La lettre culturelle de Lyon  - N°26 Automne-hiver 16/17 - Création 2008

PATRIMOINE

La Caverne du Pont d’Arc,
parfaite réplique de la Grotte Chauvet

Patrimoine. Découverte par hasard en décembre 1994 par trois spéléologues amateurs, La grotte Chauvet est la plus ancienne grotte ornée (décorée de peintures) connue au monde. Une découverte tout-à-fait exceptionnelle. La grotte originale est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Une réplique fidèle, nommée la « Caverne du Pont d’Arc » a été construite de toutes pièces en 2014 sur le plateau du Razal, dans un grand parc, à quelques kilomètres de Vallon Pont d’Arc où se trouve la grotte Chauvet. Le résultat de la reconstitution est bluffant d’hyper réalisme.

Les artistes de l'époque se servaient des reliefs pour composer leurs oeuvres. Les artistes et techniciens d'aujourd'hui les ont fidèlement reproduites. © Patrick Aventurier.

Les artistes de l’époque se servaient des reliefs pour composer leurs oeuvres. Les artistes et techniciens d’aujourd’hui les ont fidèlement reproduites. © Patrick Aventurier.

La qualité des oeuvres,de la Grotte Chauvet, surtout des animaux sauvages dangereux, est unique au monde. La sophistication et la variété des techniques utilisées par les peintres dénote déjà une grande virtuosité, pour l’époque. Les peintures datent de 36000 ans ! Imaginez un peu, elles sont dix huit fois plus anciennes que toute notre ère chrétienne, qui n’a que 2000 ans ! Et pourtant les découvreurs les ont trouvées intactes, car elles avaient été préservées de l’air, de l’humidité, de la pollution et des humains par l’effondrement du porche de la grotte. L’Etat a effectué les travaux nécessaires à sa conservation. L’Etat l’a déclarée Monument Historique en 1995. Elle fût ensuite inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco en 2014. Hélas la grotte Chauvet ne sera jamais plus ouverte au public. Mais il aurait été dommage de priver le public de ces merveilles. La Caverne du Pont d’Arc est une vaste restitution, unique au monde, à voir absolument. Ce vaste centre de découverte regroupe un vaste parking, les bureaux d’accueil, la boutique, des salles pédagogiques pour ateliers scolaires, cinq kiosques découverte, un campement paléolithique, un restaurant avec terrasse, la « Galerie de l’Aurignacien » et la « Caverne ». Tout est neuf, semi-enterré, parfaitement organisé, bien intégré dans le décor et la végétation. L’impact est volontairement limité sur le paysage. Mais oublions le côté parc d’attraction de ce site touristique pour nous consacrer à l’essentiel.

 

Commencer par la Galerie de l’Aurignacien, avant de voir la Caverne

Dans la galerie de l'Aurignacien, la reproduction d'un cerf géant de l'époque, le mégaceros © JPD.

Dans la galerie de l’Aurignacien, la reproduction d’un cerf géant de l’époque, le mégaceros © JPD.

Nous suggérons, tout d’abord, de visiter la Galerie de l’Aurignacien (entrée libre). Il s’agit d’un grand bâtiment, une sorte de musée de l’homme de l’époque. On y découvre, une reconstitution de la vie des cavernes. La scénographie est attractive, les enfants apprécient : un énorme lion des cavernes, animal le plus représenté dans la grotte, un mégaceros, cerf géant aux immenses ramures, un bison des steppes et un ours des cavernes et des personnages plus vrais que nature. Il convient de s’attarder un instant dans la seconde salle, où l’histoire, la vie des hommes des cavernes et les techniques de peintures sont expliquée de façon didactique. A l’aide de vidéo interactives, de grands écrans et de panneaux explicatifs on apprend en quelques instants l’essentiel de la vie de l’homme du paléolithique. L’homme du Néanderthal c’était -48000 ans avant J-C. à l’époque glaciaire. Dans les années -36000 les Aurignaciens arrivent de l’Est et occupent l’Europe. Les hommes vivent de la chasse et de la cueillette. Ils recherchent la proximité des mammifères pour s’en nourrir et exploiter la viande, les peaux et les os. On découvre ainsi, présentés par des scientifiques français et étrangers : l’art pariétal et les parures corporelles, les mythes et croyances, les outils du quotidien, silex en forme de burin et de lame brisée. Le dessin au fusain. La gravure en estompe. La peinture par soufflage et projection. La peinture par tamponnage. Etc. Une visite nécessaire, ne serait-ce que pour éviter de poser des questions inutiles au guide qui nous fera ensuite visiter la « Caverne ».

Ces chevaux sont des chefs d'oeuvre de l'art pariétal et leur reproduction est hyperréaliste. © Patrick Aventurier.

Ces chevaux sont des chefs d’oeuvre de l’art pariétal. Perfection graphique et technicité surprenante pour l’époque. Les reproductions sont hyperréalistes. Dans la caverne sont reproduits aussi des aurochs, des bisons, des bouquetins, des ours, des félins, etc… © Patrick Aventurier.

La Caverne du Pont d’Arc, une restitution hyperréaliste

Le visite de la Caverne ne se fait pas à l’improviste. Tout d’abord il est préférable de réserver par internet son heure de visite, car en période de pointe il peut y avoir des heures d’attente. Puis rendez-vous à l’entrée de la Caverne 10 minutes avant l’heure de départ de la visite. Nous sommes une dizaine, car on ne visite que par petits groupes. Un guide nous remet à tous un audioguide pour les explications, le guide parle doucement, car la visite se fait en silence. Nous passons ensuite par un sas sombre, frais et semi-souterrain, destiné à nous faire oublier l’extérieur et nous mettre dans les conditions de la vraie grotte Chauvet. Il en sera de même à la sortie.

Appréciez la maîtrise technique, le mouvement, l'aspect redoutable de ces lions partant à la chasse en meute. © Patrick Aventurier.

Appréciez la maîtrise technique, le mouvement, l’aspect redoutable de ces lions partant à la chasse en meute. On imagine la terreur qu’ils évoquaient. © Patrick Aventurier.

Nous découvrons alors ébahis, la restitution grandeur nature de la majorité des panneaux peints, avec des vestiges au sol (crânes d’animaux, os épars, empreintes, de pattes et des bauges d’ours), sur les parois des points rouge, des empreintes de mains et des concrétions tout à fait remarquables. Car c’est en se servant des formes des roches et des concrétions que les artistes ont réussi à faire jaillir les corps des parois ! L’effet est saisissant de réalisme.

Les rhinos, sont très présents dans la grotte. cette impressionnante reproduction épouse le relief, comme l'original. © PatrickAventurier.

Les rhinos, sont très présents dans la grotte. cette impressionnante reproduction épouse le relief, comme l’original. © PatrickAventurier.

L’atmosphère, les odeurs, l’humidité, l’obscurité et le silence (grâce aux casques) nous semble identique à ce que doit être la vraie grotte Chauvet, ou en tout cas, à celles d’autres grottes que nous avons visitées. Immersion totale et émotion ! Tous les animaux de l’époque sont là : lions des cavernes, bisons, mammouths, chevaux, rennes, bouquetins, représentés le plus souvent en mouvement, avec une sureté de trait exceptionnelle. Profusion des dessins et gravures qui souvent se superposent comme sur le panneau des chevaux où 52 animaux sont représentés. Quant à la salle du fond c’est une immense scène narrative avec 92 animaux ! Maîtrise technique, magnificence, génie. Un bestiaire extraordinaire ! Quel artiste actuel serait-il capable de faire aussi bien ? Cette caverne est une vraie réussite.

Ici le visiteur passe entre les formations géologiques et le panneau des chevaux. © Patrick Aventurier.

Le visiteur entre les formations géologiques et le panneau des chevaux. © Patrick Aventurier.

Une référence pour notre technologie et notre savoir faire

Tout a été longuement préparé à l’avance en 3D avec les technologies les plus modernes. Scannage, triangulation, modélisation, photos numériques. Les cabinets d’architectes, l’équipe de scénographie, l’appui technique d’une entreprise du privé, les géomètres experts, les scientifiques préhistoriens ont réussi à mener à bien cette réalisation unique au monde. Une magnifique référence pour la technologie et le savoir faire français.

Copyright © Jean-Pierre Doiteau 
redaction@lyon-newsletter.com

Journée Européennes du Patrimoine
Les 17 et 18 septembre, les Journées Européennes du Patrimoine, placées sous la thématique « Patrimoine et citoyenneté » sont l’occasion d’aborder la question de la « chasse au trésor ». Comment allier patrimoine, citoyenneté et conservation ?
La Caverne du Pont d’Arc, en collaboration avec l’équipe de la Conservation de la Grotte Chauvet-Pont d’Arc, propose deux journées pour débattre de ces questions. Au programme : rencontres, ateliers et une table ronde exceptionnelle samedi avec les spécialistes du monde souterrain.


Infos & Liens

Le restaurant avec terrasse et vue sur la plateau du Razal. © Patrick Aventurier

Le restaurant avec terrasse et vue sur le plateau du Razal. © Patrick Aventurier

Le restaurant avec terrasse et vue sur la plateau du Razal. © Patrick Aventurier. La Caverne du-Pont d’Arc au look de musée d’art contemporain. Réalisation Fabre-Speller Architectes. Atelier 3AF.Neau Scène Sycpa. Photo Patrick Aventurier.
La Caverne du Pont d’Arc. A côté de Vallon Pont d’Arc. Tél. 04 75 94 39 40 – Accès Autoroute A7. Sortie Pierrelatte > Pont St Esprit > D4 via St Remèze. Ouvert tous les jours de l’année. Réserver à l’avance. Galerie de l’Aurignacien prévoir 1/2 h.
Caverne du Pont d’Arc prévoir 1 h. Visite guidée avec un audiophone (gratuit) pour un meilleur confort d’écoute.
Visites libres de la Caverne en soirée. Acuueil. Boutique. Salles pédagogiques. Restaurant en terrasse. Belvédère, table d’orientation. galerie musée l’Aurignacien. Et la Caverne. Parking.  info@cavernedupontdarc.fr www.cavernedupontdarc.fr