Agenda culturel & Carnet de voyages – 7ème année
N°21 – Janvier – Février – Mars – Avril 2015

EVASIONS

 Dans cette page Lac & Montagne :
Annecy. La Revue Impériale
La Clusaz. la Symphonie des Pistes.
Beau-Livre. A la table de Marie-Ange

Le renouveau de Impérial et La Revue Impériale

 Vue Aerienne650L'Impérial Palace

Le lac d’Annecy est un lieu habité des dieux. Au printemps, la cime enneigée de la Tournette scintille dans les eaux turquoise du lac. Les cygnes et les canards s’ébattent joyeusement près des rives. Les fleurs du parc se parent de couleurs chatoyantes. Les premiers voiliers a sortir tirent des bords timides. L’air est d’une transparence incomparable. La flèche élancée de la Visitation se détache sur le ciel bleu dense. Et le soleil illumine ce décor enchanteur des Alpes. Quel bonheur, après les brumes de la ville, d’assister à ce spectacle incomparable depuis le balcon en fer forgé d’une chambre de l’Impérial !

100 ans et plus jeune que jamais !

Photo Ancienne 650Impérial Palace Annecy100 Ans Impérial Palace650Photo DgC Photography

En fait l’Imperial Palace n’est pas un hôtel comme les autres. Il a eu ses heures de gloire. Crée en 1913, il a vu passer les têtes couronnées et les stars de l’époque. Le futur George VI, le sultan du Maroc, Winston Churchill, Edith Piaf, Charlie Chaplin… Vers les années 50, apparaissent les premiers signes de déclin pour ce palace de luxe, comme pour tant d’art d’autres et c’est la fermeture en 1965. En 1981, un incendie le détruit en partie. Il renaît de ses cendres, relancé par un groupe allemand en 1990. À compter d’août 2013, pour ses 100 ans, le Groupe Hôtelier PVG devient propriétaire de la Société Gestionnaire de l’hôtel Hotel-Casino-Centre de Congrès de l’Imperial Palace a Annecy. Le Groupe PVG est originaire de La Clusaz où il possède déjà 4 hôtels : Au Coeur du village & Spa *****, Beauregard ****, Alpen Roc *** Cristiania** et 2 résidences de tourisme Les Grandes Alpes ****. La résidence **. Photo ancienne © Impérial Palace. Photo actuelle © DgC Photography.

Une synergie Lac et Montagnes

Vue Panoramique650L'Impérial Palace

Depuis l’automne un large programme d’embellissement a été mis en place. Nouveaux aménagements du grand salon, et des restaurants. Rénovation des chambres et salles de bains, redéfinition de l’offre de restauration avec un nouveau chef consultant étoilé et connu Jean-Christophe Ansanay-Alex, de l’Auberge de l’Ile-Barbe à Lyon. Avec pour cette année l’aménagement d’un Spa avec piscine, sauna, hammam, jacuzzi et cabines de soins. Le Groupe PVG et le directeur de l’hôtel Philippe Gourgaud, entendent bien enrichir la synergie de l’offre Lac et Montagnes proposée par l’ensemble des établissements du groupe. Car la station de la Clusaz n’est qu’à 27 km, et seulement à une demi-heure en voiture.
 
Photo © Impérial Palace.

Première en province, La Revue Impériale !

Revue Impériale650L'Impérial Palace Annecy - Photo Olivier Trojani  (3)

Pour donner encore plus de tonus à ce redémarrage, l’Impérial lance ce printemps un étonnant dîner-spectacle : « La Revue Impériale ». Une vraie revue, avec des artistes internationaux, professionnels du cabaret, comme on peut en voir à Paris. Des jolies filles et une chorégraphie étudiée. Des artistes passés par le Crazy Horse ou le Lido. Avec des ballets, des costumes splendides, des chants en « live », du rythme, des paillettes, des strass, des plumes, des couleurs chatoyantes, des pirouettes, des sauts, des acrobaties, et même des costumes dénudés, du jazz, un French Cancan décoiffant et un final virevoltant. En tout une trentaine de tableaux emmenés tambour battant. La salle était pleine et il y avait même une captation du spectacle par TF1 ! Photo © Olivier Trojani.

Décor contemporain, mais cachet authentique

Les chambres ont été complètement refaites. Le décorateur Michel Force a réussi à leur donner un look très contemporain tout en conservant le cachet unique du palace. Utilisation de matériaux nobles. Tête de lit en cuir fauve à montants en inox. Commode et tables en merisier. Panneaux de stucco en essuyé brun, éclairages indirects subtils. Immenses miroirs dans lesquels se reflètent les eaux du lac. Le grand salon a été revu et amélioré, avec en fin de semaine un piano-bar très jazzy-lounge animé par Michel Hussman. La nouvelle brasserie a un réel charme avec ses cloisons en merisier bordés. d’ inox qui forment des petits espaces intimes pour déjeuner ou dîner en tête à tête ou entre amis. Elles aussi ouverte à la clientèle extérieure. Cette brasserie propose une carte audacieuse mêlant la cuisine du terroir savoyard aux plats emblématiques des grandes brasseries. L’ambiance de l’hôtel est chic et décontractée et la clientèle de l’hôtel plutôt jeune. Et le service est prévenant et de grande qualité. 

La Brasserie320LImpérial Palace AnnecyDgC Photography (4)Suite Impérial Palace Annecy 650 credit DgC PhotographyLa Brasserie650Impérial Palace Annecy - Photo DgC Photography
A l’étage supérieur le restaurant La Voile a été récompensé par 3 fourchettes au Guide Michelin en 2013 avec une restauration toute en finesse, une cuisine fraîche et de saison, et de plats raffinés de poissons du lac, comme la féra et l’omble chevalier. La Rotonde du Casino, situe dans l’enceinte du Casino Impérial offre une cuisine classique et les incontournables snacks pour les accros des jeux. Le casino, 168 machines a sous et 7 tables de jeux est ouvert tous les jours. Photos DgCPhotography.

Pas de barrière, pas besoin de carte magnétique. On passe, sans s’en rendre compte, de l’hôtel au magnifique parc du bord du lac. On peut ensuite aller a pied jusqu’au centre ville par la promenade du Pâquier à 1/4 d’heure de marche. Et c’est avec regret qu’il faut quitter ces lieux enchanteurs qui incitent à la flânerie et au farniente.

Jean-Piere Goudard
redaction(at)lyon-newsletter.com

Imperial2.650JPDLa Revue Impériale. Vendredi 23 janvier. Samedi 14 février. Vendredi 20 mars. Vendredi 17 avril. Vendredi 15 mai. Vendredi 26 juin. Dîner suivi du spectacle à partir de 19h30.
Impérial Palace. Allée de l’Imperial 74000 Annecy. 04 50 09 30 00
www.hotel-imperialpalace.frspectacles@imperialpalace.fr

  


 

Une évocation musicale

La Clusaz, la Symphonie des Pistes

laClusazOT650

Photo © DR. OT La Clusaz.

Grand ski et grande musique

Jamais je n’ai commencé un sujet avec plus d’appréhension. L’idée que je voudrais exprimer est, que pour chacune des descentes de ski alpin, on puisse avoir en tête un air de musique. Pour l’amateur de freeride hors des sentiers battus, ce serait du rock, du pop, du folk, du metal, du punk, ou du new wave. Pour le freestyle dans les snowparks ce pourrait être du r’n’b, du rap, du hip-hop, ou du reggae. Pour d’autres ce serait du jazz, voir ci-dessous. Pour ma part, ce serait une symphonie, totalement imaginaire, dont les airs et mélodies me conduiraient toute une longue journée, faire le tour complet des quatre massifs de La Clusaz, de la La Croix-Fry et de l’Etale. Enchaîner non stop, les plus belles pistes en se jouant de la raideur des pentes et des mouvements de terrain, c’est comme vivre les sensations et les émotions musicales d’une belle symphonie. Sur le plan du décor, sur le charme du site et la qualité du ski, La Clusaz n’a rien à envier à la Suisse ou à l’Autriche. Quoi de plus beau que ces chalets entourés d’alpages immaculés, bordés de hêtres et d’épicéas et surplombés de cîmes neigeuses sauvages. Quoi de plus charmant que ces mazots posés comme des jouets dans les alpages. Quoi de plus typique que ce clocher à bulbe. Quoi de plus impressionnant que la grandeur sauvage de la muraille des Aravis. Nous avons là tous les ingrédients d’une superbe Symphonie des pistes. 

SIMA650lebeau

Photo © Sima.Lebeau.

 

Trouver le bon tempo

Commencer « lento » par un café au Bélier. Jeter un coup d’œil à l’édition locale du Dauphine Libéré. Croiser des moniteurs aux visages façonnés par la rude vie montagnarde. Se rappeler ce proverbe allemand : Eile mit Weile (Hâte toi lentement). Il serait déraisonnable d’attaquer le ski, dès la première benne du matin. Il est urgent d’attendre que le soleil perce derrière la chaine des Aravis. La plupart des pistes est orientée au Nord. D’où la vive morsure du froid matinal. En sortant, apprécier la limpidité extraordinaire de l’air frais du matin, si agréable après les pics de pollution de la ville. Partir sur les pistes quand le soleil passe, en auréoles irisées, au dessus la haute chaîne des Aravis. L’Hiver des Quatre Saisons de Vivaldi s’impose.

Continuer largo de Beauregard à La Croix-Fry et l’Etale

L.Clmanigod320JPDL’ouverture de notre symphonie des pistes, depuis la terrasse de Beauregard serait parfaite. Tout y serait, d’un seul coup d’oeil on visualiserait toutes les pistes des quatre massifs de la station et de Manigod. La vue sur le village et les combes des Aravis seraitsplendide. Tout y serait blanc immaculé, les sapins, les alpages, les toits. Constater comme Roger Frison-Roche, que « La Chaîne des Aravis est une formidable barrière, percée du seul col des Aravis.» Ecouter alors l’ouverture du « Messie » de Haendel. Ensuite partir «largo» pour un grand tour, côté soleil avec « Le Concerto pour l’Empereur » de Beethoven. Droit dans les sapins. Traverser les pistes bucoliques du Col de la Croix-Fry. Au col de Merdassier, apprécier l’harmonieux découpé des cimes de la Tournette, du Sullens, du Charvet et de l’Etale. À Manigod, mieux qu’ailleurs, les configurations de la montagne se prêtent à l’imagination : contempler, évoquer et rêver avec la « Symphonie du 5 de Mahler ». Photo Manigod  © JPD.

Poursuivre andante, puis adagio sur l’Etale

Clusaz320 etaledavid machetjpgPar une longue traversée, revenir à La Clusaz et remonter par le Laquais sur les pistes de l’Etale. Faire alors, grâce au remontées rapides, une série de beaux enchaînements, sur la Régine Cavagnoud au son de « L’Arlésienne » de Bizet et la noire du Belvédère. Piste rouge ou noire, skier « andante », sans doute un peu plus «adagio» dans la noire. Aller se réconforter d’une assiette nordique sur la terrasse du Télémark ou d’une bonne soupe chaude sur celle de chez Rose en bas des Joux en appréciant la « Sonate n°10 » de Beethoven. Le ciel bleu d’une douceur infinie fait miroiter les pistes. Encourager les jeunes espoirs du ski, s’entraîner sur le stade de slalom. Les plus performants iront jusqu’en Coupe d’Europe ou en Équipe de France. Remonter tout en haut, faire quelques pas à pied jusqu’au Belvédère, et découvrir qu’un voile de brume recouvre les lacs d’Annecy et du Léman que l’on devine par des échancurures de la montagne. Photo © David Machet. OT La Clusaz.

S’élancer allegro sur l’Aiguille et dans le Fernuy

Clusaz320 machetjpgCommencez par l’Aiguille en écoutant quelques airs de « West Side Story » mêlant danses et songs dans une ambiance de conflits. Ce drame lyrique nous rappelle que sur cette piste mêlant skieurs rapides et débutants lents, il faut être sans cesse vigilant. Si on est qualifié hors piste et si le risque d’avalanches le permet, faire fabuleuse descente dans la sauvage Combe de Borderan avec « L’étude Révolutionnaire » de Chopin. Faire une pause sur la terrasse du Relais de l’Aiguille, avec dans la tête quelques mesures du fameux « Concerto n°21 » de Mozart. Basculer sur la piste large et belle piste rouge, encore à l’ombre du Fernuy. Vient alors à l’esprit « Ainsi parlait Zarathoustra » de R. Strauss. Remonter en télécabine et faire avec prudence, la noire. Le départ très raide en dissuade plus d’un. Avoir les muscles chauds, se jouer de la pente, descendre allègrement, la « Toccata et Fugue en ré » de Bach irait parfaitement. Ne s’engager que si elle est ouverte. Arriver en bas et en deux temps trois mouvements rejoindre le domaine de Balme. Photo © David Machet. OT La Clusaz.

Terminer presto sur les pistes mythiques de Balme !

Poudreuse, il a neigé tout l’hiver à la Balme, la neige s’est amassée silencieuse. Là-haut, les pistes sont orientées nord, une exposition unique qui permet un cumul de neige exceptionnel jusqu’en mai ! Soleil, brumes matinales et froid, sûrement. Alors écouter l’austère « Air du Froid » du King Arthur de Purcell. Un carré de ciel bleu émerge des brouillards fantomatiques et mouvants. Monter au col de Balme.  A travers une déchirure du ciel, apercevoir la chaîne du Mont-Blanc dans toute sa splendeur. Quel panorama sublime ! D’un long regard circulaire découvrir la Pointe Percée, l’Aiguille Verte, l’Aiguille du Midi, le Mont-Blanc, le Beaufortain et la Pierra Menta,  la Vanoise, etc. Apprécier en ces moments uniques le Bal de la « Symphonie fantastique «  de Berlioz. Ici avec des pistes bleues, rouges et noires, tout est possible. Enchaîner plusieurs fois, le long de la falaise, la magnifique piste de Crintiaux au son de la « Chevauchée des Walkyries » de Wagner. Être surpris par la beauté sévère et ingrate de la combe voisine de la Torchère et carver sur sa neige de velours avec les « Variations Goldberg » de Bach.

Clusaz650

Sur l’autre piste de Botion se rappeler les Variations sur « I Got Rhythm » de Gershwin. Retrouver sur les pistes un groupe d’amis et descendre en groupe avec le souffle étonnant des choeurs du « Trouvère » de Verdi. Si on a la motivation, descendre de haut en bas l’impressionnante piste noire de Vraille. Avant de s’engager dans le raide couloir, avec quelques notes du stressant « Quatuor à cordes n°3 » de Philip Glass. Une descente engagée qui se mérite, à l’aplomb d’immenses falaises. «Ça va envoyer du gros !», comme disent les cluses. Si elle est fermée, gare aux avalanches : grand danger, à éviter absolument ! Regretter que les deux plus belles pistes de La Clusaz, celles du Col de Balme et de La Torchère, soient desservies par des remontées désuètes. Balme est un hot spot de freeride mondialement connu. Observer les skieurs hors-piste, partir «dré dans l’pentu» et faire des sauts extraordinaires. Découvrir parmi eux, quelques uns de ces skieurs extrêmes professionnels : Candide Thovex, Loic Collomb-Patton. Ils ont un palmarès sportif exceptionnel : Winter X Games et champions du monde du World Free Ride Tour. C’est leur terrain de jeux et c’est là où ils tournent des vidéos spectaculaires. Lever aussi la tête et voir passer, à soixante à l’heure, au raz des à-pics verticaux,  les accros du Team Full Speed Riding. Remonter une dernière fois, au Col de Balme. Avant d’enchaîner non stop les 1200 m de dénivelée jusqu’au village, contempler une dernière fois le sublime panorama du col. On ne s’en lasse jamais. Terminer la journée par les pistes de Botion et du Lachat, en un final grandiose qui va crescendo comme le « Boléro » de Ravel. Photo © DR.

Clusaznuit650greg-dieu

Petit à petit s’imprégner de l’esprit du lieu

Achever ainsi une superbe et très subjective Symphonie des Pistes. La Clusaz est réputée pour son ambiance festive, ses soirées toniques, ses bars-lounge chaleureux, ses tables gourmandes et ses décors chalets authentiques. Après avoir découvert la qualité du ski, apprécié le charme de La Clusaz, perçu la ferveur de ceux qui la font vivre et s’être petit a petit imprégné de l’esprit du lieu, se rappeler cette citation de Confucius L’homme de cœur s’enchante de la montagne. Photo © Greg Dieu.OT La Clusaz.

© Copyright Jean-Piere Goudard
redaction(at)lyon-newsletter.com

Infos & Liens

Office du Tourisme La Clusaz – 161 Place de l’Eglise 74220 La Clusaz – 04 50 32 65 00 – www.laclusaz.com

Nouveauté 14/15. Les nouvelles remontées mécaniques du Bossonnet
Le réaménagement du secteur Bossonnet est terminé. Avec les constructions d’un Télémix desservant le plateau du Louveteau, d’un télésiège à pinces fixes le long de la Grenêche pour accéder à la partie inférieure du Merle, d’un téléski pour les débutants, d’un parking (85 places) et d’un bâtiment destiné aux caisses et aux consignes.


Au Col de la Croix-Fry

 

A la table de Marie-Ange 

Croix Fry livre320

Voici un lieu magique. Imaginez un grand chalet-hôtel-restaurant accroché à un col, face à un des plus beaux décors des Alpes. Visualisez un intérieur authentique et chaleureux digne des meilleures revues de décoration. Et découvrez une cuisine de montagne d’exception ! Il s’agit des Chalets-hotel de la Croix-Fry, installés au col, tout en haut de Manigod, à une demi heure de La Clusaz. C’est Marie-Ange, la maman d’Eric et Isabelle, qui, avec un extraordinaire esprit d’entreprise et une belle imagination dans la décoration a su insuffler à ce lieu son âme d’aujourd’hui.  » Aucun de ses clients ne vient a l’hôtel. Chacun d’eux habite chez Marie-Ange, et cette relation personnelle est essentielle au charme de leur séjour » nous dit Jacqueline Boller qui raconte la saga de cette famille installée depuis quatre générations, là-haut dans la montagne. Aujourd’hui c’est Isabelle qui prolonge, avec talent les traditions d’accueil de Marie-Ange, tandis que son frère Éric est le chef. Mireille et Pierre, leurs cousins, participent à la réussite de la maison de famille (classée 4 étoiles). Rien a voir avec les traditionnelles tartiflettes, fondues et raclettes que l’on trouve partout. La cuisine de montagne d’Eric Guelpa-Veyrat est une vraie cuisine d’exception, mais toujours avec une note de montagne affirmée. Voici les recettes de quelques plats dont les clients raffolent. P-J.G.

Croix Fry - Rissoles aux Cèpes320Frederic Ducout1/Rissole aux Cèpes, Emulsion à la Truffe.  
Recette pour 6 personnes : – 200g de cèpes – 1 rouleau de pâte feuilletée – ½ échalote – 2 gousses ail – 1 feuille laurier – 2 branches de thym – 10cl de jus de veau – 50g foie gras mi-cuit – 50cl lait – 25cl crème liquide – 2 cl huile truffe – 1 œuf – Tailler 6 ronds dans la pâte feuilleté, les garder au frigo. – Cuire les cèpes dans une poêle bien chaude avec de l’huile d’olive, l’échalote taillée grossièrement, l’ail écrasé, le thym et le laurier. Faire sauter quelques minutes, puis ajouter le jus de veau, laisser cuire 1 à 2min, égoutter les champignons. – Faire une dorure avec l’œuf, une pointe de crème liquide et une pincée de sel. Mixer le tout. – Passer la dorure sur le tour des cercles de pâte feuilleté, au milieu, déposer une grosse cuillère à café de cèpes, un petit cube de foie gras, et un brin de thym. Refermer la pâte de façon à obtenir une demi-lune, bien serrer les bords. Mettre au congélateur 24h. – Cuire dans un four à 200°C environ 5min. Pour la sauce, faire chauffer la crème et le lait, ajouter l’huile de truffe, et du sel. Mixer, et ne servir que la mousse. – Le plat peut être agrémenté de quelques lamelles de truffe.

 

Livre E.Guelpa-Cèpes glacés320 F. Ducout2/Cèpes glacés
Recette pour 6 personnes Meringue  – 180 g de blancs d’œufs (6 pièces) – 360 g de sucre – 1 pincée de sel Glace vanille  – ½ litre de lait – 6 jaunes d’œufs – 100 g de sucre – 1 gousse de vanille Sauce chocolat  – ¼ litre de crème liquide – 200 g de chocolat noir à cuire Meringue  – Séparer le blanc des œufs. Garder les jaunes pour la crème anglaise. – Dans un batteur, mettre les blancs d’œufs avec une pincée de sel, les monter. Lorsqu’ils sont bien pris, ajouter le sucre en deux fois en remuant très rapidement. – Sur une plaque à pâtisserie recouverte d’un papier sulfurisé, déposer des petits dômes de meringue. – Mettre à sécher dans un four à 100°C (thermostat 3-4) pendant 2 heures. Les meringues doivent ressortir croustillantes, sinon les laisser plus longtemps. Glace vanille  – Dans une casserole, mettre le lait à bouillir avec la gousse de vanille ouverte au préalable. – Dans un saladier, mettre les jaunes avec le sucre, fouetter jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Verser le lait bouillant dessus, mélanger et remettre dans la casserole. – Mettre la casserole sur un feu doux et cuire sans cesser de remuer. Arrêter la cuisson lorsque la crème épaissit et qu’elle recouvre le dos d’une cuillère (jusqu’à 82°C). Verser aussitôt dans un autre récipient et faire refroidir, passer ensuite dans une sorbetière ou mettre au congélateur. Sauce chocolat  – Dans une casserole, mettre le chocolat coupé en morceaux et la crème liquide. Faire chauffer jusqu’à ce que le chocolat soit fondu. Dressage  – Sur une assiette, déposer 2 boules de glace vanille, les recouvrir de meringue et verser dessus la sauce chocolat chaude. Déguster aussitôt.

 

Livre E.Guelpa-Tourte au reblonchon 320F. Ducout3/Tourte au reblochon et à la truffe
Recette pour 6 personnes – 1 pâte feuilletée – 1 reblochon fermier – 1 oignon – 100 g de lardons – 1 œuf – 20 g de truffe fraîche – Couper les oignons en fines lamelles. Les faire revenir dans une poêle avec du beurre, ajouter les lardons et laisser colorer légèrement. – Faire une dorure avec l’œuf, une pointe de crème liquide et une pincée de sel. Mixer le tout. – Passer la dorure sur le tour de la pâte feuilletée. Au centre, déposer les oignons et les lardons, la truffe fraîche râpée taillée en fines lamelles. Dessus, mettre le reblochon entier en ayant pris soin d’enlever la pastille verte. Refermer la pâte feuilletée en croix sur le reblochon. Retourner la tourte et la déposer sur une plaque à pâtisserie avec un papier sulfurisé. – Passer la dorure sur les tourtes, mettre à cuire à 200°C environ 20 min. – Couper en parts et réchauffer 1 à 2 min à 200°C juste avant de servir.

 

4/ Gâteau de Savoie.
Croix Fry - Gateau de Savoie320Recette pour 6 personnes – 6 œufs – 90 g de farine – 90 g de maïzena – 180 g de sucre – 1 blanc d’œuf – Dans un saladier, mettre les œufs et le sucre. Mélanger à l’aide d’un fouet. – Remplir une casserole d’un tiers d’eau, déposer le saladier sur la casserole, mettre à chauffer. – Fouetter le mélange œufs et sucre jusqu’à ce que celui-ci soit tiède, il doit doubler de volume et épaissir. – Retirer le saladier du feu, continuer de fouetter jusqu’à ce que le mélange soit froid. – Ajouter délicatement la farine et la maïzena, puis le blanc d’œuf monté en neige. – Verser la préparation dans un moule à gâteau beurré et sucré, remplir jusqu’aux trois-quarts du moule. – Cuire au four à 168°C (thermostat 7) pendant 15 min. – Démouler dès la sortie du four sur un plat recouvert de sucre. – Saupoudrer le gâteau de sucre glace. 
Photos © Frédéric Ducout.
A découvrir dans le beau livre « A la table de Marie-Ange ». Editions 1Berger. www.1berger.com.
Chalets-hôtel de la Croix-Fry. 74230 Manigod – www.hotelchaletcroixfry.com