville © JPD.

Plainpalais et le quartier des bains. Puis voici la Plaine de Plainpalais, que l’on traverse. Dans le Quartier pittoresque des Bains, rayonne l’art contemporain : boutiques, bars, galeries d’art. Voici le Mamco et le nouveau magnifique Meg. Ce parcours permet d’avoir une bonne vision de la ville. De déambuler, de découvrir des quartiers pittoresques à souhaits. De belles terrasses. D’apprécier l’élégance et la simplicité vertueuse de la cité. « En route, le mieux c’est de se perdre… », remarque Nicolas Bouvier l’écrivain-voyageur genevois. Mais pour visiter, il faut marcher. Autant commencer maintenant, car il ne faut pas se faire d’illusions, le citadin de demain, sera marcheur. Photo La rade, avec au fond, sur une colline, la Vieille Ville et la cathédrale. © Olivier Miche © Genève Tourisme..

 

Quartier des nations. Genève l’internationale. Nous montons de l’autre côté de la rade, visiter le superbe Musée Ariana, puis le musée de la Croix Rouge. On peut aussi visiter l’ONU, mais il faut réserver et s’y prendre à l’avance. Dans ce quartier on peut se garer assez facilement en voiture. Ou bien on pose sa voiture au parking de Plainpalais ou du Mont-Blanc et on prend le tram. Ou encore on va sur la Promenade du Lac, prendre le bateau navette des Mouettes Genevoise. On traverse la rade, on passe tout près du jet d’eau. Impressionnant ! Et on aperçoit à l’arrière plan de la cathédrale, le Mont-Blanc, brillant au soleil.

NOTRE SELECTION DE FONDATIONS ET MUSEES

Museum / Une grande exposition sur les Fourmis / Jusqu’au 6 /01/ 19
Après les grands dinosaures, premier acte du cinquantenaire du musée, voici maintenant le second acte : les petites fourmis ! Une belle exposition qui nous parle d’évolution, d’écologie, d’anatomie, de l’adaptation et des comportements sociaux des fourmis. Rien de scolaire, ni de laborieux. Bien au contraire ! Voici des agrandissements géants, des fourmis décoratrice en métal vieilli, une immense statue de fourmi. Des milliers de fourmis vivantes cheminant sur un parcours adapté. Des cages munies de maxi loupes les montrant s’activer inlassablement à l’intérieur. Des vidéos. Un voyage passionnant dans l’infiniment petit !  L’exposition est payante.Les salles d’exposition permanente sont passionnante à faire visiter à des enfants. Dinosaure, animaux naturalisés. Oiseaux du lac…
Le Musée d’histoire naturelle est un établissement de recherche scientifique, de conservation du patrimoine naturel et de diffusion du savoir. Entrée gratuite. Photo © JPD.  www.museum-geneve.ch

Fondation Baur / Arts de Chine et du Japon / Borobudur Joyau de l’art bouddhique / 18 / 04 – 08 07 / 18
Arts de Chine et du Japon. Sise dans un élégant hôtel particulier de la fin du XIX° s., la Fondation Baur, est riche de près de 9000 objets d’art de Chine et du Japon. Le collectionneur suisse Alfred Baur, qui fit fortune dans le thé de Ceylan, est à l’origine d’un remarquable ensemble de céramiques impériales, jades et flacons ainsi que d’objets d’art japonais, céramiques, laques, estampes, netsuke et ornements de sabres. C’est l’un des plus importants de Suisse.
Ce qui est frappant, c’est le style épuré, la modernité, la richesse et les variantes infinies des couleurs des grès et céramiques chinoises. Jusqu’à l’aboutissement des porcelaines décorées. Certaines à couverture rouge de cuivre « flambé ». Remarqué des émaux délicats, rose pourpré, bleu lavande, vert pâle, jaune et or. Les jades au vert céladon d’une grande douceur sont exceptionnels.
Les sabres étaient considérés comme l’âme rituelle du samouraï japonais, ils étaient le signe de leur statut social. Les netsukes étaient des objets en ivoire et métal, minutieusement exécutés et que l’on pendait à la ceinture, bourses, blagues à tabac, pipes, etc… Ils étaient munis d’un contrepoids.
Les arts du thé étaient un phénomène culturel riche complexe, une alcôve typique leur est dédiée. Sur la terrasse, un jardin japonais donne une impression de calme et de plénitude. Un lieu apaisant, où le visiteur a le sentiment d’être un invité privilégié.
A venir Borobudur. Le monument, construit au VII° – IX° siècle sur l’île de java, est l’un des édifices les plus célèbres et les plus étudiés au monde, mais il demeure également l’un des plus énigmatiques…L’hôtel particulier qui abrite la Fondation Baur © JPD www.fondationbaur.ch

MAH Musée d’Art et d’Histoire / Hodler aux Beaux-Arts / 02 /03 – 30 /12 /18
Hodler. Cette année, on célèbre le centenaire de la mort de l’un des plus grands peintres suisses : Ferdinand Hodler. Une grande salle lui est entièrement consacrée des tableaux bien entendu, et même une partie du mobilier qu’il avait commandé au designer tchèque Joseph Hoffmann. Photo Autoportrait de Hodler © MAH © DR.
Nouvelles présentation de peintures. C’est aussi l’occasion pour le musée de renouveler l’accrochage d’une partie des salles. On peut ainsi découvrir des tableaux de Corot, Sisley, Monant, Pissarro, Vuillard, Van Gogh, Renoir, Cross, Vallotton. Et une statue de Laurens. Une des anciennes salles est dédiée à « L’ Envoi Napoléon ». Annexée à la France en 1798, Genève bénéficie en 2005 de l’envoi de tableaux destinés à enrichir ses collections. 19 toiles proviennent des écoles européennes du XVI° et XVII° siècle, sont réunies pour la première fois.
Le MAH est un des plus grands musées de Suisse. Une visite révèle une petite partie de ses collections dévolue aux arts appliqués, aux beaux-arts et à l’archéologie. De nouvelles présentations tournantes d’oeuvres de la collection seront désormais directement intégrées au parcours, avec aussi des accrochages temporaires.
A la fin du parcours, dans une petite pièce, un catalogue papier doté d’un lecteur de code barre permet de visualiser instantanément les 98000 pièces déjà restaurées à ce jour dans 11 ateliers de restauration sur les 650000 oeuvres et objets de la collection totale. Entrée gratuite. www.mah-geneve.ch
Photos. Au milieu des tableaux de Hodler, le mobilier commandé par l’artiste à Joseph Hoffmann. Modèle Pirnitz 1956. Chêne teinté en noir, cérusé, cannelé, mouluré.

Fondation Barbier-Mueller / Arts lointains dans le regard d’une artiste contemporaine Sylvia Bächli / 21 /03 – 28 / 10 / 18
Les 7000 pièces des collections familiales Barbier-Mueller, reflète une vraie passion pour les arts de l’antiquité, des Amériques, d’Afrique, d’Asie et d’Océanie. Les objets de la collection évoquent par leur force esthétique, tout un mode de vie ancestral ou tribal.
Certains masques sont d’une pureté de lignes et de valeur graphique exceptionnelles. Des oeuvres que bien des artistes contemporains seraient incapables de réaliser !
Mais le musée est petit et actuellement 250 pièces, parmi les plus belles sont exposées. Une sélection de masques africains du Congo et océaniens. Des bijoux indiens qui se transmettent de générations en générations, impressionnant par leurs grandes tailles.
L’exposition actuelle, évoque le regard d’une artiste contemporaine, très connue en Suisse, Sylvia Bächli. Elle fait d ialoguer ses gouaches sur papier avec des masques et statues du musée. Aux lignes droites ou courbes de ses dessins répondent le relief, la tridimensionnalité et la densité des pièces du musée. La fondation a organisé ou participé à plus de 100 expositions dans le monde entier : Paris, Los Angeles, Moscou. Etc. www.musee-barbier-mueller.org
Photo Masques lega, songye, lwalwa et luba, République démocratique du Congo, bois, fibres, pigments, H. 18 cm, 23 cm, 23 cm, 31,8 cm, Musée Barbier-Mueller. Photo Silvia Bächli. Photo Ornements d’oreilles Indu du Sud © JPD.

Mamco / Die Welt als Labyrinth / 28 / 02 – 6 /05 /18
Ce printemps le Mamco a souhaité revenir sur le Lettrisme et l’Internationale Situationniste. Deux mouvements artistiques issus de Paris et qui occupent dans l’horizon politique de mai 1968, une place toute particulière. Le visiteur est replongé dans l’atmosphère très particulière de cette période agitée de manifestations, d’innovations et de créations artistiques d’avant garde… Où comment exposer dans un musée, ceux qui à l’époque étaient systématiquement opposés à l’institution culturelle ? (Référence à l’exposition inaboutie au Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960). Die Welt als Labyrinth (Le monde comme un labyrinthe), est un parcours à travers quelques épisodes de cette histoire. Avec des oeuvres de Gil Woman, Jacqueline de Jong, Giuseppe Pinot-Gallizio, Ralph Rumney, Asger Jorn, etc. Ainsi on peut lire « La dissolution des idées anciennes va de pair avec la dissolution des anciennes conditions d’existence », signé l’Internationale Situationniste Janvier 1958 ! Elitiste ou populaire ? L’exposition fait un retour intéressant sur l’avant garde de l’époque. A voir aussi les expositions annexes : Art & Entertainement et Nouvelles images (acquisitions récentes et legs). Photo Anick Wetter © MAMCO. Le MAMCO, dans les murs d’une ancienne usine d’optique © Genève Tourisme © Olivier Miche © MAMCO… www.mamco.ch

Meg / Afrique. Les religions de l’extase / 17 / 05 – 06 / 01 /19
Afrique. Les religions de l’extase» se veut une «initiation» à la diversité, à la richesse et à la dynamique des pratiques religieuses africaines. Tout au long du parcours apparaissent des objets ethnographiques, des photographies, des interviews filmées et des installations vidéo. Près de 400 pièces, toutes issues des collections du MEG et souvent inédites, montrent la multiplicité des cultures religieuses et le foisonnement des représentations du sacré. Des séries d’images contemporaines, réalisées par cinq photographes de renommée internationale, donnent à voir la réalité de certaines pratiques d’aujourd’hui et laissent deviner la ferveur des dévots lors de cultes, de rituels ou de pèlerinages. Une série de courts témoignages vidéo permettent aux visiteurs et visiteuses d’entendre le point de vue des adeptes eux-mêmes. Le parcours se déroule en quatre étapes, dont la première est consacrée aux religions monothéistes (l’islam, le christianisme et le judaïsme), et la seconde aux fondamentaux des religions africaines autochtones (le culte des ancêtres, la divination et les pratiques funéraires). La troisième étape est dédiée à l’une des formes les plus saillantes des religions africaines, les cultes de possession (vaudou, mahamba, zâr, bori, ngoma…). Et finalement, la quatrième étape est dévolue à la diversité des univers magico-religieux africains (masques initiatiques, culte des jumeaux, sorcellerie…).
Archives de la diversité humaine. L’exposition de référence présente des oeuvres unique rarement vues en Europe dans un décor et une scénographie tout-à-fait exceptionnels. Ces objets historiques, et objets d’art sont des trésors cachés issus des cinq continents. L’Atelier Brückner a signé une magnifique scénographie., empruntant les codes de l’art contemporain : grands volumes, murs blancs, éclairages actuels…L’exposition temporaire est payante, mais l’exposition de référence, permanente est gratuite. Et à elle seule elle mérite le détour et la visite. Le Meg et le Mamco sont très proches. Photos Holy 2 De la série Vues de l’esprit Fabrice Monteiro (1972 – ) 2014 (2017) Edition 5/5 Papier Hahnemuehle Etching 350 gr. 167 x 125 cm
© MEG Inv.. Masque. Liberia, région côtière
Wobé. Fin du 19e, début du 20e siècle
Bois, peau, fer, coton. H 33 cm
Acquis en 1935 chez Edmond Morlet à Bruxelles MEG 
Photo: © MEG, J. Watts. www.meg-geneve.ch

Musée International de la Croix-Rouge
L’Exil, vu par Magnum, des photos qui parlent et qui dérangent
14 / 3 – 25 /11 / 18

L’Exil. Dans une grande salle, près de 300 photos collées sur des blocs de bois de différentes tailles, sont posées sur des tablards. L’objectif c’est que le visiteur puisse les saisir, les regarder de plus près, apprécier le travail du photographe, les retourner pour lire la légende, mieux s’imprégner du sujet et essayer de comprendre les difficiles conditions de survie des gens qui fuient leur pays. Photo Touaregs du Mali fuyant la sécheresse. Algérie  1974 © Raymond Depardon /Magnum Photos. La suite voir ici.

Ariana / Assiettes parlantes jusqu’au 9 / 9 18
et une unique collection de céramiques et de verres

Le Musée Ariana est installé dans un très beau palais, au milieu d’un parc à deux pas des Nations Unies et juste en face du Musée de la Croix Rouge. Et l’on peut se garer facilement dans l’avenue de la Paix. La collection d’assiettes françaises et de suisse romande est installée sur une galerie. Elles représentent des scènes de la vie militaire, de chasse, les moeurs de la société, des fables et proverbes, souvent humoristiques ou satiriques.
Avec ses collections de céramiques et de verres riches de plus de 27000 pièces, le musée est l’un des plus importants d’Europe. Les salles du rez-de-chaussée méritent un détour. Des pièces exceptionnelles d’Europe et d’Asie y sont exposées. Photo. Un superbe palais au milieu d’un parc à l’architecture raffinée, qui mérite à lui seul la visite. © JPD. www.ariana-geneve.ch

Genève Expositions.
Voici pour l’essentiel. Mais ce n’est qu’un aperçu. On recense à Genève 49 musées, fondations et centres d’art, d’histoire, de culture du monde, de littérature, de sciences et technologies. Un petit livret vert gratuit présente toutes les expositions en cours dans les musées. Disponible office du tourisme.
Liens. Genève, ville de culture www.ville-geneve.ch/musees
Genève Tourisme. www.geneve-tourisme.ch

Genève bat son record de fréquentation touristique en 2017
L’année 2017 a été une année phare pour le tourisme genevois. La destination a en effet enregistré 3’054’435 nuitées, représentant une augmentation de 4,3% par rapport à 2016. Un record historique, puisque Genève n’avait jamais dépassé les trois millions de nuitées depuis l’introduction des statistiques de l’OFS en 1934.  En tête, les touristes suisses marquent leur retour dans la Cité de Calvin avec une augmentation de 5,4%. Le podium est complété par les Etats-Unis (+4,8%) et le Royaume-Uni (-3,9%), suivi de près par le Moyen-Orient (-1%) et la France (+3,3%). Et l’arrivée des Chinois. Alors que la Suisse enregistre une diminution de visiteurs en provenance des Pays du Golfe (-4%), Genève Tourisme a réussi à maintenir une fréquentation stable (-1%) et à rester la destination suisse préférée de ce marché grâce à des actions ciblées et spécifiques.


Retrouvez nos précédents sujets sur Genève et Lausanne. 
– N°25 – Eté 2016 www.lyon-newsletter.com/16-05/ Les expositions de l’été :Genève, Lausanne, Martigny, Lens.
– N°23 – Automne 2015 www.lyon-newsletter.com/15-09/index.  Escapades dans les musées à Martigny, Grenoble et Saint-Etienne. 
– N°22 – Eté 2015 www.lyon-newsletter.com/15-05/index.